L’exorcisme des possédés

CHAVE-MAHIR Florence

L’exorcisme des possédés dans l’Église d’Occident (Xe-XIVe siècle)

Turhnout : Brepols, 2011, 446 p.-[16] p. de pl.

Collection Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen âge ; 10

ISBN 978-2-503-53355-1

EUR 801

Résumé :

L’exorcisme, attesté depuis les premiers temps de l’Église, est une pratique mal connue. Le soupçon qui l’entoure a pu être entretenu par son objet: mettre en fuite le démon amène inévitablement à nommer celui-ci, à le reconnaître, à lui donner la parole. L’arme de l’exorcisme, destinée à repousser le diable en l’expulsant du corps des possédés, offre toujours à ce maître du mensonge quelques moments de puissance et de gloire.

Comment, entre le Xe et le XIVe siècle dans tout l’Occident chrétien, a-t-on perçu, analysé et représenté cette lutte contre un fauteur de désordre qui, à la faveur de la possession,  met en danger l’équilibre des individus et trouble en même temps la société tout entière? La liturgie, l’hagiographie, la prédication, l’iconographie, le droit canon ou les correspondances de clercs font apparaître un discours ecclésiastique destiné à mettre en scène le processus par lequel l’Église retrouve inévitablement son unité en dépit des efforts du Malin. Manifestation singulière du pouvoir des mots, l’exorcisme offre aussi de nouvelles clés de lecture à propos d’autres usages de la parole caractéristiques des pratiques sociales à partir du XIIIe siècle comme la prédication, la confession et l’Inquisition.

Florence Chave-Mahir, agrégée d’Histoire et Docteur en Histoire médiévale de l’Université Lumière Lyon 2, appartient au laboratoire de recherches Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux – UMR 5648.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 – Du local aux empires

Vous aimerez aussi...