JE Doctorant IRHiS – Commémoration

« Ceux qui oublient le passé se condamnent à le revivre » George Santayana

Appel à communication

Dans la cadre d’une journée d’étude qui se déroulera au dernier semestre 2014, nous vous proposons de réfléchir et de tenter de définir ensemble ce qu’est la commémoration, ainsi que les notions qui s’y rattachent tels que la mémoire collective ou partagée, l’idée d’une conscience nationale, d’une reconnaissance du passé… Ces questions mémorielles suscitent un vif intérêt au sein de nos sociétés, d’autant qu’elles s’inscrivent pleinement dans l’actualité annuelle : en 2014, nous célèbreront le Centenaire du début de la Première Guerre Mondiale, le 70e anniversaire du Débarquement allié en Normandie, ainsi que le 60e anniversaire du début de la guerre d’Algérie.

Cependant, la notion de commémoration ne se limite pas à la mémoire combattante liée aux conflits du XXe siècle. Nous souhaitons ainsi que cette journée d’étude interroge la notion de commémoration au sens large. Pour cerner l’ampleur et la richesse de cette question, nous vous proposons divers axes de réflexion :

  • Que commémore-t-on ? (évènements, personnes…)
  • Les liens entre Histoire et commémoration. Comment sélectionne-t-on ce qui doit être commémoré ?
  • Quelles formes peut prendre une commémoration ? Durant toute l’histoire, les hommes commémorent et cet acte peut prendre des formes très variées (Discours, défilés, répétitions de gestes….)
  • Est-ce qu’un artiste à travers une œuvre participe à la commémoration ?
  • Quelle est la fonction de la commémoration ?
  • Quels sont les lieux de mémoire (monuments, musées, archives…)? Comment le sentiment d’identité se construit autour de lieux, de monuments emblématiques liés à l’histoire ?

L’objectif de cette journée est de rassembler des chercheurs ou jeunes chercheurs travaillant sur des sujets très variés qui reflèteront ainsi la richesse et la pertinence de la thématique.

Vous pouvez donc nous envoyer vos candidatures (d’une quinzaine de lignes) à Delphine: chambon.delph@gmail.com.

Nous espérons que vous serez nombreux à souhaiter intervenir lors de cette journée et restons à votre disposition !

L’argument statistique à l’heure du doute

ADA-STATSéminaire ADA-STAT – L’argumentation statistique à l’heure du doute. Construction usages et limites

Lundi 26 mai 2014 – 9 h 30
Université de Lille 3 – Salle A1-230 – IRHiSExceptionnellement cette séance se déroule à l’université Lille 3, Salle A1 _ 230 de l’IRHiS (Accessible en métro station «Pont de Bois», à 20 mn de la gare de Lille Flandre ; parking disponible à proximité pour les voitures, l’itinéraire étant bien fléché)

9h30 -10h30 : « La statistique : de quoi parle t’on ? »
« A quoi servent les sondages ? »
Jean-Jacques Droesbeke et Catherine Vermandele (Université libre de Bruxelles,
Laboratoire de méthodologie du traitement des données),
« La construction d’un indicateur de santé sociale comme argument politique »
Florence Jany-Catrice (Université Lille1, Clersé, économie),
Discussion
11h00 – 11h15 : Pause
11h15-12h45 : « Statistique et gouvernements »
« Le «nombre des fonctionnaires» : entre doutes statistiques et certitudes politiques
(France, XIXe-XXe s.) »
Émilien Ruiz (Sciences Po., CEE, histoire),
« Les spoliations des biens juifs, quelles statistiques ? »
Philippe Verheyde (Université Paris 8, IDHES, histoire),
Discussion
12h45 – 14h00 : Déjeuner
14h00-16h00 « Les statistiques des patronats »
« Les chiffres du patronat textile »
Jordan Bal (Université Lille3, Master recherche, histoire),
« La statistique des archives des compagnies minières conservées aux ANMT »
Gersende Piernas (Archives nationales du monde du travail, Roubaix),
« Statistiques patronales et négociations salariales en France entre les deux guerres »
Danièle Fraboulet (Université Paris13 Sorbonne Paris Cité, Laboratoire Pléiade, histoire),
16h00 – 16h15 : Pause
16h15 – 17h15 : Et après ?

Présentation de la seconde journée « archives de la statistique » organisée par le bureau histoire de la Société française de statistique, novembre 2014, Institut Henri Poincaré Paris Ve ; Préparation d’une session pour le congrès de la Société française de statistique prévu à Lille
au printemps 2015 ; Réflexion collective sur la dernière séance du séminaire ADA-Stat. en
octobre prochain et sur les perspectives de travail

International Conference “PORTS AND WAR”

CALL FOR PAPERS

Dates: 11-12 December 2014

Venue: Porto

Submission of proposals:  15th of June 2014.

Organization: Ports and Port City Group. Institute of Contemporary History (IHC-FCSH/UNL) and Institute of Space Dynamics (IDE-FCSH/UNL).

Organizing Committee: Maria Fernanda Rollo, João Figueira de Sousa, Margarida Schiappa, Tânia Vicente, Yvette Santos

Proposals should be sent by email to : conferenciaportoseguerras@gmail.com

Interfaces between land and sea, it is wide the network of relationships that in the ports and from them is established with politics, society, economy, the internal market, circuits, communications and international trade routes. Port evolution can and must be understood within its context and in all its dimensions. Considering ports, since their inception, as a part of social and economic change, we are faced with both a product and a producer of that same change, with an increasing importance that develops itself alongside the complexity of relations between societies.
Ports are a key element in a war context. They are essential in military strategy, fundamental in terms of defense, essential for entry and exit of passengers, combatants and refugees, key elements in the process of importing and exporting materials and products, therefore, absolutely crucial in a context of a World war. Of their equipping,of their conditions of berthing,of the depth of its waters,  organization and organic, of the existence of warehouses and depots, and of the preparation of its infrastructures, depends the effectiveness and efficiency of its functioning and operability.

The aim of this conference is to promote the share of knowledge and of ongoing investigations and promote a multidisciplinary debate on the problematic of “Ports and War”, considering the diversity and complexity of emerging international and domestic contexts in war situations, taking in consideration the multiple relationships and interdependencies between spaces and the key role played by port activity and the way in which it influenced the profile of ongoing conflicts.

But it also aims to understand the impact caused by wars in the ports sector, and understand how, in its aftermath, the weaknesses and strengths of ports were assessed and answers to problems and constraints identified in the sector were programmed. Port activities are otherwise closely related to economic and social actors both from private and public spheres, that boost these areas, and it is therefore essential to understand the transformations that war perpetrate upon on these actors.

The historical evolution of ports in a context of war, is a particularly rich subject, to the extent that closes in itself facts, curiosities and fundamental reflections for a true understanding of the port sector. In this context, it is essential to understand the relationships, dynamics, changes, disruptions and problems arising between ports, the war, the logical management of the war effort, and the postwar. And the way these realities of conflict (World Wars, Colonial Wars – neutral countries / belligerent countries) act upon ports, analysis that includes dimensions as its own representativity.

Adopting a multi-disciplinary analysis, which summons several scientific approaches that do not exhaust themselves in the historical analysis, proposal selection will be oriented by the purpose of ensuring the highest quality, diversity and originality of the works.

Proposals will be accepted framed by the following topics (without disadvantage of acceptance of proposals devoted to other topics):
- Port-Policies /
- War / Post-war effort (logistics, infrastructure, etc.)
- Merchant Navy / War Navy
- Port-city relations in a war context
- Actors / Stakeholders
- Trade and foreign relations
- Refugees and passengers
- Technology / Innovation
- Heritage
- Underwater-archeology,
- Representation (arts, cinema, press, media)

Communications will be no more than 20 minutes and might be delivered either in Portuguese, English and Spanish.

Paper proposals should be submitted in 500 words abstract, three keywords and title of the papers. Interest researchers should attach also a brief biographical note (200 words), together with details of institutional affiliation and contact details of the author (email and phone).

Proposals should be sent by email to : conferenciaportoseguerras@gmail.com

For further information see: http://portosecidadesportuarias.wordpress.com/

Notification of accepted proposals: 10th of July 2014.
Disclosure of the Program: 15th of October 2014.

Appel à articles : La Grande Guerre et ses impacts sur la protection sociale occidentale

Dans l’historiographie de la Grande Guerre, pourtant abondante, les questions de protection sociale restent encore peu traitées, alors même que le souci des combattants et des civils a fortement préoccupé les gouvernements. Si les travaux sur les anciens combattants et les régimes d’invalidité se poursuivent, si des champs nouveaux émergent (la « folie », les veuves de guerre, la genèse des politiques de santé publique…), bien des aspects semblent encore rester à  travailler.

Dans le cadre des commémorations scientifiques du Centenaire, la Revue d’histoire de la Protection sociale, revue scientifique financée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, lance donc un appel à articles traitant des différents impacts de la guerre en termes de protection sociale, entendue au sens large, dans l’aire occidentale (Europe et États-Unis) : quels dispositifs locaux, nationaux et internationaux ont été mis en place pour faire face aux besoins nés du conflit ? Comment la guerre a-t-elle été ou non matrice d’innovations ? Se positionne-t-elle dans la continuité du début XXe siècle, a-t-elle été plutôt une parenthèse ou scellé l’ouverture d’une nouvelle ère ? Quels publics ont été particulièrement ciblés, et comment, et lesquels délaissés ? Une attention spécifique pourra également être portée à l’évolution des œuvres et organisations sanitaires et sociales, privées, semi-publiques et/ou publiques.

 

Les propositions sont à envoyer à rhps-chss@sante.gouv.fr et axelle.brodiez@ish-lyon.cnrs.fr avant le 1er septembre 2014.

Les articles retenus ne dépasseront pas 60.000 signes et sont attendus pour le 31 janvier 2015 au plus tard.

Les PICS

Projet International de Coopération Scientifique – PICS

Le PICS est un projet scientifique établi et présenté conjointement par deux équipes de recherche, l’une au CNRS et l’autre à l’étranger. D’une durée de 3 ans non renouvelable, il vise à consolider et formaliser une coopération suivie avec un partenaire étranger ayant déjà donné lieu à une ou plusieurs publications communes. Un PICS permet à l’équipe d’un laboratoire affilié au CNRS (UPR/UMR) de recevoir des crédits complémentaires pour le financement de missions, d’organisation de séminaires et de réunions de travail.

Comment soumettre un projet ?

Cette année, le procédure de dépôt de PICS se fait en une seule étape.
Formulaire CoopIntEer

Date d’ouverture de la campagne : 15 avril 2014
Date de clôture de la campagne : 31 mai 2014

Les PICS concernent tous les pays.

Dans le cas où un accord existe entre le CNRS et l’organisme d’appartenance du partenaire, le projet, rédigé en anglais, est à adresser en même temps à cet organisme. Consulter la liste des organismes.

Le CNRS organise également un appel conjoint, prévoyant dépôt conjoint et sélection conjointe, avec les institutions partenaires des pays suivants :

- Biélorussie (BRFFR)
- Chine (NSFC)
- Israël (MOST)
- Italie (INAF et CNR)
- Roumanie (ANCS)
- Russie (RFBR ou FRSH)
- Ukraine (NASU ou SFFR)

Procédure de suivi d’un PICS

Pendant les 3 années de durée du PICS : Envoi à la DERCI et à l’Institut du CNRS du bilan scientifique et financier annuel établi par les coordonnateurs. La fourniture de ces bilans conditionne l’octroi des crédits pour l’année suivante.

Contacts PICS :

Europe (sauf pays d’Europe centrale) : Jean Gimenez
Russie, NEI et Europe centrale (Bosnie, Bulgarie, Croatie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, République tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie) : Caroline Danilovic
Japon, Corée, Taïwan, Israël et Turquie : Gulnara Le Torivellec
Etats-Unis, Canada, Chine, Océanie : Marie Rouby
Inde et ASEAN : Chamira Lessigny
Amérique Latine : Antonia Alcaraz
Afrique-Moyen Orient : Mariama Boumghar

Séminaire doctoral interdisciplinaire “Culture matérielle et visuelle”

Culture materielle et visuelle

École doctorale SHS Nord de France
Resp. Gil Bartholeyns, Manuel Charpy

Séminaire à l’École doctorale de 10 à 17 heures
(Maison de la Recherche, salle F013, Campus Pont-de-Bois, Université Lille 3)

le 30 avril
Première journée consacrée aux CULTURES DE L’APPARENCE

Luc Renaut (historien – Université de Grenoble) – DU CORPS A LA CITÉ. Topographie politique de l’ornement
Marjorie Meiss-Even (historienne – Université Lille 3) – LA MISE DES DUCS DE GUISE
Régis Defurnaux (photographe – Université de Namur) – LES GEISHAS DE TOKYO. Apprentissage et patrimoine

le 21 maiIMAGES ET MATIÈRES

Laurent Veray historien cinéaste – univ. Paris 3 – LES IMAGES ET LES MOTS. “La Cicatrice” de la Première Guerre mondiale
Pierre-Lin Renié artiste – école sup. des beaux-arts de Bordeaux – REPRODUCTION, PROLIFÉRATION, DISSÉMINATION DES IMAGES. De l’éditeur Goupil à Tumblr
Franck Jalleau typographe créateur – école sup. Estiennes Paris – DU PLOMB AU NUMÉRIQUE. La création typographique à l’Imprimerie nationale

le 11 juinLES ÉMOTIONS ESTHÉTIQUES

Daniel Fabre anthropologue – écoles des hautes études en sciences sociales – LE PRÉSENT PATRIMONIAL
Katharina Niemeyer sciences des médias – univ. Paris 2 – NOSTALGIES – NOSTALGIER
Estelle Thibault architecture – ENSA Paris-Belleville – CONSTRUIRE LES ÉMOTIONS. Architecture et théories de l’influence autour de 1900

Le fédéralisme russe : évolutions et vicissitudes

Capture d’écran 2014-04-10 à 09.09.09Nous avons le plaisir de vous convier à une

conférence de Yaroslav Startsev,
professeur de sciences politiques à Ekatérinbourg (Russie) et professeur invité à l’université de Lille 3 dans le cadre du programme d’échanges du Master Erasmus Mundus MITRA

Yaroslav Startsev interviendra le Mercredi 7 mai de 15 h à 17h sur
Le fédéralisme russe : évolutions et vicissitudes
Université de Lille 3
(A1 1562 salle de réunion de l’IRHiS)

Nous vous attendons nombreux !
—-
Jaroslav Startsev parfaitement francophone, spécialiste en sciences politiques à l’université d’Ekaterinbourg et professeur invité dans le cadre du master Erasmus Mundus MITRA à Lille 3. Il travaille sur la réforme de l’État russe (aspects institutionnels, juridiques, administratifs et politiques) et sur les institutions politiques et sociales informelles ds une perspective comparatiste.

Bouvines 1214 – Un lieu de mémoire

BouvinesÀ l’occasion du 8e centenaire de la bataille de Bouvines, la Commission Historique du Nord, la Société Historique du Pays de Pévèle et les Archives départementales du Nord organisent les 17 et 18 mai 2014 une manifestation scientifique, Bouvines 1214-2014 Un lieu de mémoire, destinée au grand public. Les organisateurs souhaitent d’abord remettre l’évènement dans son contexte général. Ils souhaitent ensuite replacer l’évènement en perspective. Divers spécialistes français et étrangers ont accepté d’intervenir.

Liste des intervenants et des communications
Samedi matin
- Dominique Barthélemy (Université de Paris-Sorbonne) : Une bataille, une société.
- John W Baldwin (Université Johns Hopkins, Baltimore): Bouvines à l’échelle européenne.
-
Els De Paermentier (Université de Gand) : Une autorité bridée : les conséquences de Bouvines pour le gouvernement politique de Jeanne de Constantinople en Flandre sous la Couronne (1212-1244).

Samedi après-midi
- Isabelle Guyot-Bachy (Université de Lorraine) : Du bon usage de Bouvines dans la construction d’une histoire du royaume au Moyen Âge et jusqu’à la Révolution française.
-
Marie-Madeleine Castellani (Université Charles de Gaulle – Lille 3) : Echos de l’histoire contemporaine dans la littérature du XIIIe siècle.
-
Malte Prietzel (Université Humboldt, Berlin) : L’Allemagne et Bouvines.

Dimanche matin
- Dominique Delgrange (Commission Historique du Nord et Société française d’héraldique et de sigillographie) : 1214, sceaux et armoiries des belligérants . L’image sigillaire  et la représentation sociale.
- Antoine Calagué (Lycée Albert Ier, Monaco) : Bouvines en 1914 : les enjeux mémoriels à l’heure du 7ème centenaire.
-
Annie Scottez De Wambrechies (Musée des Beaux-Arts de Lille), Hippolyte-Jules Lefebvre (Lille, 1863 – Arcueil, 1935) et le projet de monument commémoratif de la bataille de Bouvines.

Dimanche après-midi
- Alain Plateaux (Société Historique du Pays de Pévèle) : L’église de Bouvines, histoire d’une reconstruction.
- Maÿliss Jeanson (Commission Historique du Nord) : Une bande dessinée en vitraux, sources, témoins, auteurs
- Jean-Louis Pelon (Amis de Bouvines) : Félix Dehau (1846-1934), conseiller général du Nord et maire de Bouvines : une histoire revisitée.

Déroulement de la manifestation :

            Samedi 17 mai : Archives départementales du Nord
9h (accueil) à 12h et de 14h30 à 17 h

Dimanche 9h-12h : Amphithéâtre  Félix Dehau Institut de Genech, rue de la Libération, 59 242, Genech de 9h à 12h

Dimanche 15h-17h30 : église de Bouvines, 59 830 Bouvines 

Nouvelle Publication: “Behind the Front: British Soldiers and French Civilians, 1914-1918

‘Behind the Front: British Soldiers and French Civilians, 1914-1918′ (Cambridge University Press, 2014).

BjvlCOGCYAElFSvUntil now scholars have looked for the source of the indomitable Tommy morale on the Western Front in innate British bloody-mindedness and irony, not to mention material concerns such as leave, food, rum, brothels, regimental pride, and male bonding. However, re-examining previously used sources alongside never-before consulted archives, the author shifts the focus away from battle and the trenches to times behind the front, where the British intermingled with a vast population of allied civilians, whom Lord Kitchener had instructed the troops to ‘avoid’. Besides providing a comprehensive examination of soldiers’ encounters with local French and Belgian inhabitants which were not only unavoidable but also challenging, symbiotic and uplifting in equal measure, the author contends that such relationships were crucial to how the war was fought on the Western Front and, ultimately, to British victory in 1918. What emerges is a novel interpretation of the British and Dominion soldier at war.

XXe journées d’histoire du management et des organisations

Appel à communications

XXe journées d’histoire du management et des organisations
Lille – 18 – 20 mars 2015
Organisées par l’association d’histoire du management et des  organisations, le laboratoire IRHiS-CNRS 8529 (Lille 3), et le laboratoire  de Lille 2 LSMRC – EA 4112 (Lille 2 – Skema Business School)

Pour le XXe anniversaire de ces rencontres, le thème de la SANTE a été retenu. Les propositions de communications porteront notamment sur les  points suivants (liste non limitative) :

-  Les organisations hospitalières : mission, structuration et  rationalisation à travers l’histoire   Les organisations hospitalières ont beaucoup évolué depuis les premiers hôpitaux généraux fondés par Louis XIV (1656). Façonnées par l’histoire, mais aussi par la géographie (hôpitaux militaires, thermalisme, balnéothérapie, orphelinats urbains…), elles ont été confrontées à des
systèmes de financement qui ont varié au fil des régimes politiques ou des réformes administratives. La mission de santé n’a pu s’affirmer que progressivement dans le temps, tributaire de l’évolution de la médecine d’une part, et des valeurs sociétales défendues par les pouvoirs d’autre part ; sa définition au cœur de telles organisations a généré des modes de gestion différenciés qu’il faut repérer et qualifier en tant que tels. L’émergence d’espaces professionnels du management dans le secteur sanitaire et médico-social sera au cœur de l’analyse.

-  Les pratiques gestionnaires dans le secteur de la santé : héritages et  évolutions
Les pratiques managériales privées sont liées aux évolutions des marchés de la santé (industrie du médicament, des produits de santé, développement du secteur médical privé, explosion des services à la personne…) et visent la rentabilité et le profit. Elles accompagnent ou anticipent la demande et ont été historiquement confrontées à divers verrous d’ordreintellectuel, technique ou institutionnel. Les pratiques gestionnaires publiques visent plutôt à financer la dépense. Fabriques paroissiales, fondations pieuses, vente de rentes, fiscalisation des dépenses, première budgétisation de l’assistance publique, création de la sécurité sociale, contrats de plan État-régions, grands emprunts… sont autant d’outils de financement historiques. Cependant, la mise en œuvre du contrôle comptable, la prise en compte de la LOLF, l’instrumentation des outils collectifs (indicateurs de qualité, base nationale des coûts…) constituent autant de tournants managériaux qui révèlent la place nouvelle donnée à la santé dans les financements publics. Les pratiques gestionnaires se sont jusque-là insérées dans un effort de solidarité nationale bâtie sur plusieurs décennies et actuellement en cours de redéfinition. L’impact de la construction européenne, la recomposition des rôles État-région-communes (Haute Autorité de Santé, agences régionales d’hospitalisation…), le développement du secteur associatif et les nouvelles relations patient-praticien révèlent de nouveaux modes de gestion en rupture ou non avec les héritages (management du risque, marketing hospitalier…). Dans tous les cas, la régulation du rapport de la santé à l’argent nécessite des outils de contrôle de gestion spécifiques.

- Éthique de la santé et pensée managériale

Les espaces éthiques établis dans les centres hospitaliers rappellent les contraintes philosophiques qui pèsent sur le secteur. Le rôle qu’ont joué les églises dans l’assistance a toujours été relayé dans l’histoire par diverses écoles de pensée (humanisme, philanthropie, bienfaisance, paternalisme, socialisme…). Définissant les missions fondamentales du secteur, intégrant régulièrement de nouvelles obligations morales (comme le droit à l’avortement, la prise en compte de la douleur, la dignité de la fin de vie, l’insertion du handicap….), l’éthique de la santé a-t-elle dialogué avec les doctrines managériales ou bien la question n’est-elle apparue que très récemment ?

- La santé au travail
Depuis les premiers éléments de protection sociale mis en place par le patronat paternaliste, au milieu du XIXe siècle, le management de la santé au travail a également fortement évolué, face à la multiplication des risques et à certains effets de la mise en place de nouvelles formes d’organisation. Une gestion négligée dans ce domaine peut mettre en cause l’image de l’entreprise qui doit aujourd’hui trouver les outils de gestion intégrant le bien-être du salarié. Cette approche humaine définit-elle une nouvelle ère du management entrepreneurial ?

Avec la participation de :
Daniel Moinard, président de la SFHH (Société française d’historie des hôpitaux), directeur général honoraire de CHU, Yannick Marec (Professeur en histoire contemporaine, Université de Rouen), Nicolas Guilhot (Maître de conférences en gestion, docteur en histoire, université de Lyon 3, IFROSS), Sophie Chauveau (professeur d’histoire contemporaine, université technologique de Belfort, spécialiste de l’histoire de l’industrie du médicament et des produits de santé)

Précision
Comme lors des éditions précédentes, des propositions de communications ne s’inscrivant pas dans cette thématique mais examinant des problématiques gestionnaires, dans le cadre d’une démarche historique, seront également les bienvenues. La nouveauté et l’originalité des apports seront ici privilégiées.

Tutorat de thèses / Atelier méthodologique
Les Journées d’Histoire débuteront par un atelier doctoral organisé le 18 mars, comprenant un tutorat de thèses d’histoire du management et des organisations, et, l’après-midi, un atelier méthodologique portant sur “L’écriture de  l’histoire de la santé : sources et méthodes” (Sophie Chauveau, université de Belfort ; Nicolas Guilhot, IFROSS, université de Lyon 3). L’IFROSS est l’Institut de formation et de recherche sur les Organisations sanitaires et sociales (hébergé par l’université Jean-Moulin Lyon 3). C’est l’un des centres les plus actifs de formation au management des organisations sanitaires en France. La rencontre lilloise permettra un échange de savoir-faire entre les universités impliquées dans ces rencontres.
Cet atelier associera des doctorants en histoire, ainsi qu’en sciences de gestion mais il peut également intéresser sociologues, juristes et économistes. Les doctorants souhaitant présenter leurs recherches à l’occasion de cet atelier devront fournir un document d’une dizaine de pages maximum spécifiant leur champ de recherche (thème, questions de recherche), le cadre théorique ou l’articulation théorique de la thèse, leur démarche méthodologique, les premiers résultats (le cas échéant), leurs principales références bibliographiques.
Les doctorants en début de thèse sont encouragés à participer.

Dates à retenir
Date limite de soumission des textes des communications : 15 novembre 2014. Les propositions devront être envoyées en français ou anglais accompagnées d’un résumé en français et anglais à l’adresse suivante : jhmo2015@gmail.com
Décision du comité de lecture : 12 janvier 2015
Version définitive des textes : 9 février 2015

Les communications pourront être prononcées en français ou en anglais, une traduction simultanée du français à l’anglais sera mise en place dans le cadre des sessions plénières.
Contact : marie-laure.legay@univ-lille3.fr ; r.sandu@skema.edu

Comité d’organisation :
Marie-Laure Legay, Yves Levant, Raluca Sandu, Béatrice Touchelay, Sylvie Vérité

Comité scientifique : en cours de constitution Nicolas Guilhot (Ifross, Université de Lyon II) Marie-Laure Legay (IRHIS, Université de Lille3) Yannick Lemarchand (Université de Nantes) Yves Levant (Université de Lille II) Éric Pezet (Université Paris X Nanterre) Raluca Sandu (Skema Business school) Béatrice Touchelay (IRHIS, Université de Lille 3) Henri Zimnovitch (Université Paris-Sud)

Mémoires et représentations de la résistance

Memoires-representation121VANDENBUSSCHE Robert

Mémoires et représentations de la résistance

Villeneuve d’Ascq : Institut de Recherches Historiques du Septentrion : Centre de gestion de l’édition scientifique Lille 3, 2013, 126 p.

Collection Histoire et littérature de l’Europe du Nord-Ouest ; 54

ISBN 978-2-905637-68-0

C 1240

Résumé éditeur :

Les résistants entrés dans l’action clandestine, jugent nécessaire de donner sens et légitimité à leur engagement. Pour ce faire, ils construisent des représentations de leur combat tout au long de l’occupation. Elles se prolongent avec la Libération en se transformant progressivement en mémoire. Les Allemands eux-mêmes, par la répression qu’ils conduisent construisent également une représentation très différente de celle des “combattants de l’ombre”.

Ce 7e colloque s’efforce d’identifier et de caractériser un certain nombre de ces représentations et de ces mémoires comme celle du groupe Combat, des cheminots, des communistes, des femmes. La Wallonie offre l’occasion d’évaluer à l’image laissée par la Résistance (4e de couv.)

Axe de recherches :

  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Une autre histoire des “Trente Glorieuses”

Autre-histoire115PESSINS Céline (dir.), TOPCU Sezin (Dir.), BONNEUIL Christophe (dir.)

Une autre histoire des “Trente Glorieuses” : modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre

Paris : La Découverte, 2013, 309 p.

Collection Cahiers libres

ISBN 978-2-7071-7547-2

FR 1648

Résumé éditeur : 

Comme était doux le temps des « Trente Glorieuses » ! La démocratisation de la voiture et de la viande ! L’électroménager libérant la femme ! La mécanisation agricole éradiquant la famine ! La Troisième Guerre mondiale évitée et la grandeur nationale restaurée grâce à la dissuasion nucléaire ! Etc. Telle est aujourd’hui la vision dominante de cette période d’« expansion », objet d’une profonde nostalgie passéiste… au risque de l’aveuglement sur les racines de la crise contemporaine.
À rebours d’une histoire consensuelle de la modernisation, cet ouvrage dévoile l’autre face, noire, du rouleau compresseur de la « modernité » et du « progrès », qui tout à la fois créa et rendit invisibles ses victimes : les irradié.e.s des essais nucléaires en Algérie et en Polynésie, les ouvrier.ère.s de l’amiante ou des mines d’uranium contaminé.e.s, les rivières irrémédiablement polluées, les cerveaux colonisés par les mots d’ordre de la « croissance » et de la publicité…
Les conséquences sociales et environnementales des prétendues « Trente Glorieuses », de leur mythologie savamment construite par les « modernisateurs » eux-mêmes, de leurs choix technico-économiques et de leurs modes de vie, se révèlent aujourd’hui très lourdes. Il nous faut donc réévaluer la période et faire resurgir la voix des vaincu.e.s et des critiques du « progrès » (de l’atome, des pollutions, du productivisme et du consumérisme) antérieures à 1968. L’enjeu est non seulement de démonter les stratégies qui permirent alors de les contourner, mais aussi de les réinscrire dans les combats politiques et écologiques contemporains.

Céline Pessis est doctorante en histoire à l’EHESS et travaille sur la technocratie colo-niale et sur l’émergence d’une critique du « développement » après 1945. Elle a publié Survivre et Vivre. Critique de la science, naissance de l’écologie (L’Échappée, 2013).

Sezin Topçu est historienne et sociologue des sciences, chargée de recherche au CNRS (Institut Marcel Mauss-CEMS). Spécialiste du nucléaire et de sa contestation depuis 1945, elle est l’auteure de La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée (Le Seuil, 2013).

Christophe Bonneuil est historien au Centre A. Koyré (CNRS-EHESS). Ses recherches portent sur les rapports entre science, nature et société depuis la fin du XIXe siècle. Il a notamment publié Gènes, pouvoirs et profits (Quae, 2009, avec F. Thomas) et Science, technique et société (La Découverte, 2013, avec P-B. Joly), et l’Événement anthropocène (Le Seuil, 2013, avec J.-B. Fressoz).

Axe de recherches :

  • Équipe 2 : Activités économiques, dynamiques sociales, échanges

Les mains-d’oeuvre en France durant la Première Guerre mondiale. Régulations, territoires, recompositions.

Capture+d'écranAppel à communications

Le Comité d’histoire des administrations chargées du travail, de l’emploi et de la formation  professionnelle (CHATEFP) lance, avec l’appui de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, un appel à propositions de communications en vue d’organiser un colloque international à Paris, les 18 et 19 mai 2015. Cette manifestation scientifique portera sur les mains-d’oeuvre en France pendant la Première Guerre mondiale ayant directement (dans les établissements publics ou privés travaillant pour la Défense nationale) ou indirectement (économie civile, agriculture, travail à domicile) participé à l’effort de guerre.

1°) Indépendamment des disciplines sollicitées (histoire, droit, sociologie, science
politique, géographie historique, anthropologie, économie, gestion), trois approches
susceptibles d’être combinées sont soumises aux chercheurs. La première s’intéresse à la prise en charge par l’Etat français des questions de main-d’oeuvre, de chômage, de placement, de formation et d’adaptation professionnelles dans une économie soudainement privée d’une grande partie de ses ressources humaines par la mobilisation militaire. Il s’agit de comprendre comment s’est construite la diversité administrative et juridique des catégories de mains d’oeuvre en cause ; de cerner les enjeux de politiques publiques qu’une telle hétérogénéité comportait ; d’analyser les mesures législatives, réglementaires et administratives prises à son endroit ; et, enfin, d’examiner la traduction de cette diversité dans les relations de travail contractuelles. C’est ainsi que la « politique ouvrière » d’Albert Thomas pourrait être étudiée comme composante à part entière de la fabrication des armes et des munitions en tenant compte de cette diversité : cette politique a-t-elle cherché à la réduire ou à l’entretenir ? De même, le cheminement ayant conduit le ministère du Travail et de la Prévoyance sociale à s’impliquer précocement dans le placement public et à assumer le monopole, à partir d’octobre 1917, de l’évaluation des besoins, de recrutement et de répartition des mains d’oeuvre, pourrait être retracé et analysé. Comment, en outre, la pénurie de main-d’oeuvre agricole dans un pays de petite culture et d’exploitations familiales a-t-elle été gérée depuis l’entrée en guerre ? Quels arbitrages au sommet de l’Etat la concurrence entre les besoins en hommes actifs des armées, de l’industrie de guerre et de l’agriculture a-t-elle reçus ? Sans doute serait-il éclairant d’examiner les collaborations interministérielles que les questions de mains-d’oeuvre ont pu susciter et, tout particulièrement, les précautions d’ordre sanitaire
prises conjointement pour préserver les mains-d’oeuvre et la population civile contre le risque épidémique. Enfin, la réflexion des universitaires (au sein de l’armée, des ministères, etc.) sur les mains-d’oeuvre, leur emploi et leur « valeur professionnelle » relative pourrait être prise en compte.

2°) La deuxième approche renverse le prisme de la première en partant de l’inscription
locale des mains-d’oeuvre (souvent déracinées) dans un tissu économique et social, à la fois déprimé par la mobilisation des hommes actifs et bouleversé par l’irruption des usines de guerre (établissements de fait « insalubres et dangereux », mais soumis, durant les hostilités, à un régime dérogatoire) et l’ouverture d’hôpitaux militaires dans des locaux réquisitionnés.
Sont ici visées les conditions de vie (santé, logement, couchage, repas, distractions,
transport….) dans un contexte fortement inflationniste, de travail (organisation du travail,
salaires, cadences, hygiène et sécurité, adaptation de l’outillage à la main-d’oeuvre féminine, adaptation des ouvrier(es) à l’outillage…) et de sociabilité des mains-d’oeuvre transplantées : les catégories de mains-d’oeuvre utilisées par l’Administration correspondent-elles à des différences de situation objectivement repérables ? Comment s’articulent localement les différents « fronts » du travail, civils et militaires ?

Une globalisation pourrait être tentée, à l’échelle de tout ou partie du territoire non
envahi, en renseignant de manière dynamique le tissu économique local, refaçonné par la
guerre : que révèle celui-ci sur la manière d’utiliser et d’encadrer des ressources humaines
venues d’horizons différents ; sur les recompositions et agencements des activités locales
(économie civile et économie de guerre) pendant et après les hostilités ? On n’oubliera pas
non plus de questionner l’impact de l’occupation des troupes allemandes dans les
départements envahis ou du mouvement croisé des armées sur les conditions de vie et de
travail des mains-d’oeuvre localement employées.
Le local se prête aussi à l’étude du rapport de l’usine de guerre à son environnement et
aux populations avoisinantes, laborieuses ou non : dangerosité des opérations industrielles pour les mains-d’oeuvre employées et les riverains, interactions morbides entre les mains d’oeuvre souvent issues de contrées lointaines et la population civile autochtone (maladies exogènes et endémiques) ; liens avec le travail ou l’environnement agricole ; prostitution autour des usines de guerre, habitats individuels ou collectifs, ségrégés ou non (garnis, baraquements, tentes, dortoirs…).

3°) Une troisième approche ambitionne d’étudier les différences de statut entre les
mains-d’oeuvre, liées au droit du travail, aux conditions de circulation sur le territoire (mains d’oeuvre militaire, coloniale et étrangère), aux prestations sociales, aux retraites, à la protection sanitaire, à la réparation des accidents du travail, à la jurisprudence relative à la loi du 9 avril 1898 (mains-d’oeuvre mobilisée et mutilée). Quelle incidence ces différences ont-elles pu avoir sur l’évolution et la production du droit du travail ou, plus généralement, sur la genèse d’un droit social ? Ou bien encore, sur les représentations que les employeurs et les pouvoirs publics avaient de la « valeur professionnelle », du « rendement » et des coûts comparés des forces de travail en présence ?
Le jeu des frontières entre le droit du travail (décrets Millerand, la protection légale
des travailleurs étant suspendue dans une large mesure), le droit contractuel (contrats-types de travail : mains-d’oeuvre étrangère et chinoise), le régime militaire (main-d’oeuvre militaire jouissant des mêmes droits sociaux que son homologue civile dans les usines de guerre, mais soumise en dehors de leur enceinte au droit militaire) pourrait être analysé en tenant compte,
pour chaque cas étudié, de la jurisprudence et des adaptations administratives (circulaires).
Des comparaisons à l’intérieur même des grandes catégories administratives de mains d’oeuvre (par exemple, coloniale ou étrangère) seraient les bienvenues.
Si elle défie l’analyse, l’effectivité des droits des mains-d’oeuvre peut être approchée à
travers les formes et modalités de contrôle mises en oeuvre par les pouvoirs publics pour
assurer, dans les établissements publics et privés travaillant pour la Défense nationale,
l’encadrement professionnel, sanitaire, sécuritaire et social des mains-d’oeuvre concernées.
Quels ont été les corps d’inspection impliqués ? Sur quoi portait précisément leur contrôle ?
Qu’ont-ils cherché à observer, renseigner, montrer et corriger ? Comment procédaient-ils ?
Quels résultats d’enquêtes ont-ils produits ? L’effectivité des droits peut aussi recouvrir les
utilisations « indues » (ou induites ?) de droits reconnus à certaines mains-d’oeuvre (par
exemple, civile), mais « captés » (comme le droit de grève) par d’autres salariés qui en étaient théoriquement privés (par exemple, mains-d’oeuvre militaire, étrangère ou coloniale).

Conditions de soumission
D’une longueur d’environ 1000 signes (espaces compris), les propositions, seront rédigées en français ou en anglais. S’y ajouteront l’indication des sources et archives consultées ainsi qu’une brève présentation de l’auteur et de ses travaux. Elles seront adressées au CHATEFP par voie électronique à l’adresse suivante : comite.histoire@travail.gouv.fr avant le 19 septembre 2014.
Les décisions d’acceptation ou de rejet seront prises à la fin du mois de septembre 2014.
Une publication des actes du colloque est, d’ores et déjà, prévue aux Presses Universitaires de Rennes (PUR)

Comité de pilotage
Isabelle LESPINET-MORET
Cheikh LO
Laure MACHU
Jeanne-Marie TUFFERY-ANDRIEU
Vincent VIET

Comité scientifique
· M. Patrick FRIDENSON, directeur d’études au centre de recherches historiques
(EHESS à Paris) : patrick.fridenson@ehess.fr
· M. Farid LEKEAL, professeur à l’université Lille-II (faculté des sciences juridiques,
politiques et sociales) ;
· Mme Isabelle LESPINET-MORET, maître de conférences en histoire (IDHE
Université Paris-X) : isabelle.lespinet@wanadoo.fr
· M. Norbert OLSZAK, professeur des universités (Université Paris-I-Panthéon-
Sorbonne) : norbert.olszak@univ-paris1.fr
· Mme Catherine OMNES-LESCURE, professeure d’histoire contemporaine
(Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : catherine.omnes@noos.fr
· M. Philippe RYGIEL, professeur des universités, Paris X, CNRS Paris 1:
prygiel@ens.fr
· Mme Jeanne-Marie TUFFERY-ANDRIEU, professeure des facultés de droit (centre
du droit de l’entreprise, Université de Strasbourg) : j.tufferyandrieu@unistra.fr
· M. Vincent VIET, historien (CERMES3) : viet@vif.cnrs.f

Méthodes Quantitatives en Sciences sociales

quantilille2014_affiche28e École d’été de Lille

Méthodes Quantitatives en Sciences sociales

Du jeudi 26 juin au jeudi 3 juillet 2014

Lille – France

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l’ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2014, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle

1. Comment utiliser les grandes enquêtes sociales internationales ? (co-organisé avec Frédéric Gonthier)
2. Articuler analyses factorielles et modélisations (co-organisé avec Bruno Cautrès)
Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 11 mai 2014). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

- soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)
- soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (
jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (julie.pagis@univ-lille2.fr), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com) et Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com).

Séminaires SciencesPo Lille

SciencesPoÉvénements/Débats/Conférences

Semaine du 7 au 13 avril 2014

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Aucune inscription préalable n’est requise pour assister aux conférences.

Mardi 8 avril 2014
Invitée : Geneviève SELLIER, professeur en études cinématographiques à l’Université Bordeaux Montaigne et membre de l’équipe de recherche MICA (Médiation, Information, Communication, Art)
Thème : La Nouvelle Vague – Un cinéma au masculin singulier
Lieu/Horaire : B4.15 – 18h-20h
Conférence organisée par l’association étudiante le Bureau des Arts (BDA) – pôle cinéma

Mercredi 9 avril 2014
Colloque « Quel système de soins au 21ème siècle ? »
Introduction par Franck BACHELET, sociologue – CERAPS
1ère table ronde : La nouvelle gouvernance de l’hôpital
Médiateur : Frédéric PIERRU, sociologue – CNRS-CERAPS
2ème table ronde : La régulation territoriale
Médiateur : Jacques HARDY, professeur de droit public à l’Université Lille 2
3ème table ronde : La santé, entre enjeu économique et responsabilité sociale : l’exemple de la politique de la dépendance
Médiatrice : Catherine DECHAMP-LEROUX, sociologue – CLERSE
Lieu/Horaire : B4.13 – 9h45-18h
Colloque organisée par l’association étudiante Le Club du Millénaire

Sciences Po Lille – 84 rue de Trévise – 59000 Lille
(métro : Porte de Valenciennes)

À la mode italienne

Mode-italienneVERATELLI Federica

À la mode italienne : commerce du luxe et diplomatie dans les Pays-Bas méridionaux, 1477-1530 : édition critique de documents de la Chambre des comptes de Lille

Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion ; Lille : Archives départementales du Nord, 2014, 471 p.

Collection Archives

ISBN 978-2-7574-0424-9

FL 2472

Résumé éditeur :

Grâce au dépouillement des archives de la Chambre des comptes de Lille, un des fonds les plus prestigieux des Archives départementales du Nord, Federica Veratelli nous fait découvrir la manière dont la Renaissance italienne a été importée en Flandre à partir de la mort de Charles le Téméraire (1477). De par leur poids financier, les Italiens sont devenus les intermédiaires de choix auprès de la cour de Bourgogne puis de Habsbourg et des acteurs économiques, culturels et politiques des Pays-Bas méridionaux. Les documents sélectionnés donnent vie aux artistes, aux artisans, aux agents artistiques et commerciaux, aux hommes d’affaires et de lettres qui ont participé au rayonnement de la Renaissance italienne hors d’Italie.
L’ouvrage se présente sous la forme d’une édition critique de 189 documents (lettres, mentions comptables, quittances, inventaires), précédée d’une importante introduction qui fait l’état de la question artistiques et culturelles entre l’Italie et les anciens Pays-Bas méridionaux. Une trentaine d’illustrations donnera chair aux personnages référencés dans les textes, et donnera matière aux produits luxueux mentionnés.
Federica Veratelli, docteur en histoire de l’art de l’université de Ferrare, propose une approche originale et inédite pour l’étude des relations entre les Flandres et l’Italie au début de l’époque moderne. (4e de couv.)

Axe de recherches :

  • Axe transversal : Cultures visuelles

Chiffres privés, chiffres publics : calculs, comptabilités et statistiques (XVIIe-XXIe siècles)

Capture d’écran 2013-10-23 à 11.25.13Capture d’écran 2013-10-23 à 11.25.51Séminaire de recherche IDHE-IGPDE-IRHiS
2013-2014

logo irhis def coulOrganisé par :
L’équipe de l’université de Paris1 du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de
l’économie (IDHE, CNRS UMR 8533)
Le bureau de la Recherche et le Comité pour l’histoire économique et financière de la France (Institut de la gestion publique et du développement économique-IGPDE, ministère de l’Économie et des Finances)
L’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS, Lille3-CNRS UMR 8529)
Responsables scientifiques :
Fabien Cardoni (Minefi-IDHE/CNRS),
Anne Conchon (université de Paris1-IDHE/CNRS),
Michel Margairaz (université de Paris1-IDHE/CNRS),
Béatrice Touchelay (université de Lille3-IRHiS/CNRS).

Objet :
Il s’agit d’aborder l’histoire de l’élaboration, de la construction et des usages des chiffres privés et publics dans leurs interrelations sur la longue durée.
On y inclut l’histoire des méthodes de calculs, de la construction des normes comptables, des modes de présentation, des pratiques dans les usages et dans la diffusion des chiffres. L’interrogation porte sur les relations réciproques entre les chiffres émanant d’acteurs privés et les chiffres d’origine ou de diffusion publique. Cela inclut en particulier les multiples formes de transferts ou de circulation entre sphère publique et sphère privée, qu’il s’agisse de la manière dont les acteurs privés rendent (partiellement, sélectivement ou totalement) publics des chiffres élaborés dans un cadre privé ou encore, à l’inverse, des
modalités de réemploi des chiffres de source privée par des acteurs publics. On rejoint par là l’histoire de la comptabilité (privée, publique ou nationale), l’histoire des modes de calculs, l’histoire des statistiques mais aussi l’histoire des institutions (publiques et privées) et des acteurs (négociants, banquiers, industriels, experts, comptables, statisticiens, fonctionnaires…) qui s’y adonnent.
Cette approche comprend notamment l’histoire des comptabilités marchandes à l’époque moderne ou celle de la politique fiscale, lorsqu’elle dicte ses règles aux comptabilités privées, celle de la mise en place d’un service public de statistiques, de l’élaboration des statistiques économiques et celle de la comptabilité nationale ou de la comptabilité publique des origines correspondant à la définition d’un État moderne, jusqu’aux politiques actuelles. On y trouve en particulier l’histoire de la comptabilité financière, de la comptabilité de gestion et de la loi organique sur la loi de finances de 2001, du budget de
moyens et par objectifs, de la planification et de la programmation budgétaires de l’État et des activités des entreprises, des professionnels publics et privés du chiffre, des chiffres de la politique sociale de l’État en faveur des salariés, de la publicité et de la transparence des
comptes privés et publics, des normalisations comptables nationales et internationales… Sont également inclus les débats concernant les indicateurs de performance, les classements qu’ils autorisent ou encore le management par les chiffres ainsi que les positions des différents acteurs économiques, sociaux, politiques ou experts sur ces questions.
Méthodes :
Les chercheur(se)s sollicité(e)s sont invité(e)s, quand cela est possible, à comparer les dimensions publique et privée de leur objet, à définir l’articulation entre les chiffres privés
et publics ou encore de la publicité (éventuelle) des chiffres privés.
Nous envisageons des séances divisées en trois moments : un premier consacré à la présentation du sujet sur le temps long, un deuxième abordant une étude de cas ou présentant une recherche précise en cours, et un dernier temps ouvert à la discussion. Organisé par des historiens modernistes et contemporanéistes, ce séminaire se veut interdisciplinaire : les sciences de gestion, la sociologie, les sciences politiques, l’économie, la statistique, le droit seront particulièrement mobilisées au côté de l’histoire.
La première séance sera l’occasion de préciser avec les intervenant(e)s les approches souhaitables, les compléments possibles et les convergences envisageables. Il sera également fait appel à eux/elles pour définir le contenu d’une publication future, qui ne prendra pas nécessairement la forme de l’édition d’actes afin de proposer un projet d’ouvrage distinct et collectif (à paraître dans la collection du Comité pour l’histoire économique et financière de la France).
Périodicité et lieux :
Séance mensuelle, généralement le 1er jeudi du mois, 17 h-19 h, novembre 2013-juin 2014
Université de Lille 3 ou Ministère de l’Économie et des Finances
139, rue de Bercy 75012 Paris
M° Bercy ou Gare de Lyon
Inscription préalable à chaque séance (la veille au plus tard) à :
chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr
Carte d’identité nécessaire à l’entrée. Arriver un peu en avance.
Public :
Ouvert aux étudiants des masters, aux doctorants et post-doctorants, aux universitaires, aux chercheurs et aux fonctionnaires mais aussi aux professionnels du chiffre, producteurs, contrôleurs et usagers, afin de susciter débats, réflexions et prolongements.
Contact :
chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr
Un carnet de recherche dédié sur Hypothèses.org accompagne le déroulement du séminaire.

Année 2013-2014

Jeudi 15 mai 2014 (à l’Université de Lille 3)
Chiffres privés ou publics ? Information économique et intermédiation financière dans les
succursales de la Banque de France, 1850-1914, Matthieu de Oliveira (Université de Lille3-IRHiS)

Jeudi 5 juin 2014 (bât. Vauban, salle 1062 Sud 4)
Quantifier la propriété foncière : le cadastre de l’Ancien Régime au XIXe siècle, Florence Bourillon (Université de Paris Est-Créteil-Val de Marne)