Lisières, landes, marais et friches

Lisieres-landesBECK Corinne, GUIZARD Fabrice, BODINIER Bernard (eds)

Lisières, landes, marais et friches : les usages de l’inculte de l’Antiquité au XXIe siècle

Villeneuve d’Ascq : Revue du Nord, 2013, 219 p.

Collection Art et archéologie ; 18

ISBN 978-2-9538216-6-6

C 1205

Résumé éditeur :

En 2011, les Rencontres de Liessies ont accueilli le colloque annuel de l’Association Histoire et Sociétés Rurales. S’inscrivant dans les orientations scientifiques de Rencontres consacrées aux relations des sociétés avec leur environnement dans la longue durée, ce colloque a rassemblé des chercheurs venus d’horizons disciplinaires différents autour de la question de l’inculte – des lisières forestières et friches aux landes et marais – ses modes d’exploitation, son évolution spatiale de l’Antiquité à nos jours.
Longtemps les travaux d’histoire et de géographie rurale ont défini par la négative la notion “d’inculte”, empruntant trop souvent d’ailleurs l’opposition classique ager/saltus, héritée des agronomes latins, conduisant ainsi à opposer les espaces habités et cultivés (village, hameau, champ) à l’ensemble des forêts, des landes et des marais (supposés incultes et déserts). Le mot saltus chez les historiens et les archéologues travaillant sur l’économie rurale était utilisé moins pour déterminer un objet d’étude que pour disqualifier des espaces réputés inutiles, et ainsi concentrer leur analyse sur les espaces de l’ager, les terres de culture. Pourtant, chez les agronomes antiques, le saltus peut désigner un espace parfaitement intégré à une économie diversifiée du territoire rural. Au terme de saltus, les gens du Moyen Âge lui préfèrent celui d’incultum dont l’usage dans les textes semble davantage correspondre à la réalité sous-jacente perçue par les paysans d’Ancien Régime.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...