La Grande Guerre des images

Le-Rire-rouge-n°2-28-Novembre-1914-dessin-de-A.Roubille-e1366745449155-150x150ARTS & SOCIÉTÉS

Laurence Bertrand Dorléac

Prochaine Séance
Avec le concours de la Fondation de France

29 mai 2013
17h-19h
Sciences Posalle du Traité, 1er étage
56 rue Jacob -75006 Paris

Nicholas-Henri Zmelty

     Entre 1914 et 1918, du déclenchement des hostilités à leur cessation voire au-delà, la presse française a voulu donner une visibilité au conflit. Les hebdomadaires illustrés de clichés photographiques tels que Le Miroir, Sur le Vif ou J’ai vu entendaient montrer les réalités de la guerre ; même si les lecteurs ne furent effectivement pas épargnés de visions d’horreur mêlant cadavres, ravages et destructions, le postulat de vérité fut souvent vicié par des mises en scène savamment orchestrées et des légendes mensongères. Les journaux optant pour le dessin proposèrent quant à eux d’autres manières d’appréhender les choses. Si toutes ces images eurent la guerre pour origine commune, un monde sépare cependant les charges grotesques et les caricatures parfois sanglantes du Rire rouge et de La Baïonnette, les combats héroïques et idéalisés du Petit Journal et du Pays de France et l’érotisme du Sourire de France. Ces écarts correspondent bien évidemment aux lignes éditoriales qui varient en fonction des publics visés mais ils résultent aussi du rapport des dessinateurs au conflit, de la balance entre leurs convictions intimes et les réalités inhérentes à leur condition d’artiste en temps de guerre. Toutes ces données font écho à autant de positionnements politiques distincts qui incitent à utiliser l’image pour interroger et nuancer l’idée d’Union sacrée.
Nicholas-Henri Zmelty

Nicholas-Henri Zmelty est docteur en histoire de l’art contemporain. Chargé d’études et de recherches à l’INHA de 2005 à 2009 puis ATER à l’Université François Rabelais de Tours et à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens, il est aujourd’hui chargé de cours dans ce même établissement. Ses recherches portent essentiellement sur la question de l’image imprimée et des arts graphiques au tournant des XIXe et XXe siècles. Sa thèse de doctorat consacrée à l’affichomanie en France entre 1889 et 1905 a été récompensée par le Prix du musée d’Orsay 2011 et sera publiée en janvier 2013 aux éditions Mare & Martin.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search