Les séparatistes wallons et le gouvernement de Vichy (1940-1943)

HASQUIN Hervé

Les séparatistes wallons et le gouvernement de Vichy (1940-1943)

Bruxelles : Académie Royale de Belgique, 2004, 196 p.

Collection Mémoires de la classe des lettres. In 8° ; 29

ISBN 2-8031-0199-8

N 2541

Résumé :

L'”Omerta” ou la loi du silence a permis d’occulter pendant plus d’un demi-siècle un épisode peu glorieux du Mouvement wallon pendant la seconde guerre mondiale. Or, une figure emblématique de ce mouvement, l’imprimeur-éditeur Georges Thone, futur président du Grand Liège et l’un des fondateurs du Rassemblement wallon (1968) fut le chef de file incontesté d’un certain nombre de personnalités réfugiées dans la zone libre et qui de juillet 1940 à janvier-février 1943, ont tenté de négocier le rattachement de la Wallonie à la France.
Les initiatives de Thone étaient connues à Liège et soutenues discrètement par des personnalités du Directoire de la Wallonie libre clandestine et le Groupe Sambre-et-Meuse.
Dans quelles conditions Thone discutait-il avec l’entourage du Maréchal Pétain et des gouvernements successifs de Vichy ? Qui étaient ces wallons, journalistes, écrivains, hommes politiques qui l’entouraient et recevaient une aide financière du régime ? Qui étaient les “amis liégeois” de Thone pendant cette période ? Quel fut le sort réservé par Vichy à ces propositions “rattachistes” ? Comment a-t-il été possible de cacher si longtemps de tels agissements ?
Voilà des questions que pose ce livre. Les investigations dans les archives du gouvernement de Vichy et surtout la découverte de quelques centaines de lettres, inconnues jusqu’à ce jour, enfermées dans une valise ayant appartenu à Thone et retrouvée par hasard voici quelques années, ont permis d’y répondre.

Hervé Hasquin est docteur en philosophie et lettres (histoire) de l’Université libre de Bruxelles (1970) où il enseigne l’histoire (temps moderne) et dirige le Centre d’étude des religions et de la laïcité. Il a été recteur et président du Conseil d’administration de l’Université. Il est correspondant de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique (2002). Il est aussi parlementaire et ministre.
Ses principaux travaux concernent l’histoire économique, sociale et démographique aux XVIIe et XVIIIe siècles, la question des rapports entre l’État et les Églises de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, et enfin l’histoire de la wallonie.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 – Du local aux empires

Vous aimerez aussi...