Perception et vécu des occupations en histoire et en histoire de l’art – Compte rendu Atelier Jeunes Chercheurs –

Atelier Jeunes Chercheurs (IRHiS)

Séance du 14 novembre 2012

« Perception et vécu des occupations en histoire et en histoire de l’art »

Présents: Jean-Marc Guislin (Professeur en histoire contemporaine, Lille 3-IRHiS); Michèle Gaillard (Professeur en histoire du haut Moyen-Âge, Lille 3-IRHiS); Danielle Duyme (Doctorante en histoire médiévale, Lille 3-IRHiS); Denis Leroux (Doctorant en histoire contemporaine, Paris I); Cecile Leroux (Doctorante en histoire médiévale, Lille 3-IRHiS), Etienne Lock (Doctorant en histoire contemporaine, Lille 3-IRHiS), Paul Chaffenet (Doctorant en histoire médiévale, Lille 3-IRHiS).

Excusés: Juliette Bouchot (Doctorante en histoire de l’art, Lille 3-IRHiS), Selly Racine-Bal (Doctorante en histoire de l’art, Lille 3-IRHiS), Marc-Bernier Crespin (Doctorant en histoire médiévale, Lille 3-IRHiS).

Comme lors des séances de l’année précédente, le séminaire a débuté à 14 h par une série de discussions portant sur la méthodologie de la thèse.
Cette première phase a permis aux doctorants présents d’échanger sur des difficultés et des interrogations communes.

La thématique du jour, « Perception et vécu des occupations », a servi d’exemple concret pour aborder en premier lieu la question des sources.
Denis Leroux, conscient de la nécessité d’aller « sur le terrain » (soit en Algérie) pour traiter son sujet, a ainsi évoqué divers problèmes d’accès à l’information, comme la crédibilité à accorder ou non aux sources « orales », ou encore certaines difficultés liées aux dialectes locaux.
Un autre aspect important de la méthodologie a été abordé: les apports de la bibliographie.
Dans le cas de Danielle Duyme, le point d’achoppe majeur porte sur l’ancienneté et le caractère partisan des publications portant sur l’Audomarois de la fin du Moyen-Âge, d’où une nécessaire prudence à adopter face à des historiens incontournables mais dépassés.

Les interventions des doctorants ont pu débuter à partir de 15 h, à l’arrivée des deux discutants (Michèle Gaillard et Jean-Marc Guislin).
La thématique a été introduite par quelques mots du président de séance.
Plusieurs objectifs ont été annoncés. Il s’agissait d’abord de discuter du concept même d' »occupation », dont la forte connotation politique et militaire (en droit international contemporain, une occupation consiste en « la substitution par la force d’une autorité politique à une autre ») amène pourtant à explorer d’autres domaines de la recherche en sciences humaines. Le doigt a ainsi été mis sur la nécessité de traiter non pas des occupations comme des phénomènes limités dans le temps et dans l’espace, mais bien comme des objets historiques à part entière. D’où une importance cruciale accordée à la manière dont ces évènements sont « représentés », pensés, intellectualisés. L’occupation peut également devenir un objet artistique par lequel l’artiste peut certes se poser en tant que témoin, mais qui lui permet, dans une certaine mesure, de s’épanouir dans son art.

L’intervention de Denis Leroux (Mener la « guerre révolutionnaire » et transformer la société coloniale: l’exemple du quartier de Warnier) nous a ainsi permis de comprendre comment, au travers du cas particulier des troubles dans l’Algérie des années 1950/1960, l’emploi de la force militaire a été intégrée à un vaste projet de création d’une nouvelle Algérie française.

Les remarques de Michèle Gaillard ont porté sur des questions de concepts. Comment distinguer « colonisation  » et « occupation » ? Une discussion commune a permis de proposer quelques définitions, soit la colonisation comme un « méthode de gouvernalité », et l’occupation comme « une transformation des méthodes de gouvernement ».

Les questions de Jean-Marc Guislin touchaient également au contexte. A ainsi été abordée un sujet délicat à traiter, soit la perception en Algérie des forces militaires de « pacification » par les Français d’Algérie. Ont-ils à leur tour ressenti cette présence armée comme une « occupation », au sens de limitation des libertés individuelles ?

Jean-Marc Guislin, Denis Leroux et Étienne Lock ont pu débattre sur des questions supplémentaires. A ainsi été abordée la distinction délicate à marquer entre « colonie de peuplement » et « colonie d’exploitation ». L’évocation de cas contemporains aux évènements d’Algérie, comme le devenir des colonies du Cameroun, l’exemple de la Malaisie britannique ou du Nord-Viêtnam, ont permis d’étendre le champ géographique de nos réflexions.

La communication de Danielle Duyme (L’Audomarois à la fin du Moyen Age) nous a permis de discuter de la validité du concept d' »occupation » tout en nous concentrant sur la fin de l’époque médiévale. L’exposé a porté non pas sur une occupation effective de Saint-Omer aux XIVe-XVe siècles, mais plutôt sur les conséquences sociales et politiques d’une « psychose » face à une présence étrangère redoutée. Le traitement des sources permet notamment de mesurer la faculté d’adaptation d’une population située au carrefour de l’Angleterre et de la Flandre, soit dans une zone stratégique au coeur de la Guerre de Cent Ans.

Plusieurs questions et remarques ont animé la suite des discussions. Elles ont permis de mieux comprendre l’attitude assez ambigüe des habitants de Saint-Omer face au voisin anglais, une relation combinant à la fois des sentiments d’hostilité, mais aussi des rapports parfois cordiaux, notamment pour des raisons économiques. A ainsi été posée la question de la « neutralité » des Audomarois dans un contexte de conflit de longue durée: cette position n’a-t-elle pas été justement une réponse possible face à la peur d’une invasion ? Il a notamment été rappelé que le discours sur l’attitude des Audomarois doit s’affranchir d’une littérature partisane, nationaliste, qui veut insister sur la « résistance » d’une ville face aux Anglais. S’il est délicat d’appliquer le concept de « sentiment national » à ce cas particulier, il semble en tout cas possible d’identifier une conscience de groupe entretenue par une situation de peur et de rejet de l’étranger.

Les débâts étant clos, la séance a été levée à 17 h 30.


Vous aimerez aussi...