Les décombres de la guerre

Decombres-guerreBENVINDO Bruno, PEETERS Evert

Les décombres de la guerre : mémoires belges en conflit, 1945-2010

Waterloo : Renaissance du livre, 2012, 268 p.

ISBN 978-2-507-00317-3

N 2582

Résumé éditeur :

La Libération de 1944 ne marqua pas seulement la fin de la guerre. Ce fut aussi le début d’un tout nouveau combat pour la mémoire. En Belgique, victimes et témoins développèrent des mémoires contradictoires, éclatées, qui se heurtèrent les unes aux autres durant plus de soixante ans. Dans cette confrontation, rares furent ceux qui bénéficièrent d’une véritable reconnaissance. Bien plus nombreux furent ceux qui n’en tirèrent qu’amertume et déception. Cet échec de la mémoire, jamais envisagé sur la longue durée jusqu’ici, constitue le thème de ce livre, qui place en son centre les principaux « lieux de mémoire » du paysage commémoratif belge. Ces mémoires, tout orgueilleuses qu’elles pouvaient paraitre, étaient pourtant bien davantage sapées par le doute que leurs « porteurs » ne voulaient bien admettre. L’histoire de la Colonne du Congrès à Bruxelles montre combien le patriotisme belge était lui-même pluriel et déchiré. Celle de la Tour de l’Yser à Dixmude narre, elle, comment les vaincus de la guerre – les collaborateurs – continuèrent en Flandre à revendiquer un lieu de mémoire. Et le cas de Breendonk illustre combien il était périlleux de vouloir faire entrer l’histoire d’une guerre moderne, industrielle, dans le cadre confiné d’un discours nationaliste. Résistants, prisonniers politiques et collaborateurs jouèrent un rôle central autour de ces monuments. La mémoire de guerre fut pourtant toujours aussi une affaire d’Etat. Aussi complexe, inefficace ou absent qu’il puisse parfois paraitre, l’appareil étatique belge intervint pourtant bien dans la gestion du passé. La fédéralisation de l’Etat-nation belge, et l’essor de régions en quête de légitimité historique, ne firent que renforcer cette intervention de l’Etat Dans ce processus, il fut plus difficile que jamais pour les « Belges » de se reconnaître encore dans cette guerre.

Evert Peeters (1979) est chercheur post-doctoral au sein du département d’Histoire de la K.U.Leuven. Il a précédemment travaillé au CEGES, dans le cadre duquel il a co-écrit « Les décombres de la guerre ». Ses publications portent principalement sur la médecine et la culture du corps aux XIXe et XXe siècles.

Bruno Benvindo (1980) est historien, attaché au Centre d’Études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines (CEGES). Il a précédemment publié « Des hommes en guerre. Les soldats belges entre ténacité et désillusion, 1914-1918 (2005) » et « Henri Storck, le cinéma belge et l’Occupation (2010) ».

Axe de recherches :

  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search