Guerre froide et espionnage naval

guerre-froide044DUPLAIX Alexandre S., HUCHTHAUSEN Peter

Guerre froide et espionnage naval

Paris : Nouveau monde éd., 2011, 537-XVI p. de pl.

Collection Poche-Histoire

ISBN 978-2-36583-390-5

MOND 590

Résumé éditeur :

Ignoré par les ouvrages traitant de la guerre froide, l’espionnage naval permit aux deux blocs d’utiliser les océans et les ports pour surveiller et pénétrer le camp adverse. Nourri par des entretiens avec des protagonistes soviétiques et occidentaux, et par l’exploitation d’archives américaine, britannique et de publications russes, ce récit fourmille d’anecdotes inédites, parfois terrifiantes.
On y apprend qu’un cuirassé soviétique, ex-italien, explosa mystérieusement à Sébastopol en 1955, laissant croire à un sabotage par un prince fasciste, qu’un marin soviétique aurait obtenu d’un général français les plans de frappe de l’OTAN qui décidèrent Khrouchtchev à déployer des missiles à Cuba et qu’une erreur de traduction dans un message intercepté poussa Johnson à engager les États-Unis au Vietnam.
On y découvre qu’un capitaine de corvette soviétique servit d’instructeur au renseignement américain avant de disparaître dans des circonstances qui en faisaient un agent double ou triple, et qu’un officier-marinier de l’U.S. Navy livra les codes navals américains à Moscou pendant près de quinze ans.
On comprend comment le président Reagan autorisa la marine américaine à mener des opérations de guerre psychologique et que l’échouage d’un sous-marin soviétique en Suède, suivi par des intrusions non élucidées retourna l’opinion suédoise en faveur de l’OTAN. Enfin, cet ouvrage nous montre que des objets sous-marins ou aériens non identifiés conduisirent les États-Unis et l’URSS à édicter des instructions troublantes.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search