Uniformiser la foi pour unifier l’Empire

CLOSE Florence

Uniformiser la foi pour unifier l’Empire : la pensée politico-théologique de Charlemagne

Bruxelles : Académie royale de Belgique, Classe des lettres, 2011, 367 p.

Collection Mémoire de la Classe des Lettres ; t. 59

ISBN 978-2-8031-0287-7

HMA 340

Résumé éditeur :

Proclamé en 325 au premier concile de Nicée, le dogme de la Trinité ne fut pas d’emblée enseigné en Occident où la plupart des chrétiens étaient encore de confession arienne. Ce n’est qu’à la fin du VIIIe siècle qu’il s’est imposé au peuple chrétien. Au lendemain du couronnement impérial, Charlemagne choisit de placer ses diplômes sous l’invocation trinitaire. À la même époque, Alcuin lui dédia le plus célèbre de ses traités théologiques : le De fide sanctae et individuae Trinitatis. Cette impressionnante volonté royale puis impériale de professer la foi trinitaire fut suscitée par les débats théologiques et les conciles tenus à la cour carolingienne durant la décennie précédente (790-800). Mais revenait-il au roi des Francs d’engager et d’arbitrer les débats ou de définir le contenu de la foi de son Église ? L’intérêt porté à l’enseignement de la doctrine trinitaire répondait-il à quelque enjeu politique ? Le présent travail se propose de répondre à ces questions en posant les deux hypothèses suivantes : d’une part, la dévotion trinitaire dut sa fortune en Occident continental au programme carolingien de réforme culturelle et religieuse du royaume influencé de manière déterminante par Alcuin ; d’autre part, les débats théologiques à forte connotation trinitaire de la fin du VIIIe siècle ont retenu l’attention de Charlemagne, l’ont sensibilisé au danger que représentaient les divergences doctrinales pour l’unité politique du royaume et l’ont finalement convaincu d’assumer personnellement une part de la mission de prédication dévolue aux clercs.

Docteur en Philosophie et Lettres (orientation histoire) depuis juin 2007, Florence Close poursuit, à l’Université de Liège, ses recherches sur les fondements religieux du pouvoir au haut Moyen Âge en tant que chargée de recherches FRS-FNRS puis qu’assistante en histoire médiévale. Elle est lauréate du concours 2009 de la Classe des Lettres de l’Académie royale de Belgique.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 – Du local aux empires

Vous aimerez aussi...