Les grands ports de commerce français

MARNOT, Bruno

Les grands port de commerce français et la mondialisation au XIXe siècle

Paris : PUPS, 2011, 589 p.-[18] p. de pl.

Collection Histoire maritime

ISBN 978-2-84050-780-2

Résumé :

Le XIXe siècle a donné naissance aux ports industriels, en raison de la présence croissante des navires à vapeurs dans des bassins vastes et bétonnés, de l’invasion des grues mécaniques, des docks-entrepôts et des voies ferrées sur les quais, ou encore des premières expériences de « sidérurgie sur l’eau ». Sous la pression conjuguée de la révolution industrielle et de la mondialisation, les grands ports de commerce français ont connu des mutations techniques et économiques sans précédent. Cette adaptation était la condition sine qua non pour qu’ils s’insèrent dans les nouvelles logiques du commerce international et qu’ils demeurent compétitifs dans un univers de plus en plus concurrentiel entre grands organismes portuaires européens pour la captation des trafics maritimes et terrestres. Cet ouvrage, qui se concentre sur les 16 principaux établissements nationaux, est en premier lieu une réflexion sur une forme de contrainte nouvelle, que nous avons désignée par l’expression de « logique d’adaptation permanente ». Elle procéda d’une dynamique innovatrice qui a fait entrer les ports de commerce dans l’ère des « travaux perpétuels » et les a conduits, dans le cas français, à s’insérer dans le commerce international selon des modèles de croissance régionaux spécifiques.

Toutefois, le processus de modernisation des grands établissements nationaux a présenté des défaillances qui ont provoqué leur déclassement relatif dans la hiérarchie européenne. Elles se sont traduites par un sous-dimensionnement chronique des infrastructures et des lacunes croissantes en matière d’équipement, qui ont conduit à s’interroger sur le relatif échec de la politique portuaire entre 1815 et 1914. L’insertion plus ou moins bien réussie des ports français dans la mondialisation du XIXe siècle a également posé la question de leurs options respectives à propos de la conquête des marchés ultramarins et continentaux. Pouvant être considérés comme les premières plateformes logistiques de l’ère contemporaine, les ports du XIXe siècle inaugurèrent également l’ère de l’industrialisation lourde littorale. Cette dernière représenta autant une contrainte supplémentaire en matière d’aménagement des territoires portuaires qu’une nouvelle opportunité de développement économique à long terme.

Maître de conférences habilité en histoire économique contemporaine, Bruno Marnot est membre du Groupement d’intérêt scientifique-Histoire maritime. Il codirige actuellement l’axe de recherche « Identités et territoires des villes portuaires du XVIe siècle à nos jours » du Centre d’études des mondes moderne et contemporain à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

Axe de recherches :

  • Équipe 2 : Activités économiques, dynamiques sociales, échanges

Vous aimerez aussi...