Jésus selon Proudhon

BESSIÈRE Gérard

Jésus selon Proudhon : la « messianose » et la naissance du christianisme

Paris : les Éd. du Cerf, 2007, 484 p.

Collection Histoire

ISBN 978-2-204-08084-2

FR 1561

Résumé éditeur :

Toute sa vie, Proudhon fut hanté par la figure de Jésus. Les allusions au Nazaréen, fréquentes dans sa correspondance et dans ses « Carnets », sont présentes jusque dans ses œuvres consacrées aux questions économiques, sociales et politiques.
Mais on rencontre surtout cette attention à Jésus dans beaucoup de ses écrits publiés ou encore inédits. Dès 1839, alors qu’il a trente ans, Proudhon annote les épreuves d’une bible qu’il corrigeait pour le compte d’un imprimeur à Besançon. Il continuera d’y déposer ses remarques jusqu’à ses derniers jours. Il écrira que ses « vrais maîtres » furent « la Bible d’abord, Adam Smith ensuite, et enfin Hegel ». On trouve de longs développements sur Jésus dans les œuvres éditées avant sa mort, en particulier dans « De la justice dans la Révolution et dans l’Église », et dans les ouvrages ébauchés qui ne furent publiés qu’après son décès, en particulier dans « Jésus et les Origines du christianisme ». Ces textes – parfois des brouillons – présentent des variations considérables : on y retrouve la vitalité de sa pensée et de son écriture.
Critique de Strauss et de Renan, Proudhon présente une figure de Jésus très originale dans l’éventail des Jésus du XIXe siècle. Il a formé le néologisme « messianose », par analogie avec « apothéose », pour désigner la fabrication sociale du Messie : dans la palette des messianismes, Jésus selon Proudhon présente un cas extrême car il est fait Messie parce qu’il était un anti-Messie.
L’étude de l’ensemble de ces textes, cités dans cet ouvrage, fait découvrir que Proudhon fut un pionnier en sociologie des religions, en même temps qu’un exégète, un historien et un philosophe de l’histoire. Étrangement, les études sur les positions de Proudhon par rapport à Dieu et à la religion ont donné peu de place à la présence de Jésus dans son œuvre. Ce livre voudrait combler cette lacune.

Gérard Bessière est prêtre, ancien aumônier national des Équipes enseignantes de la paroisse universitaire. Il a travaillé aux Éditions du Cerf de 1969 à 1988 et fut journaliste à l’hebdomadaire « La Vie » de 1975 à 1988.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 – Du local aux empires

Vous aimerez aussi...