La femme ravie

FEMME-RAVIE091JOYE Sylvie

La femme ravie : le mariage par rapt dans les sociétés occidentales du haut Moyen Âge

Turnhout : Brepols, 2012, 386 p.

Collection Burgundica ; 19

ISBN 978-2-503-54422-9

HMA 345

Résumé éditeur :

Enlever une femme pour l’épouser n’a pas toujours été un crime. C’est à partir du IVe siècle que le rapt est condamné par la loi. Le livre analyse la pratique, la perception et la répression du rapt depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au Xe siècle. Pratique constante, les enlèvements sont le fruit des tensions générées par le mariage dans une société où la compétition, les stratégies d’alliance, les impératifs de la vengeance laissent peu de place aux choix individuels. Mais, à partir de l’époque carolingienne, l’Église renforce sa pression sur la société et pèse avec force sur le mariage, considéré comme la base et le ciment de la société chrétienne : le rapt, véritable antithèse du mariage carolingien, de crime devient alors un sacrilège, remettant en cause l’ordre du monde. Paradoxalement, alors même que le rapt est condamné avec sévérité par les lois civiles et religieuses, il continue d’être une pratique génératrice de prestige et de richesse et, surtout, il commence à apparaître sous un jour flatteur dans les chroniques : le ravisseur devient progressivement un héros fondateur de lignée.

Sylvie Joye est maître de conférences à l’université de Reims

Axe de recherches :

  • Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search