Tant d’or que d’argent

Tant-or-argent047JAMBU Jérôme

Tant d’or que d’argent : la monnaie en Basse-Normandie à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle)

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013, 639 p.

Collection Histoire

ISBN 978-2-7535-2760-7

FREG 533

Résumé éditeur :

La monnaie, dans le royaume de France à l’époque moderne, était à la fois un moyen d’échange, un étalon et une réserve de valeurs. L’empreinte, qui conférait à un morceau de métal plus ou moins précieux ces trois fonctions, véhiculait en outre des messages que l’autorité émettrice cherchait à diffuser auprès de ses peuples : la pièce de monnaie n’était donc pas un objet anodin et revêtait une importance particulière dans l’économie. C’est, pour la première fois, toute son histoire et son cheminement, de sa fabrication à sa circulation, dans un espace et une chronologie limités à la Basse Normandie et à l’époque moderne servant de pôle et de période d’observation, que ce livre relate.
La monnaie était soigneusement définie par le pouvoir qui octroyait à des officiers particuliers, hommes et femmes, la charge de la multiplier dans les ateliers monétaires. Toute la chaîne de production des espèces, « tant d’or que d’argent » comme le stipulaient les baux des maîtres d’ateliers, occupe le premier volet de cet ouvrage, de la frénétique recherche des métaux aux aspects techniques du travail, couvrant l’histoire des deux hôtels des monnaies de Saint-Lô et de Caen. La circulation monétaire en constitue la seconde partie. Elle analyse la nécessité d’une économie monétaire et les règles d’utilisation de la monnaie, ainsi que les canaux de sa distribution et le rythme et la qualité de la monétarisation des échanges. Elle s’attache aussi à présenter les différents moyens de paiement dont le public pouvait disposer : espèces françaises et étrangères certes, « tant d’or que d’argent » comme le précisaient encore, par exemple, les actes notariés, mais également cédules, lettres de change et premiers billets de banque. Ce livre aborde également toutes les fraudes dont la monnaie pouvait être victime, au premier rang desquelles figure le faux-monnayage.

Table des matières : cliquez ici

Jérôme Jambu est maître de conférences en histoire moderne à l’université Lille 3/Charles-de-Gaulle, membre de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS, UMR CNRS 8529). Spécialiste de l’histoire monétaire de la France d’Ancien Régime, il est notamment secrétaire de rédaction de la Revue numismatique. Cet ouvrage est issu de sa thèse de doctorat.

Axe de recherches :

  • Équipe 2 : Activités économiques, dynamiques sociales, échanges

Vous aimerez aussi...