isidore – Accès aux données et services numériques des SHS

Accédez à la plateforme

La plateforme de recherche Isidore permet de trouver de l’information dans les données des sciences humaines et sociales. Isidore moissonne les notices, les métadonnées et le texte intégral issus de bases de données, d’actualités scientifiques et de sites web qui ont fait le choix d’utiliser des standards d’interopérabilité internationaux.

Une fois moissonnées, ces informations sont enrichies par croisement avec des référentiels métiers (listes de vocabulaires, thésaurus, référentiels) produits soit par la communauté scientifique soit par les grandes institutions du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les informations ainsi moissonnées constituent des points d’entrée vers le texte intégral qui est lui aussi indexé quand cela est possible.

Isidore est utilisable via un site web dédié, www.rechercheisidore.fr mais il peut aussi être intégré à des portails thématiques, disciplinaires ou universitaires. Dans ce cadre, Isidore n’est pas un moteur de recherche classique : c’est une plateforme de recherche modulable qui a vocation à fédérer l’accès aux données numériques de la recherche en SHS et d’en offrir un accès unifié pour les enseignants, chercheurs, doctorants et étudiants.

Pourquoi ISIDORE ?

Toutes les sciences humaines et sociales (SHS) développent de grandes collections de données, des bases comparatives de matériaux et ressources diverses, sous des formes variées : sources textuelles, orales et audio-visuelles, séries de calculs, modélisations, etc. Ces données multimédia, aux supports bientôt exclusivement numériques, posent des problèmes de préservation, de stockage, de signalement par des métadonnées normalisées et partagées, de ré-actualisation ou de ré-utilisation.

Une des particularités des recherches menées en SHS tient à la place qu’occupe le texte, pris au sens large, dans le processus de construction des savoirs. Les chercheurs en SHS s’appuient ainsi sur la longue tradition des études menées en philologie, en herméneutique tant d’un point de vue synchronique que diachronique.

Cette place cruciale donnée aux sources d’informations est un trait qui distingue les SHS et qui constitue un élément de complexité important auquel doit faire face la communauté des chercheurs. Contrairement à d’autres disciplines où le temps rend très rapidement caduque certaines productions écrites, le contenu d’un manuscrit médiéval peut avoir autant d’importance que le dernier article publié dans une revue internationale.

Par ailleurs,  la complexité des coopérations interdisciplinaires pour de grandes avancées culturelles et sociales des connaissances nécessite que les infrastructures numériques en ligne soient en phase avec les capacités d’action et de réaction des publics ou des acteurs. De plus en plus le numérique est une donnée intrinsèque de la construction des connaissances, depuis les données numériques natives jusqu’aux documents cognitifs publiés ou édités. Cela a conduit aussi à approfondir les questions d’interopérabilité, de mutualisation, et de services collaboratifs pour permettre à la communauté des chercheurs en SHS de se développer pleinement et efficacement, à l’échelle internationale, sur Internet.

Pour atteindre les buts qui lui sont fixés, le TGE Adonis propose à l’ensemble de la communauté de la recherche en sciences humaines et sociales une plate-forme à même de fédérer les acteurs, les ressources qu’ils produisent et les services qu’ils proposent : la plate-forme ISIDORE, « Intégration de services, interconnexion de données de la recherche et de l’enseignement ».

Cette plate-forme ISIDORE veut répondre aux objectifs suivants :

  • Offrir à la communauté un ensemble de services mutualisables à haute valeur ajoutée ;
  • Constituer la mémoire vivante de la recherche en SHS et donner les moyens à la communauté de l’exploiter.

L’infrastructure ISIDORE propose, sur un même espace des modalités d’interrogation, d’exploration, de travail et de construction de réseaux de chercheurs afin de promouvoir la rencontre optimale, entre une intégration de services, une interconnexion de données et des pratiques propres à des communautés de chercheurs. La perspective sera donc, via cette plateforme ambitieuse, d’amplifier et d’optimiser les services et les usages actuellement existants mais dispersés et peu ou pas interopérables.

ISIDORE avec qui ?

Des opérateurs : de nombreux services entrent dans le cycle numérique des données et des documents numériques: signalement, conservation, traitement, archivage, publication, édition, etc., de la part d’opérateurs publics, mais aussi privés, non seulement sur des données ou documents écrits, mais aussi sonores, visuels, quantitatifs ou statistiques. Le projet, en étroite collaboration avec les différents opérateurs concernés et dans le respect de leurs missions spécifiques, vise à cette intégration numérique des services par le biais des services Web notamment. Dans une première phase cinq opérateurs (CLEO, CCSD, Persée, INIST, les CRN) sont étroitement associés au lancement de la plateforme d’accès unifié.

Des utilisateurs : les enseignants chercheurs, chercheurs, étudiants, mais aussi documentalistes, ingénieurs, éditeurs – dans la diversité des SHS-  accèdent, modifient, produisent les données et documents. L’exigence de transdisciplinarité croissante, de collaboration internationale, conduit à une interconnexion poussée des données et documents. La richesse, la finesse et la normalisation des métadonnées doivent permettre cette mise en commun, au profit de la cohérence et de l’excellence des programmes de recherche.

ISIDORE comment ?
La plateforme de recherche ISIDORE se distingue des moteurs de recherche classiques sur de nombreux points :

  • Moissonnage ciblé des données scientifiques structurées disponibles dans des entrepôts de données, des bases de données et en accès libre sur le Web;
  • Indexation des données en texte intégral et leurs données structurées (métadonnées documentaires par exemple);
  • Normalisation des métadonnées et enrichissement des données en s’appuyant sur des référentiels reconnus dans la communauté des sciences humaines et sociales ;
  • Interface graphique de recherche exploitant la richesse des données structurées et des référentiels;
  • Intégration possible du moteur de recherche ISIDORE dans un autre environnement par la mise à disposition d’API Web. Pour cela, cette plateforme de recherche utilise différentes façons de moissonner les données, ce qu’on appelle des connecteurs :

– moissonnage d’entrepôts de métadonnées et données OAI-PMH ;

– récupération des actualités scientifiques RSS ;

– indexation ciblée de page Web issues du web de données (RDF)

Isidore est fondé sur les principes et méthodes du web de données qui est une nouvelle extension du web proposé par le W3C. Pour les producteurs de données qui le souhaiteraient, ils leur est donc possible de ré-exposer leurs métadonnées enrichies selon les principes du Web de données dont se réclament les mouvements de mise à disposition des données publiques comme data.gov (USA) et data.gov.uk (UK).

A ce titre, la plateforme de recherche ISIDORE y contribue largement au titre de la recherche en SHS en France. Outre un gage de transparence des actions effectuées par le moteur pour aider à la recherche en SHS, cette composante s’avère essentielle, car, plus que de simples interfaces de recherche, ISIDORE offre, de par cette fonctionnalité, les moyens à l’ensemble de la communauté d’enrichir constamment ses propres données.

Information et contact : isidore@tge-adonis.fr


Vous aimerez aussi...