Bourse de recherche sur l’histoire de la pile à combustible.

Le Laboratoire IRTES-RÉCITS (EA7274) de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (90) propose une bourse de recherche sur l’histoire de la pile à combustible.

1 DONNÉES ADMINISTRATIVES

Unité de recherche
IRTES EA7274
Laboratoire de rattachement
RECITS
Tutelle
Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
 

Contacts
Fabienne PICARD fabienne.picard@utbm.fr)
Direction IRTES : Ghislain MONTAVON (ghislain.montavon@utbm.fr)
Direction Recherche UTBM : Christian CODDET (christian.coddet@utbm.fr)
Encadrement
Directeur de Thèse : Pr Robert BELOT
Co-encadrement : Dr Fabienne PICARD
Durée du financement
24 mois

2   TITRE (provisoire)

Mobilisation de la recherche académique et industrielle dans l’émergence de la pile à combustible en France dans les années soixante.

3 DESCRIPTIF DU SUJET

Ce projet de thèse s’inscrit dans le cadre de l’IRTES (EA7274) et de FC LAB (FR-CNRS), et répond aux recommandations notamment de l’AERES visant à mieux intégrer la dimension SHS (sciences humaines et sociales) dans le processus de la recherche technologique. Cette thèse vise à appréhender la question énergétique autrement que sous un angle technique et mono-disciplinaire. Un des thèmes majeurs de la recherche académique du Nord-Franche-Comté concerne la filière hydrogène et son utilisation dans une pile à combustible pour alimenter en énergie des systèmes mobiles, stationnaires ou portables. La pile à combustible est une découverte ancienne puisque les premiers travaux scientifiques la concernant commencent en 1838-1839. Situation paradoxale : cette recherche n’a jusqu’à présent que peu fait l’objet d’une approche historique. Il manque aux chercheurs qui travaillent actuellement sur ce champ une vision diachronique et épistémologique de la constitution de leur domaine.

A travers ce détour par l’histoire institutionnelle de la pile à combustible, il ne s’agit pas seulement de donner un cadre d’intelligibilité à la dynamique d’une recherche technologique mais aussi, par l’analyse du jeu des acteurs de proposer une réflexion sur l’engouement pour cette technologie dans les années 60 puis son désintérêt progressif. Il s’agira de mettre en lumière les mécanismes de cette dynamique.

Pourquoi cette découverte trouve-t-elle si difficilement le chemin de la mise en oeuvre industrielle à cette époque ? Les causes sont-elles d’ordre technico-technique, un verrou technologique ayant pu être regardé comme infranchissable (en termes d’autonomie ou de rendement, par exemple) ? Faut-il prendre en compte la puissance d’intérêts économiques ou la résistance des mentalités qui auraient renoncé à opérer un changement paradigmatique dans le rapport à l’énergie et, notamment, au système de transport dominé par les hydrocarbures et un système électrique porté par le déploiement de l’industrie nucléaire? Des paramètres irrationnels seraient-ils à convoquer, notamment les représentations sociales liées à l’hydrogène dont le mystère et la dangerosité ont frappé les esprits depuis L’île mystérieuse de Jules Verne et qui expliquent peut-être un niveau de confiance sociale très faible pour cette technologie ? La France constitue-t-elle ici un cas particulier relativement à d’autres pays ?

Il s’agit, en traitant cet angle mort de l’histoire de la technologie pile à combustible, de mettre en jeu la question plus générale du rôle des politiques publiques, tout particulièrement en France, dans l’émergence des dynamiques de la recherche dans le domaine de l’énergie mais aussi des relations entre la recherche académique et la recherche industrielle. Cela conduit à poser la question plus générale de l’importance politique et sociale des acteurs (publics et privés) et des institutions dans la perception de l’enjeu énergétique et la détermination des politiques de recherche, mais aussi des représentations collectives liées aux technologies de rupture. Pourquoi un centre de recherche comme le CNRS, notamment, semble avoir découragé la constitution d’un champ scientifique dans lequel la France était leader, celui des piles à combustibles et plus généralement de l’électrochimie ? Doit-on suivre le sociologue Michel Callon, le seul à avoir posé la question dans un article en 1979, lorsqu’il accuse l’Etat d’impuissance sur ce dossier, « incapable de décoder les controverses techniques pour faire apparaître les enjeux politiques qu’elles expriment et dissimulent », un Etat qu’il présente comme « politiquement velléitaire parce que techniquement dominé» ?

Le doctorant pourra être issu des SHS ou des SPI. Il aura d’abord à constituer un corpus des sources écrites liées à cette technologie. Il s’agit de la littérature technique, scientifique, mais aussi fictionnelle et journalistique.

Il devra procéder à des dépouillements d’archives : CNRS, Alstom (créateur d’un laboratoire à Massy dédié à la PAC dans les années 60), Institut français du pétrole (initiateur de travaux dans les années 1960), ministère de l’Industrie (Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique), et laboratoires de recherche ayant travaillé sur cette question. A cela s’ajoutera une campagne de recueil de témoignages auprès des acteurs, qu’ils soient de la sphère politique, académique ou industrielle, qui ont pu approcher ce champ dans la période considérée.

4 POUR CANDIDATER

Dossier à transmettre à catherine.cuisance@utbm.fr pour le 15 mars 2014

Ce dossier comprendra :

–  Votre CV détaillé
–  Un résumé de votre mémoire de master
–  Une lettre de motivation

Fabienne Picard
Maître de Conférences en Economie de l’Innovation
IRTES-RECITS EA7274 et FC Lab FR CNRS 3539
Université de Technologie de Belfort Montbéliard
90010 BELFORT CEDEX
Tel: (+33)3 84 58 31 43

Vous aimerez aussi...