Octobre 2014 : l’université commémore la Grande Guerre

14-18 affiche DEFÀ partir du 7 octobre 2014

EXPOSITIONS :

LA FACULTÉ DES LETTRES ET LA GUERRE
Hall du bâtiment B de l’Université

En dépit de l’occupation allemande et des destructions, l’université de Lille a tenté, pendant toute la période de la guerre, de maintenir et de poursuivre sa mission pédagogique et cela, dans des conditions matérielles dégradées et avec un nombre d’enseignants considérablement réduit.
Organisée par l’UMR CNRS IRHiS-Lille 3, avec le concours de Jean-François Condette, Corinne Hélin et Martine Aubry

LA GUERRE ET SA MÉMOIRE
Hall de la Bibliothèque Universitaire Centrale

Cette exposition resitue ce contexte historique à partir d’ouvrages du SCD, de la bibliothèque Georges Lefebvre, d’archives et de correspondances
Organisée par le SCD-Lille3, l’UMR CNRS IRHiS-Lille 3, avec le concours d’Isabelle Westeel, Corinne Hélin, Matthias Meirlaen, Élise Julien, Cécile Martini, Jacques Sauteron

Le vernissage de ces expositions aura lieu le 7 octobre à 17 h 30.
Rendez-vous dans le hall du SCD

À la fin de la visite, la plaque Aux étudiants morts pour la France, transférée de la rue Angellier au site villeneuvois sera dévoilée.

Et aussi …
CHAR « MON PETIT QUINQUIN »
Présenté dans le hall du bâtiment B

Photo 1Le char St Chamond est le 2e char d’assaut produit par l’armée française pendant la Première Guerre mondiale. Mis en service en 1917, il a participé notamment ) l’offensive du Chemin des Dames.
300 kg de polystyrène, 50 kg de clous, autant de peinture, ont été nécessaires pour la réalisation du projet de reconstruction grandeur nature d’un char par les lycéens en BMA (Brevet des métiers d’Art) « graphisme et décor » du lycée Le Corbusier (Tourcoing) sous la direction de Thierry Duponcheel
Organisé par Action Culture – Université de Lille 3

KÄTHE KOLLWITZ (1867-1945)Kolwitz
au Kino – Mardi 7 octobre à 20 h

Si Käte Kollwitz est avant tout connue pour son art graphique et sa sculpture qui explorent sans fin la misère humaine, l’injustice sociale, le deuil, ses écrits montrent une femme d’une énergie et d’une acuité exceptionnelles.
Rien n’échappe à son regard et son oeuvre écrite est d’autant plus remarquable qu’elle est celle d’une artiste qui n’a cessé de travailler, de réfléchir, d’interroger l’esprit de cette époque si singulière : d’une guerre à l’autre en terre allemande. Son journal intime dit la souffrance des Berlinois, la cruauté et l’absurdité de la première guerre mondiale pendant laquelle elle perdit son fils Peter, l’angoisse de la seconde guerre mondiale.
Très célèbre en Allemagne et dans de nombreux pays, méconnue en France : ses gravures, ses sculptures, ses lithographies révèlent une oeuvre d’une grande puissance émotionnelle ; une oeuvre tragique et pacifiste.
Organisé par Action Culture – Université de Lille 3


Vous aimerez aussi...