Journée d’études sur le Genre

3 mai 2013, Université Lille 3
Maison de la Recherche – Salle F041

La catégorie de genre est « utile ». Cette déclaration de Joan Scott, provocatrice en 1988, paraît aujourd’hui banalisée. C’est un fait que durant les années 2000 en France, le genre, catégorie transversale aux modes d’analyse des disciplines des sciences humaines, a été acclimatée aux pratiques de ces dernières, à leurs cadres de pensée au point de paraître presque un concept mainstream pour certains, mais un peu superfétatoire pour d’autres qui entendent privilégier des objets d’études plus « durs » orientés vers l’acquisition de savoirs « objectifs » et quantifiables, selon des problématiques socio-économiques et/ou macrohistoriques par exemple. Néanmoins, en dépit de rattrapages récents, l’écart ou le décalage reste encore très important, entre statut économique et culturel des hommes et des femmes au travail, en formation (scolaire notamment ou continuée) comme dans la vie politique, ou encore vis-à-vis de la parentalité –pour ne citer que quelques exemples parlants.

S’agirait-il alors de fonder à l’université et dans les unités de formation des enseignants une discipline intégrée, calquée sur les gender studies américaines, ou au contraire, de laisser à chaque discipline l’espace pour proposer par les moyens qui lui sont propres, une voie pour penser le genre, de cette manière donner à penser tout court, -tout en maintenant le pluralisme des approches nécessaires à leur fécondation réciproque ? Et ce faisant, de prendre ou reprendre l’habitude de travailler ensemble à partir d’approches proposées par chaque discipline, ce qui produit un effet réciproque certain et stimulant de dépaysement ?

La notion de genre procède elle-même d’un tel dépaysement disciplinaire : forgée par un psychiatre/psychanalyste américain, Robert Stoller, dans les années 60, elle provient d’une expérience clinique sur les individus ; et cette notion empirique s’est transformée en concept à forte portée critique et constructiviste (via le « tournant linguistique ») en émigrant vers les sciences humaines qui en ont fait également un outil majeur de rénovation de leurs acquis disciplinaires. Le genre comporte une valeur heuristique indéniable, pour mesurer l’évolution (non linéaire) des rapports et des identités de sexe construits socialement, eux même solidaires des rapports de domination et d’emprise du collectif sur les individus  et en constant remaniement[1]. Ces problématiques n’interdisent pas des remises en question et révision tout aussi « utiles », comme le montre l’œuvre de l’historienne britannique Lyndal Roper qui interroge la présence psychique des contraintes biologiques du corps dans la sorcellerie de l’époque moderne[2].

Programme

10h-12h30 – Communications et débat

– Frédéric Briot (MCF en littérature, ALITHILA Université Lille 3) : « La Carte de Tendre : trop vite genrée, trop vite rangée… »
– Emmanuelle Santinelli (MCF en histoire médiévale, CALHISTE Université de Valenciennes) : «  Mariage, compétition et genre dans la Francie occidentale du XIe siècle »
– Élodie Serna (doctorante en histoire contemporaine, IRHiS Lille 3-Université de Genève) : «  Virilité et stérilité volontaire : de la dégénérescence et de la génération dans l’entre-deux-guerres »
– Carole Vinals (MCF en études romanes spécialité espagnol, CECILLE Université Lille 3) : « Les femmes républicaines, pendant et après la guerre civile espagnole »

14h-16h Table ronde

Animée par Sylvie Steinberg (Directrice adjointe du GIS Institut du Genre), Claire Chatelain (membre du comité de lecture de la revue Genre et Histoire), Mélanie Traversier (membre du conseil d’administration de Mnémosyne, Association pour l’histoire des femmes et du genre) et les spécialistes du genre à Lille 3.

Table ronde ouverte aux collègues, étudiant(e)s, doctorant(e)s intéressé(e)s par les gender studies.

Trois questions seront notamment discutées :

– Quelles pratiques transdisciplinaires pour les études sur le genre ?
– Quelles sont les expériences et les limites de l’institutionnalisation des études sur le genre en France ?
– Comment articuler enseignement et recherche sur le genre dans le champ universitaire ?

Elle vise à appréhender les modalités d’une formation sur le genre et l’intégration de Lille 3 dans le GIS Institut du Genre.

Vous y êtes cordialement invité(e)s !


[1] Interview de Laure Bereni consultable avec ce lien : http://www.laviedesidees.fr/Genre-etat-des-lieux.html

[2] Lyndal Roper, Oedipus and the Devil, Whichkraft, sexuality and religion in early modern France, Routledge, 1994.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search