Étude et traduction des sources écrites régionales du haut Moyen Âge

Depuis 2012, un séminaire réunit un vendredi par mois une dizaine de participants et travaille à la traduction d’une source bien connue des historiens du haut Moyen Âge, les Gesta abbatum Sithiensium. Cette Histoire des abbés de Sithiu a été composée en 961-962 par le moine Folcuin à la demande de l’abbé Adalolf qui était alors à la tête de cet établissement un peu particulier, constitué de deux communautés : le monastère Saint-Bertin, installé dans une boucle marécageuse de la vallée de l’Aa, et le chapitre Saint-Omer, situé à quelques centaines de mètres sur une petite colline. L’une et l’autre sont à l’origine de la ville actuelle de Saint-Omer, sous-préfecture du département du Pas-de-Calais.

À l’instar de nombreuses chroniques épiscopales et abbatiales composées aux IXe-XIe siècles, les Gesta de Sithiu mêlent des documents de nature sensiblement différente. Folcuin a certes écrit l’essentiel de l’œuvre, il a aussi copié in extenso les documents qu’il avait à sa disposition : une cinquantaine de chartes données entre le VIIe et le Xe siècle et un polyptyque qui est une description des possessions foncières de la communauté dressé sous l’abbatiat d’Adalard au milieu du IXe siècle. En outre, sans pour autant les recopier servilement, Folcuin a puisé ses informations dans des sources narratives plus anciennes, comme les Vitae des saints Omer et Bertin.

En raison de leur caractère hybride, il n’existe pas aujourd’hui d’édition pleinement satisfaisante des Gesta de Folcuin[1]. Le manuscrit de Boulogne (interpolé) a été édité par B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Bertin, Paris, 1840 (passé dans la Patrologie latine, t. 136, col. 1183-1278). Les passages narratifs ont été édités par O. Holder-Egger dans les Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, t. XIII, Hanovre, 1881, p. 606-635. Les chartes ont été éditées d’après le Grand Cartulaire par D. Haigneré, Les chartes de Saint-Bertin d’après le Grand Cartulaire de Dom Charles-Joseph Dewitte, t. I, Saint-Omer, 1886 ; et d’après tous les témoins par M. Gysseling et A. C. F. Koch dans les Diplomata belgica ante annum millesimum centesimum scripta, Bruxelles 1950. Le polyptyque a été édité par F.-L. Ganshof, F. Godding-Ganshof et A. de Smet, Le polyptyque de l’abbaye de Saint-Bertin (844-859). Édition critique et commentaire, Paris, 1975 (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 45).

Dans un premier temps seuls sont traduits les passages narratifs d’après l’édition d’Oswald Holder-Egger complétée par celle de Benjamin Guérard.

Participants actuels : Maryvonne Brasme (CPGE, Lycée Faidherbe), Isabelle Brousselle (MC, Lille 3), François-Xavier Caillet (Préparation au CAPES, Lille 3), Paul Chaffenet (Doctorant, Lille 3/ULB), Michèle Gaillard (PR, Lille 3), Pauline Gruson (Master 1, Lille 3), Klaus Krönert (MC, Lille 3), Antoine Lecerf (Master 1, Lille 3), Thomas Ledru (Doctorant, Lille 3), Charles Mériaux (MC, Lille 3), Benjamin Rengard (Master 1, Lille 3).

Prochaine séance : le vendredi 6 décembre, salle de l’équipe 3 de l’IRHiS, 10h-12h et 13h-15h. Pour les séances


[1] On a longtemps conservé à Saint-Bertin le manuscrit qui passait pour être l’original du travail de Folcuin, mais celui-ci a disparu lors de la destruction des archives à la Révolution. Il existe aujourd’hui une copie du XIIe siècle de ce Vetus Folquinus, l’actuel manuscrit 146 de la Bibliothèque de Boulogne-sur-Mer, mais elle est souvent fautive et interpolée par endroit de telle sorte que les meilleures copies sont en fait celles qui ont été prises par Dom Portebois en 1693 (Paris BnF Nouvelles acquisitions latines 275) et par Dom Dewitte en 1782 (Saint-Omer BM 815). Ce dernier est également l’auteur d’un Grand Cartulaire manuscrit (Saint-Omer BM 803) dans lequel il a transcrit toutes les chartes du monastère. Dans certains cas, Dom Dewitte affirme avoir eu en main, en plus des copies de Folcuin, les actes originaux détruits à la Révolution. Il faut enfin mentionner l’existence de la chronique de Dom Allard Tassard au XVIe siècle (Saint-Omer, ms 750) qui se fonde en grande partie sur les Gesta de Folcuin tout en les enrichissant çà et là de récits puisés à d’autres sources.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search