Bruxelles au travail. Images et récits des années ’90

Bruxelles au travail. Images et récits des années ’90

Du 20/9/12 > 23/3/13

La Fonderie

Vingt ans, c’est tellement proche mais déjà si loin…

Dans les années ‘90, La Fonderie a réalisé des milliers de photographies d’entreprises, d’usines, d’ateliers ou de magasins dans des secteurs bruxellois les plus divers.

Ces clichés témoignent aujourd’hui de l’évolution récente du monde du travail dans la capitale et notamment de la disparition de certains domaines d’activités. Récemment numérisés grâce au Plan de préservation et d’exploitation des patrimoines (PEP’S) de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous vous en présenterons une sélection à partir de septembre.

Souvent insolites, parfois cocasses, ces images dévoilent un Bruxelles méconnu, quelquefois oublié, alors qu’elles n’ont pas deux décennies. Les activités tertiaires ont aujourd’hui compensé économiquement la disparition de la plus grande partie de la production industrielle de la ville en transformant non seulement l’aspect physique de la capitale, mais aussi sa structure d’emploi. Bruxelles, tout à la fois source de richesse et lieu de pauvreté au chômage croissant, voit aujourd’hui s’agrandir le clivage entre les travailleurs peu qualifiés et ceux spécialisés.

Cette exposition présentera une série de témoignages sous la forme de photos et d’interviews orales, et partagera des expériences, des savoir-faire, des anecdotes, des souvenirs heureux ou difficiles.

« Bruxelles au travail » ne se veut pas une exposition archéologique. Bien au contraire, elle voudrait aider le visiteur à s’interroger sur la notion même de travail qui nous concerne tous. La place qu’elle prend dans notre emploi du temps quotidien est loin d’être anecdotique ! Que représente-t- elle ? Un simple moyen de subsistance, une réalisation de soi ou une source de peine quotidienne, voire une souffrance dans l’absence d’emploi? Qu’est-ce qui se cache derrière la valeur travail et quelle en est notre mémoire ? Cette exposition se propose de nous permettre de réfléchir à nos conceptions autour de nos rapports complexes et variés au travail et de repenser nos souvenirs professionnels.

Si durant cet automne, des verbes comme bouloter, bosser ou turbiner ne vous laissent pas indifférents et suscitent un sentiment quelconque, une visite à La Fonderie s’impose

Du mardi au vendredi, de 10h à 17h. Les weekends et jours fériés, de 14h à 17h.

Fermeture annuelle du samedi 22 décembre 2012 au mardi 1er janvier inclus.

Prix d’entrée : 4€, 2€ ou 1,25€ (Article 27). Gratuit chaque premier dimanche du mois.


Vous aimerez aussi...