L’étude des correspondances dans le monde romain de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive

DESMULLIEZ Janine, HOËT-VAN CAUWENBERGHE Christine, JOLIVET Jean-Christophe

L’étude des correspondances dans le monde romain de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations

Villeneuve d’Ascq : UL 3, 2010, 562 p.

Collection Travaux et recherches

ISBN 978-2-84467-125-7

C 1159

Résumé éditeur :

Le Centre de recherche HALMA-IPEL (Histoire, Archéologie, Littérature des Mondes Anciens) présente ici les actes XXXIIe colloque international qui a eu lieu à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, les 20, 21, 22 novembre 2008 sur le thème de “L’étude des correspondances dans le monde romain de l’antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations”.

L’ensemble des articles a pour objectif d’analyser les correspondances tout autant comme genre littéraire que comme document historique à l’aide d’exemples empruntés à la fois au répertoire de l’Antiquité classique (Cicéron, Pline le Jeune, Fronton, etc.) et à celui de l’Antiquité Tardive (Ambroise, Augustin, Jérôme, Paulin de Nole, etc.). Certains auteurs étudient plus précisément la formation des recueils épistolaires, les processus de mise en valeur, de conservation, de classement, de regroupement et de copie des lettres. D’autres s’attachent davantage à l’étude de leur diffusion, d’autres encore à leur valeur documentaire pour l’étude de la société romaine, tant classique que tardive, à travers ses habitudes culturelles, ses pratiques administratives, la représentation qu’elle se fait de ses élites et de leur hiérarchie, l’avènement en son sein du christianisme enfin, qui ouvre de nouvelles voies aux usages épistolaires. la réflexion s’est portée sur la longue durée de manière à déterminer les permanences de certaines pratiques et les évolutions qui se sont produites entre la période classique et les derniers siècles de l’Empire.

Axe de recherches :

  • IUF Haut Moyen âge

Vous aimerez aussi...