5e Printemps des sciences humaines et sociales – Le Rire

5e Printemps des sciences humaines et sociales

Printemps des SHS 2013

Le Rire
Du 26 mars au 11 avril 2013

>> mardi 2 avril 2013 | MESHS, espace Baïetto | 18h-20h
Théâtres du rire : Antiquité et modernité | Autour d’Aristophane

Fabienne Blaise, Anne de Cremoux, Aude Denis, Serge Valletti

>> mercredi 3 avril 2013 | Hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Lille | 18h-20h
Le rire soigne-t-il ? Une réflexion sur le rire à l’hôpital

Juliette Berry, Yvonne Delevoye-Turrell, Caroline Simonds

>> jeudi 4 avril 2013 | MESHS, espace Baïetto | 18h-20h
Le rire politique et l’espace public

Arnaud Mercier, Claudine Nédelec, Jean Ruhlmann


Mardi 2 avril 2013 | MESHS, espace Baïetto | 18h-20h
Théâtres du rire : Antiquité et modernité
Autour d’Aristophane

Table ronde, avec :
Fabienne Blaise, professeur de langue et littérature grecques et présidente de l’Université Lille 3;
Anne de Cremoux, maître de conférences en littérature grecque à l’Université Lille 3;
Serge Valletti, écrivain, auteur de théâtre et comédien.

Lecture de textes de Serge Valletti (Toutaristophane, éd. de L’Atalante) et d’Aristophane par Aude Denis, comédienne et metteur en scène.

Modération : Frédéric Gendre, chargé de médiation scientifique à la MESHS.

«Est-ce possible? Un auteur vieux de vingt-cinq siècles pourrait-il être moderne? Sans équivoque, je réponds oui.»
S. V.

Nous connaissons les textes d’Aristophane que la tradition a conservés. Nous les lisons, le comique y est flagrant même s’il demande, pour être goûté à plein, une culture générale de la chose grecque. Comment apprécier Les Grenouilles sans rien connaître d’Eschyle ou d’Euripide? La difficulté grandit encore lorsque l’on porte Aristophane sur la scène. Un public n’est pas un lectorat. Le rire de situation que nécessite une scène n’est plus un comique «littéraire», de même que l’oralité n’est pas l’écrit. Les corps sont engagés sur scène et demandent au rire de composer avec eux.
Traduction, adaptation, respect ou forçage des textes, ces questions seront abordées par deux spécialistes de la culture grecque, traductrices, chercheuses et enseignantes, ainsi qu’avec un écrivain ayant entrepris (la formule sera expliquée en son temps) un Toutaristophane.
La preuve venant aussi par l’oreille, la comédienne Aude Denis proposera quelques lectures d’Aristophane et de Serge Valletti.
F. G.


Mercredi 3 avril 2013 | Hôpital Saint-Vincent-de-Paul (salle des conférences), Lille | 18h-20h
Le rire soigne-t-il ?
Une réflexion sur le rire à l’hôpital

Table ronde, avec :
Juliette Berry, psychologue;
Yvonne Delevoye-Turrell, professeur de psychologie à l’Université Lille 3;
Caroline Simonds, directrice de l’association « Le Rire Médecin ».

Modération: Yvonne Delevoye-Turrell et Frédéric Gendre.

Association Le Rire Médecin
Pour les enfants et leurs parents, une simple visite ou un long séjour à l’hôpital est souvent synonyme d’angoisse, de solitude et de détresse. L’hospitalisation constitue une expérience cruciale à un moment où l’enfant construit sa future personnalité d’adulte. Cette expérience va influencer significativement la suite de la vie de l’enfant et son attitude face aux problèmes, tant physiques que psychiques, qu’il rencontrera ultérieurement.
Par le jeu, la stimulation de l’imaginaire, la mise en scène des émotions, la parodie des pouvoirs, les clowns permettent à l’enfant de rejoindre son monde, de s’y ressourcer. Spectacle après spectacle, ils découvrent ou redécouvrent que l’humour, le rêve et la fantaisie ont leur place à l’hôpital.
Chaque année, les 97 comédiens clowns de l’association offrent près de 71 000 visites aux enfants et à leur famille. L’association redonne aux enfants hospitalisés le pouvoir de jouer et de rire pour mieux faire face à la maladie.

La biologie du rire
Le rire est un comportement familier (sans doute) propre à l’homme qui tend à établir un contact entre les individus. Mais le rire demeure méconnu aux yeux de la plupart d’entre nous, il est ignoré par la science. L’exposé qui sera proposé aura pour objectif de répondre à la question suivante: le rire implique-t-il des mécanismes biologiques précis ? Ainsi, après avoir détaillé et mis en relief les causes, les mécanismes et les effets du rire, nous considérerons quelques idées clés qui ont donné émergence aux thérapies par le rire.
Y. D.-T.


Jeudi 4 avril 2013 | MESHS, espace Baïetto | 18h-20h
Le rire politique et l’espace public

Conférences d’Arnaud Mercier, professeur en sciences politiques et sciences de la communication à l’Université de Lorraine, de Claudine Nédelec, professeur de littérature à l’Université d’Artois et de Jean Ruhlmann, maître de conférences en histoire à l’Université Lille 3.
Présentation: Claudine Nédelec.

Rires, politiques et plateaux télé : dérisoire ou dérision?
Il est d’usage dans nombre d’émissions d’affirmer qu’on n’est pas sérieux, qu’on ne se prend pas au sérieux, qu’il faut donc faire preuve d’humour, ce qui peut aller jusqu’à l’idée qu’il faut faire rire à tout prix, avec rires en boîte préenregistrés, si besoin. Les émissions, mi-talk-show, mi-divertissement, se sont multipliées, regroupant des humoristes «professionnels» et des personnalités connues. On y parle souvent de politique, parfois avec des politiques, qui acceptent de célébrer leur propre mise en boite et qui essayent de participer à ce jeu du faire rire d’abord. Que se passe-t-il en fait? Est-on face à une forme de dérision politique, contestataire et porteuse de sens? Ou bien est-on face à un humour dérisoire et nihiliste? Les conséquences pour l’image de la politique et des hommes politiques ne sont évidem! ment pas les mêmes…
A. M.

Le farceur du Pont-Neuf : politique, rire et espaces publics au XVIIe siècle
C’est depuis les abords du Pont-Neuf, lieu d’intense vie publique, que nous observerons la combinaison au cours du premier XVIIe siècle de deux phénomènes : l’expansion du débat politique hors de la zone institutionnellement «réservée» sous l’Ancien régime, et la forte présente des différentes formes du rire. Ce fut en effet un centre majeur de circulation des libelles qui ont fleuri lors de trois moments de «troubles» majeurs : les derniers feux parisiens des guerres de religion, les violents désordres politiques au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, et enfin les premiers temps de la Fronde.
C. N.

L’âge d’or du comique politique
Au fil du XIXe siècle, l’extension du suffrage, la suppression des cens et obstacles à l’éligibilité, la libéralisation de l’expression des opinions et la parlementarisation des régimes ont des répercussions à la fois sur l’importance, mais aussi sur la configuration des discours tenus dans la Chambre basse, devenue centre névralgique du pouvoir sous la IIIe République.
Au moment où le rire sur la politique rassemble un public croissant, le comique sous diverses formes a désormais et sans conteste ses entrées à la Chambre des députés. Sa présence s’explique notamment par les ressources variées qu’il offre au tribun comme à l’interrupteur. Pour autant, son champ d’expansion est-il sans limite et cette parole est-elle sans tabou? C’est ce que nous nous proposerons de voir dans cette intervention, centrée sur les débuts de la IIIe République.
J. R.


Télécharger le programme (.pdf)  |  Voir le programme (web)


PRATIQUE

Toutes les séances sont gratuites et libres d’accès, sans réservation, dans la limite des places disponibles.
Pour tous renseignements sur les salles et horaires: 03 20 12 58 30 (standard MESHS).

MESHS – 2, rue des Canonniers, 59000 Lille – tel.: +33 3 20 12 58 30
www.meshs.fr / mail  contacts@meshs.fr

 


Vous aimerez aussi...