Merveilleux, marges et marginalité dans la littérature et l’enluminure profanes en France et dans les régions septentrionales (XIIe – XVe siècle).

Capture d’écran 2013-11-19 à 16.38.22Appels à communications

Ces journées auront lieu
le jeudi 16 octobre 2014 à Lille et
le jeudi 27 novembre 2014 à Rennes.

Vous êtes invités à envoyer vos propositions avant le 31 janvier 2014 aux adresses suivantes : adeline.latimier@gmail.com ; jpavlevski@gmail.com ; alicia_servier@hotmail.fr

Projet JEM

Le merveilleux médiéval est l’objet de différents essais de catégorisation de la part des chercheurs, littéraires ou historiens. Jacques Le Goff notamment distingue le merveilleux non chrétien (mirabilis) du miraculeux divin (miraculosus) et du surnaturel satanique (magicus). Dans le cadre de ces journées d’études, le concept de merveilleux est entendu dans sa dimension profane comme un objet, un être, une situation, un phénomène visuel littéralement extraordinaire et irrationnel, divergeant des valeurs de référence du lecteur. Il provoque un bouleversement de l’ordre naturel des choses et cause une réaction spécifique : l’étonnement.

La question du lien entre merveilleux et spiritualité a déjà été débattue, les motifs merveilleux et la question des genres ont de même été abordés, et la problématique de la poétique du merveilleux a donné lieu à une réflexion riche bénéficiant des études approfondies de Christine Ferlampin-Acher et de Francis Dubost. Le rapport du merveilleux aux marges, concrètes ou abstraites, dans les textes et les manuscrits enluminés médiévaux mérite une étude plus spécifique. Comment le merveilleux s’inscrit-il et s’exprime-t-il dans la marge, comprise à la fois dans un sens littéral (ce qui est dans la marge) et dans un sens figuré (ce qui est en marge) ? La littérature profane et son illustration, qui se développent particulièrement entre les XIIe et XVe siècles, dans le royaume de France et les régions septentrionales du monde occidental, constituera notre objet d’étude privilégié. La représentation du merveilleux a été peu étudiée car les travaux portant sur ce sujet émanent principalement de chercheurs en littérature. Pourtant, celui-ci étant par essence indicible et fondamentalement lié à la vue, une approche iconographique s’avère nécessaire : dans quelle mesure et par quels moyens figuratifs et conceptuels le merveilleux est-il représentable ? Il s’agira d’une part d’étudier la figuration des lieux, des personnages et des objets merveilleux dans les miniatures et initiales enluminées, et la façon dont leur caractère marginal est signifié dans l’image. D’autre part, nous nous intéresserons au développement de thèmes et motifs merveilleux dans les marges des manuscrits profanes, les recherches s’étant concentrées jusqu’à présent sur les manuscrits sacrés. Il semble également important d’étudier conjointement les évolutions de la représentation du merveilleux dans la littérature et dans l’iconographie ainsi que l’influence de l’histoire des mentalités sur le travail des enlumineurs et les auteurs.

Ces journées d’études entrent dans une démarche interdisciplinaire, réunissant autour d’un axe de recherche commun littéraires, historiens et historiens de l’art. Elles relèvent d’un partenariat entre deux laboratoires de recherche, le CETM (Rennes 2) et l’IRHiS (Lille 3). Elles se répartissent en deux volets chronologiques qui correspondent aux grandes tendances et mutations du merveilleux littéraire et iconographique au Moyen-Âge.
Une première journée, à Lille, portera sur l’épanouissement aux XIIe et XIIIe siècles du merveilleux dans la littérature et l’iconographie profane.
La seconde journée, à Rennes, s’intéressera au renouvellement, dès la fin du XIIIe siècle, d’une topique épuisée par une production pléthorique.

Ces journées auront lieu le jeudi 16 octobre 2014 à Lille et  le jeudi 27 novembre 2014 à Rennes.

Vous êtes invités à envoyer vos propositions avant le 31 janvier 2014 aux adresses suivantes :

adeline.latimier@gmail.com ; jpavlevski@gmail.com ; alicia_servier@hotmail.fr

Vos propositions ne devront pas excéder 300 mots.
Vous trouverez ici une présentation complète du projet et quelques indications bibliographiques.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search