Une Europe de papier : projets et programmes européens au milieu du XIXe siècle

EuropeConférence internationale

Université du Luxembourg
Campus Walferdange
22-23 mai 2014

en collaboration avec IRHiS (Université de Lille 3) – Institut de Recherches Historiques du Septentrion

Organisateurs : Prof. René Leboutte et Prof. Sylvie Aprile

Coordinateur : Arnaud Sauer

 Appel à contributions

Le projet de recherche EURESPRO – présentation
Le projet de recherche Eurespro « Pour une Europe unie après le Premier Empire napoléonien.  Europes en projets » est un projet porté et financé par l’Université du Luxembourg, Faculté des Lettres, des Sciences humaines, des Arts et des Sciences de l’Education, unité de recherche Identités. Politiques, Sociétés, Espaces (IPSE). Eurespro est dirigé par le Professeur René Leboutte (titulaire de la Chaire Jean Monnet en Histoire de l’intégration européenne à l’Université du Luxembourg) en collaboration avec la Professeure Sylvie Aprile, Directrice de IRHiS (Université de Lille 3) Institut de Recherches Historiques du Septentrion.

Eurespro fait suite au Symposium « L’Empire : une expérience de construction européenne ? » Université Lille 3 en octobre 201, ainsi qu’à deux workshops tenus à l’Université du Luxembourg à propos des expériences post-napoléoniennes de construction européenne. Il est apparu que l’expérience napoléonienne d’unification de l’Europe de manière autoritaire et violente et son projet futur inscrit dans le Mémorial de sainte Hélène ont influencé l’émergence du « concert européen » mais aussi stimulé à plus long terme la réflexion sur ce qu’était l’Europe et ce qu’elle pourrait être. Le 19e siècle européen relève d’une variété stimulée de « possibles », d’une pluralité de projets de construction européenne qui ont pu influencer les propositions formulées dans l’entre-deux-guerres et l’immédiat après Seconde Guerre mondiale.

Eurespro entend revisiter cette Europe de papier, ce foisonnement de projets en vue d’en dégager les frontières et les fondements, la part de réalisme ou d’utopie, de propositions concrètes ou de rêves. C’est autour de ces questionnements alliant  réflexions sur l’Europe et sur la paix que nous proposons une démarche collective, internationale et pluridisciplinaire pour contribuer à une manière de relance historiographique sur les projets de construction européenne dans la longue durée et d’un point de vue transnational. Ceux-ci étant trop souvent présentés les uns à la suite des autres sans liens véritables, détachés d’autres expériences ou projets élaborés hors d’Europe, tirés de leur contexte du moment (révolutions, guerres, crises économiques ou phases de prospérité), l’historien et le politologue ont peine à dégager les apports, mais aussi les échecs, les contradictions de ces grands débats d’idées sur l’Europe d’après le Premier Empire. Aussi appelons-nous à un décloisonnement qui fasse tomber les séparations souvent fortes entre les champs de cette histoire de « l’idée européenne » qui doit être plus empirique, où les plans concrets voisinent avec les propositions les plus innovantes, et qui réinvestisse des terrains un peu délaissés  (« assemblées représentatives des peuples d’Europe », relations économiques, dynamiques culturelles, désarmement et arbitrage, etc.). L’échelle européenne impose la décentration par rapport à la France elle-même et l’intégration à la réflexion des différentes expériences d’unification nationale (le Risorgimento), ainsi que les projets à ambition européennes, tels que les programmes politiques autour des idées des « États-Unis d’Europe » ou de « fédération européenne », et les programmes économiques et sociaux. Pour autant nous éviterons les juxtapositions monographiques et mettrons l’accent sur les relations entre les protagonistes et les territoires de cet ensemble.

Cette proposition de conférence entend revisiter l’« Europe de papier » c’est-à-dire le foisonnement de projets nés durant les années 1830—1870 en privilégiant le retour aux sources peu ou pas connues. Durant ces décennies  outre la formation de la « Jeune Europe » et les congrès de la paix où s’expriment l’idée des États-Unis d’Europe sont publiés dans toute l’Europe de multiples programmes et brochures trop souvent rangés sous la bannière d’utopies, présentés sans liens véritables, détachés d’autres expériences élaborées hors d’Europe et tirés parfois de leur contexte du moment. Dans quelle mesure et sans préjugé téléologique peut-on penser qu’ils ont contribué à la réalisation des Communautés européennes et du Conseil de l’Europe au début des années 1950 ? Sont-ils au contraire la marque d’une discontinuité, d’un contexte « national » dont l’horizon semblait alors indépassable ? Certes l’histoire de « l’idée européenne » a déjà été faite mais elle se cantonne souvent à une étude de quelques textes fondateurs et quelques grandes figures tutélaires. Nous proposons ici d’approfondir l’enquête en cours, programme  de réflexion,  de collecte et d’analyse de textes où les plans concrets voisinent avec les propositions qui réinvestissent des terminologies un peu délaissées comme celles des « assemblées représentatives des peuples d’Europe » fortement marquées par désarmement et arbitrage. L’échelle européenne porte l’empreinte des des différentes expériences d’unification nationale.

Les propositions porteront sur la fabrique du projet (ses auteurs, ses critiques), sur les projets économiques et pacifistes, sur leur diffusion et leur réédition au cours du XXe siècle.

Quatre axes thématiques ont été retenus :

1) Jeune Europe, Congrès de la Paix et États-Unis d’Europe
Transversal, ce thème permettra d’établir le cadrage des axes suivants en abordant les projets pro-européens d’unification pacifique de l’Europe, tel que l’imaginait Victor Hugo par exemple. Ces projets comprennent de nombreux aspects (politique, droit, économie, culture…) qui trouveront une déclinaison plus spécifique dans les trois axes suivants.

2) Assemblées représentatives, parlementarisme européen
Ce thème permettra d’aborder les projets de représentation des nations et des peuples d’Europe et les ébauches de parlementarisme européen.

3) Intégration économique et monétaire de l’Europe
Ce thème se concentrera sur les questions d’union douanière (Zollverein notamment), de traités de libre-échange, de l’Union monétaire latine, etc.

4) Réseaux, flux et interdépendance
Ce thème développe la formation de réseaux et de circulation des élites en Europe (intéressant les milieux des ingénieurs, scientifiques, entrepreneurs, banquiers) ainsi que les accords transnationaux en matière de communication (télégraphe, postes, chemins de fer, navigation fluviale, etc.) et de mobilité.

La conférence est prévue pour les 22-23 mai 2014 à l’Université du Luxembourg, Campus Walferdange, bâtiment central, Salle Vygotsky. Les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par le projet Eurespro.

Nous invitons les chercheurs intéressés, en particulier les jeunes chercheurs et doctorants, à adresser une proposition de communication correspondant à l’un des quatre axes (500 mots max.) et un bref CV à René Leboutte rene.leboutte@uni.lu  avant le 1er décembre 2013.

Le Comité scientifique qui sélectionnera les contributions est formé de :
– René Leboutte (Université du Luxembourg)
– Sylvie Aprile (Université de Lille 3)
– Jean-Pierre Jessenne (Université de Lille 3, professeur émérite)
– Crsitina Cassina (Université de Pise)
– Arnaud Sauer (Université du Luxembourg)

Les langues utilisées sont le français, l’anglais, l’italien.

Informations et contacts :
arnaud.sauer@uni.lu
rene.leboutte@uni.lu
saprile@univ-lille3.fr


Vous aimerez aussi...