Migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle

Exils entre les deux mondes

Migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle

8 mars – 9 mars 2012
Madrid
Colloque

Coord. DELPHINE DIAZ (Université Paris I, Centre d’Histoire du xixe siècle), JEANNE MOISAND (Université Paris I, Centre d’Histoire du xixe siècle) , ROMY SANCHEZ (Université Paris I, MASCIPO), JUAN LUIS SIMAL (Université Autonome, Madrid)
Org. : EHEHI-Casa de Velázquez, Centre d’histoire du xixe siècle (Université Paris I-Université Paris IV), Universidad Autónoma de Madrid, École doctorale d’histoire ED113 (Université Paris I), UMR 8168 « Mondes Américains, Sociétés, Circulations, Pouvoirs XVe-XXIe siècles » MASCIPO, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine IHMC(CNRS)

Présentation

Dans la plupart des sociétés atlantiques du XIXe siècle, l’entrée dans la modernité politique s’accompagne d’exils volontaires ou forcés. Comment comprendre l’impact de ces itinéraires sur la (re)construction d’un espace politique transnational, commun à l’ancien et au nouveau monde après les indépendances américaines ? En rassemblant des chercheurs issus de différents contextes universitaires, ce colloque entend aborder et discuter plusieurs problèmes. Tout d’abord, la définition de l’objet « exil » : comment envisager les exilés politiques sans essentialiser une catégorie sociale aux frontières floues, qui entretient des relations parfois étroites avec celle des autres migrants ? Pour éviter cet écueil, faut-il privilégier l’étude de trajectoires individuelles, ou au contraire s’attacher aux mouvements de groupes sélectionnés sur des critères précis ?  Ensuite, l’observation de tendances sur le long XIXe siècle : à quels types de changements les itinéraires, la sociologie et l’impact des exils sont-ils soumis ? Comment l’accélération des circulations politiques conforte-t-elle des tendances apparemment contradictoires, comme la fragmentation politique de l’Atlantique ibérique, ou l’affirmation des nationalismes de part et d’autre de l’Atlantique? Pour finir, les choix méthodologiques : pour étudier les exils, doit-on s’intéresser en priorité à la matérialité des circulations d’hommes et des échanges d’idées ou privilégier les contacts entre histoire sociale du politique et de la culture, et histoire des concepts ? Certaines méthodes, comme les analyses de réseaux, les prosopographies, les études de discours, sont-elles particulièrement adéquates à cet objet ?

Programme


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search