Modernités de l’Ancien Régime

BECCHIA Alain

Modernités de l’Ancien Régime (1750-1789)

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, 501 p.

ISBN 978-2-7535-2037-0

FR 1553

Résumé éditeur :

On a trop souvent décrit les dernières décennies de l’Ancien Régime comme l’impuissante et lente agonie d’un pouvoir et d’une société incapables de se réformer. Certains contemporains eux-mêmes ont répandu l’idée d’une dégénérescence de la monarchie, d’une incurie de l’État et d’élites crispées sur leurs privilèges ou leurs préjugés.
Pourtant, les comportements démographiques évoluent de façon sensible, révélant de profondes modifi cations des attitudes mentales. Dynamisme et modernité caractérisent des secteurs importants de l’économie et de la vie sociale. L’agriculture progresse lentement, mais en mille points ; le pays s’industrialise et le grand commerce maritime atteint son apogée. Une proportion non négligeable de la noblesse, voire du clergé, semble réellement imprégnée par le mouvement des Lumières et s’implique d’ailleurs dans la modernisation de l’économie et la diffusion des idées nouvelles. La société se passionne pour les découvertes techniques et les audaces en tout genre.
Les idées nouvelles pénètrent largement l’administration, des intendances jusqu’aux ministères et au pouvoir souverain lui-même. L’État tente de favoriser et d’accompagner les évolutions économiques, notamment par des mesures libéralisant la production et les échanges. La monarchie multiplie aussi les mises en chantier de réformes, avec une réelle volonté de moderniser le royaume et d’homogénéiser le territoire. Certaines aboutissent en grande partie (armée, marine, statut des protestants) ; d’autres sont entravées (justice, fiscalité, assemblées représentatives).
Mais si la Révolution introduit une rupture évidente, il convient aussi d’insister sur les continuités indéniables et l’héritage recueilli. Beaucoup d’innovations que les gouvernements révolutionnaires reprendront ultérieurement à leur compte ont été, en fait, conçues et préparées dans la dernière période de l’Ancien Régime. La Révolution, de 1789 à 1791, a souvent réalisé les projets que la monarchie avait tentés ou rêvés, ce qui ne constitue pas le moindre des paradoxes.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 – Du local aux empires

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search