Un atlas imaginaire

BARIDON Laurent

Un atlas imaginaire : cartes allégoriques et satiriques

Paris : Citadelles & Mazenod, 2011, 199 p.

ISBN 978-2-85088-515-0

U 1 58

Résumé :

Quiconque a rêvé en observant les nuages dans le ciel ou le contour des terres sur une mappemonde sait que l’imagination conduit parfois à y percevoir des animaux, des personnages ou des visages. Reconnaître des images familières dans des formes inconnues est un phénomène courant. Il permet de relativiser l’étrangeté d’un objet et de lever une partie de l’incompréhensible qu’il suscite. Dès le XIVe siècle, après avoir étudié les portulants des géographes de son temps Opisinus de Canistris a dessiné des cartes de la Méditerranée. Cédant à son imagination déréglée, il y faisait apparaître des personnages allégoriques et conjecturait la présence de démons dans le contour des littoraux. Plus tard, à la Renaissance, la découverte de nouveaux mondes a révélé des territoires inconnus. Ces formes étranges et longtemps imprécises ont été le support d’une imagination cartographique que l’imprimerie a contribué à diffuser par des cosmographies et des atlas.
A partir de cette époque, la géographie de l’Europe devient l’enjeu d’une symbolique visuelle. Certaines cartes célèbrent son unité et la représentent sous la forme d’une reine colossale. D’autres au contraire soulignent les dissensions et les conflits qui la divisent. Ces allégories politiques retrouvent parfois la faune et la flore symboliques de l’héraldique. La courbe de la côte des Pays-Bas est ainsi assimilée à l’échine d’un lion rugissant, symbole de la résistance et de l’indépendance d’un territoire. Avec le déclin des monarchies et l’essor des nationalismes, les cartes deviennent plus souvent satiriques.
On se moque volontiers des pays voisins et rivaux en caricaturant les contours sous les traits de personnages emblématiques aux attitudes agressives. Ces images rencontrent un grand succès populaire durant les conflits qui déchirent l’Europe et le monde jusqu’au milieu du XXe siècle. Elles diffusent sous forme de jeux et de puzzles qui intéressent aussi un public jeune. Le phénomène n’a pas disparu aujourd’hui car il est toujours lié à la propagande visuelle qui est à l’oeuvre dans les conflits territoriaux et les luttes politiques. Les caricaturistes, les illustrateurs, mais aussi certains artistes contemporains dessinent encore ce type de cartographie. Cependant, leurs images inversent parfois le point de vue qui avait été adopté jusqu’alors. Dans les anciennes cartes, les formes géographiques étaient composées de personnages ou de visages. Les nouvelles montrent plus fréquemment un corps sur lequel s’inscrit une géographie réelle ou fantaisiste. L’homme de la globalisation règne sur un monde à son échelle, unifié par des communications toujours plus rapides. Mais, grâce à ces cartes corporelles et mentales, c’est en lui-même qu’il poursuit l’exploration des territoires inconnus de son imaginaire.

Laurent Baridon est professeur d’histoire de l’art à l’université Lumière Lyon 2 et chercheur au sein de l’équipe « Art, imaginaire, société » du Laboratoire CNRS LARHRA.
Il a publié, en collaboration avec Martial Guédron, L’art et l’histoire de la caricature, en 2009 aux éditions Citadelles & Mazenod.

Table des matières :

Introduction : Figures de la carte
1. L’imaginaire des cartes
2. Allégories de l’Europe
3. Emblèmes et bestiaires
4. Déclin de l’héraldique, essor de la satire
5. Nouveaux emblèmes, nouveaux publics
6. Physionomie des nationas, expressin des conflits
7. La Grande Guerre des cartes
8. La tradition des cartes politiques et satiriques
9. Anatomie des territoires
10. Frontières du soi

Conclusion : La terre humaine

Axe de recherches :

  • Axe transversal : Cultures visuelles

Vous aimerez aussi...