Compte-rendu : Méresse Marie-Hélène, « Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge (France, Angleterre, Pays-Bas bourguignons) », thèse de doctorat soutenue à l’université de Lille le 7 décembre 2023, 531 pages, 1 volume.

Par Mauréna Benteboula.

Thèse menée en cotutelle : université de Lille (Élodie Lecuppre-Desjardin) et université catholique de Louvain (Gilles Lecuppre).

Jury : Bertrand Schnerb, professeur des universités à l’université de Lille (président du jury et examinateur) ; Élodie Lecuppre-Desjardin, professeure des universités à l’université de Lille (directrice) ; Gilles Lecuppre, professeur des universités à l’université UCLouvain Saint-Louis Bruxelles (directeur) ; Estelle Doudet, professeure ordinaire à l’université de Lausanne (rapporteuse) ; Nicole Hochner, maître de conférence au sein de The hebrew university of Jerusalem (rapporteuse) ; Éric Bousmar, professeur ordinaire à l’université UCLouvain Saint-Louis Bruxelles (examinateur).

Ce jeudi 7 décembre nombreux sont ceux venus se rendre dans les locaux de l’université de Lille afin d’assister à la soutenance de thèse de Marie-Hélène Meresse. Une fois la salle pleine, le jury présent, la séance peut commencer.

La doctorante débute en présentant ses travaux et ses perspectives de recherche. Elle n’oublie pas non plus de remercier, émue, ceux qui furent là pour l’accompagner, l’encadrer et l’encourager durant toutes ces années. Sa famille, ses amis, ses professeurs, ses étudiants se tiennent derrière elle pour assister à ce moment.

Son sujet est vaste et le corpus interrogé l’est tout autant. La cotutelle fut d’ailleurs une chance, puisque les différents laboratoires lui permirent de nourrir ses réflexions et d’amener une dynamique internationale. Lorsque Marie-Hélène Meresse dépose le fruit de ses années de travail le 6 octobre 2023, elle se rend aussi compte que cette cruauté politique est encore à l’ordre du jour et n’appartient en rien au passé.

Ce goût pour l’histoire médiévale s’est principalement développé lors de son master de recherche. À cette époque, c’est le crime de lèse-majesté qui emporte ses faveurs. C’est deux années de formation lui confèrent un attrait pour le goût et les formes du pouvoir. Des thématiques qu’elle put affiner et développer dans ce large travail pluridisciplinaire (culturel, politique, social, genré…) mené pendant ces années de thèse. La réalité du pouvoir et le discours politique devinrent ainsi ses principaux axes de recherche.

Ce pouvoir il faut savoir le décortiquer, l’analyser et l’expliquer. C’est pour cela qu’elle fit le choix d’entamer son travail – intimement lié à la construction étatique – de manière philosophique et théorique. Il fallait pour elle rendre pensable ce qui s’exprimait par la force. Cependant, elle note tout de même qu’il pourrait encore être enrichi par des études parfois plus précises, ainsi que par des statistiques. Elle évoque même la possibilité de mener cette même étude sur d’autres espaces politiques afin d’enrichir la comparaison. Il fallait multiplier les grilles de lecture pour identifier la violence visible et invisible, tout en réussissant à savoir ce qui peut réellement être qualifié de cruauté. En effet, le corpus médiéval est si foisonnant que le travail lui apparaît encore comme incomplet.

C’est au tour d’Élodie Lecuppre-Desjardin de prendre la parole. Sa directrice de recherche ne cache pas la grande satisfaction de voir s’achever de manière aussi brillante sa toute première direction de thèse. Cette étudiante la marque par son esprit libre, ses mille et unes vies et son engagement aussi riche que discret.

Pourtant, ce sujet bien qu’attrayant était périlleux. Il ne pouvait être mené sans une solide connaissance des contextes et histoires des espaces analysés. Mais Marie-Hélène Meresse a courageusement relevé ce défi en interrogeant pas moins de 480 ouvrages et en mêlant la subtilité littéraire, le goût pour la philosophie et la rigueur d’historien. Ainsi, elle réussit à achever une grande enquête en reliant théorie et pratique. Elle propose ainsi un travail de grande qualité, fluide, clair et dynamique. Élodie Lecuppre-Desjardin met aussi en exergue la qualité très fine des analyses menées. La principale question est celle de la morale et de la légitimité de l’excès politique. La force de ce travail réside dans cette articulation entre pratique et théorie, mais aussi dans le recours systématique à des cas concrets. 

Elle rejoint le propos de Marie-Hélène Meresse quant à la possibilité d’ouvrir à d’autres sources et regrette une partition un peu faible sur le peuple.

Les femmes ne sont d’ailleurs pas oubliées. Peut-on être une femme cruelle sans transgresser les normes de son genre ? Une large et intéressante question.

Particulièrement satisfaite, elle termine en complimentant cette fois la forme du travail, véritable « travail de dentelle : subtil et fin ». En effet, si le fond est brillant, la forme l’est tout autant. Grâce à cela, elle emporte et captive son lecteur.

Ensuite, c’est au tour de Gilles Lecuppre. Son second directeur n’est pas en reste en termes de compliments et partage à toute l’assemblée sa fierté face à cet achèvement réussi après un travail scientifique prolixe et brillant. Pour lui, le plan est même un modèle du genre.

Le chapitre sur le profil du prince cruel est même particulièrement apprécié.

Quant à son écriture, il rapproche cette élégance et cette maîtrise de la langue à celles d’Élodie Lecuppre-Desjardin.

Il approfondit la discussion avec des questions. Quel est l’âge idéal pour exercer la cruauté ? La jeunesse ou l’emportement de l’âge mûr ? La peur du pouvoir existe-t-elle ? Il l’invite ensuite à reformuler certaines de ses conclusions, mais reste parfaitement satisfait par la qualité de sa production.

Nicole Hochner, rapporteuse, prend à son tour la parole. Maître de conférence à Jérusalem c’est en pleine tourmente militaire qu’elle a découvert et lu la thèse. Une ambiance très particulière pour l’étude d’un sujet comme celui de la cruauté princière, ce qu’elle n’hésite pas à rappeler.

Elle se concentre ensuite sur le travail mené. Un projet qu’elle qualifie aussi d’ambitieux tant les sources sont innombrables et dispersées. Un projet même fou tant la violence est un geste constant et donc la matière infinie.  Comment distinguer le justifié et le cruel ? Le tyran qui est cruel et la cruauté qui n’est pas tyrannique ? Le spectacle et le camouflage ? Ce foisonnement s’avère être pour cette thèse autant une force qu’une faiblesse. Faire de la dentelle avec de la cruauté est un exploit. Pourtant c’est ce que Marie-Hélène propose à ses lecteurs dans ce magnifique exercice de réflexion.

La cruauté est-elle faiblesse ou force ? La doctorante réussit à bien montrer que la cruauté est par définition un évènement, car elle crée le désordre et l’irrégularité, mais aussi l’interprétation. À cela s’ajoute un cadre géographique et temporel assez large. Cela fait donc de cette thèse, une thèse très courageuse au cœur de laquelle se trouve encore un immense potentiel. En effet, comme l’avait d’abord rappelé Marie-Hélène Meresse le travail mené peut encore être poussé, complété et élargi. Nicole Hochner s’accorde aussi sur cela.

La seconde rapporteuse, Estelle Doudet, entame son propos par une interrogation : quelle mémoire de la cruauté médiévale aujourd’hui ? Une large question trouvant beaucoup de ses réponses dans le travail remarquable mené par la doctorante. En effet, le point fort de cette thèse se trouve surtout dans l’articulation et l’analyse des sources. Elles ne sont jamais interrogées séparément, mais grâce à un travail minutieux elles s’entrecroisent parfaitement.

L’ambition interdisciplinaire est aussi une réussite. Marie-Hélène Meresse s’affirme comme une historienne du politique, en usant de l’anthropologie et de la sociologie des pratiques de gouvernement, sans jamais oublier d’interroger l’histoire des émotions, des discours et des mémoires. Estelle Doudet reste en tous cas admirative face à la finesse et la pertinence du travail proposé.

Éric Bousmar, examinateur, n’est pas en reste. Comme ceux qui l’ont précédé, il réaffirme la grande qualité du travail mené. 531 pages, 3 parties, 7 chapitres, 1502 notes, une quarantaine de pages de sources et de bibliographie. Il s’agit d’une question ample et ambitieuse dans un espace-temps inédit pour mettre en évidence un cheminement, des idées et des pratiques. De fait, ce travail mérite pour lui une publication.

L’historienne maitrise beaucoup de données et les applique dans une brillante, complexe et raffinée mise en écriture.

Le cadre géographique et chronologique est parfaitement présenté et justifié. Cependant un point de terminologie est à discuter : la dénomination des « Anciens Pays-Bas Bourguignons ». L’histoire du genre est bien présente mais mérite une place plus importante dans l’étude. Certaines questions peuvent donner des pistes d’approfondissement : une cruauté est-elle plus forte contre les femmes ? Les femmes sont-elles plus cruelles dans un geste de brutalité ?

Enfin, Bertrand Schnerb, président du jury, donne à son tour ses impressions. Il énonce tout d’abord la pléthore de qualités qu’il a trouvé en Marie-Hélène et dans son travail : courage, fermeté, intelligence, culture, rigueur d’historienne, dignité, travail intellectuellement stimulant et style.

Dans sa thèse, elle aborde différents thèmes allant de l’image du prince, à l’idéal de gouvernement jusqu’à la tempérance. Elle croise aussi plusieurs domaines comme la pensée politique, l’histoire militaire, religieuse, ainsi que celle des mentalités. Pour lui, il est clair qu’une grande historienne émerge à l’issue de cette thèse.

L’après-midi touche à sa fin, le jury termine sa délibération et rend son verdict : Marie-Hélène Meresse n’est plus doctorante mais docteur.

Mauréna Benteboula.

Par Mauréna Benteboula : Professeure d’histoire-géographie certifiée, j’enseigne aussi à l’université de Lille en tant que chargée de TD. Spécialisée en histoire médiévale, j’ai entamé une thèse de doctorat en histoire médiévale à l’université de Lille sous la direction d’Élodie Lecuppre-Desjardin : Un diplomate en armes au XVe siècle : Antoine Grand Bâtard de Bourgogne. Mes axes de recherche sont donc l’histoire militaire, l’histoire politique, l’histoire diplomatique et l’histoire du genre.



Citer ce billet
tribune (2024, 15 avril). Compte-rendu : Méresse Marie-Hélène, « Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge (France, Angleterre, Pays-Bas bourguignons) », thèse de doctorat soutenue à l’université de Lille le 7 décembre 2023, 531 pages, 1 volume. Regards sur l'IRHiS : le carnet des doctorant·e·s. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w83i

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search