René d’Anjou, écrivain et mécène (1409-1480)

BOUCHET Florence

René d’Anjou, écrivain et mécène (1409-1480)

Turhout : Brepols, 2011, 1 vol. (308 p.)

Collection Texte, codex & contexte ; 13

ISBN 978-2-503-53350-6

Résumé :

À l’occasion du 6e centenaire de la naissance de René, duc d’Anjou et comte de Provence, ce volume pluridisciplinaire propose des perspectives nouvelles sur l’action d’un prince qui, malgré ses déboires politiques, fut un écrivain subtil et un mécène curieux de tous les arts. Sont abordés l’oeuvre littéraire de René d’Anjou (Livre du coeur d’amour épris, Mortifiement de vaine plaisance, Traité et devis de la forme d’un tournoi), mais aussi sa bibliothèque, sa politique culturelle, les écrivains et artistes à son service, les spectacles curiaux, reflet de goûts littéraires et de l’imaginaire de la fin du Moyen Âge. La personnalité du prince apparaît particulièrement riche de sens, en ce qu’il se situe au carrefour de la féodalité (dont il fut l’un des derniers grands représentants à une époque où s’affirmait le pouvoir royal) et de l’humanisme (dont René eut un avant-goût par les liens qui l’attachaient à l’Italie).

Florence Bouchet est professeur de littérature française du Moyen Âge à l’Université de Toulouse, spécialiste des XIVe et XVe siècles

Table des matières :

– L’oeil et l’esprit de René d’Anjou, Jacqueline Cerquiglini-Toulet

1. Antécédents, rencontres, réception
– Introduction au personnage de René d’Anjou : poète ou politique ?, Florence Bouchet
– Relecture(s) du Roman de Paris et Vienne, Marie-Geneviève Grossel
– « L’on m’appelle Melancolie » : lecture comparative d’une femme laide dans le Livre du Coeur d’amour épris et La Forest de Tristesse, Helen Swift

2. Persistances et mutations de l’écriture allégorique
– Le pain de Mélancolie, l’ail du berger, les fruits de paradis : nourriture, intertextualité et registre d’expression dans l’oeuvre de René d’Anjou, Jean-Claude Mühlethaler
– Une analogie éthique : le Coeur et son désir dans le Livre du Coeur d’amour épris de René d’Anjou et les poésies de Charles d’Orléans, Élodie Soulenq
– Les yeux et les oreilles dans l’écriture allégorique du Mortifiement de Vaine Plaisance, Fabienne Pomel
– Lecture croisée de Jean Gerson et de René d’Anjou : la figure du prince-poète méditant, Virginie Minet-Mahy

3. La concorde des arts
– « Regarder le temps » : temps et image dans le Livre du Coeur d’amour épris, Philippe Maupeu
– Pour une lecture performative de l’oeuvre de René d’Anjou ? Le dialogue des arts dans le Livre Cuer d’Amours espris de Paris : écriture, peinture, spectacle (autour des tapisseries de Vénus), Rose-Marie Ferré
– Médailles et humanisme : René d’Anjou et la diplomatie artistique en Italie, Nicolas Bock

4. Spectacles vivants : tournois, pas d’armes, théâtre
– Le tournoi idéal : la création du bon chevalier et la politique courtoise de René d’Anjou, Christian Freigang
– « Gente pastourelle » : René d’Anjou, Louis de beauvau et le Pas d’armes de la bergère, Jane H.M. Taylor
– Dans l’ombre du prince : la carrière littéraire de Jehan du Prier à la cour de René d’Anjou, Helena Kogen
– Théâtre, politique et religion : l’art dramatique à la cour de René d’Anjou, Gabrielle Parussa

5. Valeurs courtoises et politique culturelle
– René d’Anjou et l’idéal chevaleresque, Marco Nievergelt
– René d’Anjou et Louis XI mécènes, entre émulation et rivalité, Sophie Cassagnes-Brouquet
– Le roi René, Janus Pannonius et la politique de la transmission culturelle en Italie à la Renaissance, Oren Margolis
– De l’émulation bibliophile à la création auctoriale. La dynamique littéraire à la cour de René d’Anjou, Tania Van Hemelryck et Hélène Haug

Axe de recherche :

  • Équipe 1 : Histoire de l’art : formes, dynamiques, interprétation

Vous aimerez aussi...