Séminaire – La Réception

SÉMINAIRE LA RÉCEPTION 

Dans le cadre du Séminaire doctoral « Histoire du goût, du marché de l’art et des collections » séminaire  consacré à la question de La réception

L’œuvre d’art entre production et réception

Comme Enrico Castelnuovo l’a souligné récemment[1], le marché de l’art représente l’un des versants les plus significatifs de la réception de l’œuvre d’art ; à ce titre, son étude s’inscrit donc dans le vaste domaine des relations rattachant les œuvres d’art à la société et à la culture de leur temps. Depuis plusieurs années déjà, le séminaire annuel de l’équipe n°1 de l’IRHiS a eu pour sujet l’histoire du goût, du collectionnisme et du marché de l’art[2], axe porteur des travaux de l’équipe, comme les publications de ses membres continuent de le montrer. À partir du mois d’octobre 2012, le séminaire commun de l’équipe n° 1 reprendra ses séances mensuelles ; il sera caractérisé par un élargissement du sujet à des aspects de la réception de l’œuvre d’art annexes au collectionnisme et au marché. A savoir l’histoire et la circulation des œuvres, avec leur corollaire, le transfert culturel ; la réflexion sur l’iconographie d’œuvres déplacées ou replacées au cours de leur histoire ; la fortune ou les infortunes critiques des œuvres soumises à l’évolution des théories. Les interventions pourront  porter sur la période médiévale, moderne et contemporaine. Le propos du séminaire est de mieux faire connaître et diffuser les recherches menées au sein de l’IRHiS et de souligner comment, en histoire de l’art, s’affirme actuellement l’étude longtemps négligée de la réception de l’œuvre, complémentaire de celle de sa production.

La réception de l’œuvre d’art : XVIIIe-XIXe siècles

(organisation : Maria-Teresa Carraciolo, Patrick Michel,et François Robichon)

Ce thème « la réception de l’œuvre d’art ». recoupe déjà plusieurs de nos recherches (marché de l’art, visualité…), il n’exclut évidemment pas la connaissance de l’œuvre pour elle-même sous toutes ses composantes. Il peut nous obliger à envisager l’œuvre dans son externalisation, dans sa transmission, dans le fait qu’elle existe en définitive dans sa diffusion et donc dans sa réception.

Que peut-on savoir de la réception de l’œuvre d’art à chaque époque ? Quels sont les processus de sa livraison. Que devient-elle une fois transmise ? En quoi la réception fait-elle partie du processus d’élaboration de l’œuvre ?

Ce séminaire doctoral se déroulera sous la forme de deux journées d’étude auxquelles s’ajoutera une journée consacrée à la réception de l’art chinois organisée par notre collègue Marie Chang Ming Peng en collaboration avec l’université d’Artois

1ere journée : L’architecture et sa réception
8 février 2013

Matin : 9h 30

Séance introductive : La question de la réception : historiographie et méthodologie  : Pascal Griener, professeur Université de Neuchâtel

10h 30/  Arnaud Timbert (Université Lille 3, IRHIS UMR 8529) , La réception de l’architecture du Moyen Âge au XIXe siècle : approche méthodologique

Pause :

11h / Daniel Dal Pesco, Université de l’Acquila, Fortune de l’antique et architecture baroque à Rome

Discussion

Après-midi

14h / Jean-Marie Pérouse de Montclos, CNRS, Membre de l’Académie d’Architecture, La Fortune critique d’Ange-Jacques Gabriel, ; architecte de Louis XV,  de la Révolution à la première guerre mondiale (à propos d’un livre récemment paru) 

14 h 30 /Pierre Pinon, Professeur, ENSA de Paris-Belleville, La réception de l’antique par l’Académie d’Architecture

Pause

15h 30/ Odile Parsis-Barubé. (Université Lille 3 Charles de Gaulle. UMR 8529 IRHIS L’appropriation du Moyen Âge par les historiens du XIXe siècle

Discussion finale

 


[1] Préface de l’ouvrage de Paolo Coen,  Il mercato dei quadri a Roma nel diciottesimo secolo, Firenze, Leo Olschki, 2010, deux volumes, vol. 1, p. VI.

[2] Sous la direction de Patrick Michel et de François Robichon.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search