Courtrai

HÉLARY, Xavier

Courtrai, 11 juillet 1302

Paris : Tallandier, 2012, 207 p.

Collection L’histoire en batailles

ISBN 978-2-84734-731-9

FL 2403

Résumé éditeur :

Au matin du 11 juillet 1302, Français et Flamands se font face dans la plaine de Courtrai. D’un côté, l’armée du roi Philippe le Bel compte environ 8 000 hommes — surtout des chevaliers — sous le commandement de Robert d’Artois, chef de guerre respecté et charismatique. De l’autre côté, sont réunies les milices flamandes, à peu près aussi nombreuses, mais qui combattent à pied, armées de leur bâton de bois, le goedendag. Des chevaliers face à des fantassins : les forces en présence peuvent paraître déséquilibrées.Le champ de bataille est un terrain fangeux, entrecoupé de fossés et de ruisseaux. Les Français jugent la victoire facile. Péché d’orgueil ? Pour la postérité, la bataille de Courtrai sera la « bataille des Éperons d’or » — du nom de ces attributs réservés aux chevaliers français, ramassés en grand nombre sur les cadavres qui parsèment le champ de bataille.Victoire d’une armée d’artisans et de paysans sur une armée de nobles et de professionnels de la guerre, la bataille de Courtrai est aussi un échec majeur du règne de Philippe le Bel. Côté flamand, elle signe la naissance d’un véritable sentiment national.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 – Du local aux empires

Vous aimerez aussi...