Compte rendu Rencontres franco-néerlandaises

Les 22 et 23 novembre dernier, se sont tenues, à Paris, au collège franco-néerlandais, les dixièmes rencontres franco-néerlandaises, organisées par le RFN, basé à Lille 3 et  dont le directeur, Thomas Beaufils, est membre de l’équipe 3 de l’IRHIS.
Autour du thème “Les clés de la réussite”, des chercheurs des deux pays ont échangé sur la question des partenariats de recherche internationaux et des diplômes conjoints.
Je livre ici quelques éléments de compte rendu  qui intéressent plus particulièrement la recherche en histoire et les perspectives d’internationalisation auxquelles nous devons travailler dans le cadre de l’IRHiS :
1) D’abord, quelques idées de thématiques suggérées par  Catherine Secrétan et Pim den Boer, lauréats du prix Descartes Huygens,  sur lesquelles de possibles travaux de recherches croisées pourraient être envisagés et qui concernent l’histoire des idées politiques à l’époque moderne :
– la réception de l’oeuvre  de Jean Bodin aux Pays-Bas
– une étude des petits anonymes hollandais des XVIe-XVIIe siècles conservés à la BNF où ils constituent un fonds substantiel qui n’a pas encore été exploité.
– les collections de documents relatifs aux Indes orientales conservés à Leyden (partenariat possible entre la France, Leyden et Djakarta).
Pim den Boer, dépassant le cadre de l’histoire moderne stricto sensu,  a insisté sur l’intérêt d’un regard croisé sur un certain nombre de questions, à l’heure où; en France,  le débat se crispe sur l’identité nationale, la maison de l’histoire de France, la notion de “canons historiques” etc . Il a suggéré de construire des partenariats sur des sujets comme :
– l’histoire comparative des passions identitaires,
– de l’enseignement de l’histoire nationale d’un pays à l’autre
– des politiques mémorielles
Il a insisté sur le fait que de tels travaux devraient avoir pour objectif de déboucher sur une histoire comparée de certains  concepts (nation, sentiment national, identité, tolérance, civilisation, culture…)
2) La table ronde de mardi matin a porté sur la question des diplômes conjoints (peu de choses sur le côté technique et administratif mais beaucoup de témoignages directs d’anciens étudiants). Il en ressort que, si les étudiants néerlandais viennent peu en France, c’est parce que l’enseignement y est dispensé exclusivement en français alors qu’ils sont habitués, aux Pays-Bas, à ce qu’en master, il soit pour une large part dispensé en anglais. La condition sine qua non de la réalisation de partenariats effectifs au niveau des formations est donc la conversion des enseignants français à l’idée d’un enseignement en anglais au niveau des masters. Ce qui se fait à sciences po par exemple…Il a été rappelé que l’AERES accorde, dans ses évaluations, une importance de plus en plus grande au critère de l’internationalisation et que la question des doubles diplômes doit être considérée désormais comme une priorité, surtout pour les universités frontalières.
Odile Parsis, directrice-adjointe du laboratoire IRHiS

Vous aimerez aussi...