Billet libre – Compte-rendu de l’exposition Les Animaux Fantastiques au musée du Louvre-Lens, 27 septembre 2023 – 22 janvier 2024

par Enola Pellegrini

Le 27 septembre s’était ouverte au Musée du Louvre-Lens l’exposition Les Animaux fantastiques. Sous le commissariat d’Hélène Bouillon, cette exposition se veut être un récit de l’histoire des mythes liés aux animaux imaginaires et de leurs représentations. Construite autour d’un parcours chrono-thématique, l’exposition est séquencée en six parties qui dessinent le cheminement de ces créatures fantastiques à travers le temps et l’espace, depuis leurs origines et leurs premières apparitions dans les arts.

Malgré une volonté de traiter du sujet des animaux fantastiques dans une démarche globale, l’immensité du bestiaire connu a obligé la sélection de quelques créatures seulement. C’est ainsi que l’exposition propose une présentation de cinq de ces animaux fantastiques – le griffon, le sphinx, la licorne, le phénix et le dragon. En traçant une chronologie et une géographie des animaux dans le monde et à travers l’histoire, il ressort que le sens et la symbolique qui leur sont attribués diffèrent selon les cultures auxquelles ils appartiennent. Prenons l’exemple du dragon, mis à l’honneur dans l’exposition, dont la portée symbolique et l’apparence ne cessent de changer d’une culture à une autre. Il se distingue par son omniprésence dans les différentes mythologies, tantôt bienveillant, tantôt menaçant. C’est dans le récit biblique, où il est terrassé par saint Georges, qu’il incarne le « mal », dans une vision manichéenne qui oppose Dieu au Léviathan. 

L’Antiquité : une construction des mythologies par les échanges

Les premières images d’animaux fabuleux apparaissent au cours du Paléolithique (environ 3 millions d’années-45 000 av. n.-è.), mais c’est au bout de plusieurs millénaires que leur récit se construit à travers les mythes. Dans l’Antiquité, les animaux fantastiques incarnent souvent le symbole d’une puissance liée à la masculinité : le taureau, le lion, ou encore le crocodile fascinent et inspirent la crainte par leur puissance physique. Les animaux fantastiques résultent de l’assemblage d’éléments réels et imaginaires, et représentent les intermédiaires entre les hommes et les dieux. Les monstres et créatures fabuleuses constituent alors l’épreuve à laquelle les héros mythologiques doivent faire face. Les animaux incarnent de cette façon une forme de sauvagerie inavouée par les hommes. Ils sont pourtant « humanisés » par des traits familiers, comme le sphinx, créature au corps de lion doté d’une tête d’homme. 

Une autre thématique présentée dans l’exposition est la symbolique magique et surnaturelle attribuée aux animaux fantastiques dans les croyances et pratiques quotidiennes. Les animaux sont en effet affublés de pouvoirs apotropaïques, souvent appelés pour guérir et prévenir le mal. C’est de cette façon qu’ils sont portés, en amulette ou en bijoux, et se font les protecteurs des Hommes. De nombreux objets rituels présentés dans l’exposition permettent d’entrevoir la variété des supports employés pour figurer les mythes, hérités des civilisations mésopotamiennes pour la plupart d’entre eux. Les objets assurent de fait la circulation des mythes et des modèles iconographiques à travers les territoires, et l’ubiquité de certains témoigne des échanges économiques, artistiques et culturels constants entre les civilisations de l’Antiquité, et la capacité de ces dernières à les intégrer. La diffusion et la rencontre de ces modèles aboutissent ainsi à une convergence, qui constitue la base des représentations des créatures mythiques dans l’art occidental. 

 

Image 1 : Johan Heinrich Füssli, Thor luttant contre le serpent de Midgard, 1790, huile sur toile, 133 x 94,6 cm, Londres, Royal Academy

 

Diffusion et multiplication des modèles iconographiques, de l’époque médiévale au XIXe siècle

À partir de la fin du Moyen Âge et tout au long de l’époque moderne se construit une culture encyclopédique, qui fait entrer les monstres et autres créatures dans les collections d’histoire naturelle qui florissent en Europe. À partir du XVe siècle, l’imprimerie assure également la diffusion à plus grande échelle des modèles iconographiques, et permet d’imager les textes antiques redécouverts. Les animaux mythiques représentent le danger et l’altérité, à la frontière du monde connu. L’exploration des territoires extra-européens assure la découverte d’une faune nouvelle qui infirme l’existence de la faune imaginaire qui était jusque là fantasmée par les philosophes naturels. Ces nouvelles connaissances ne sont alors plus conciliables avec les croyances héritées de l’Antiquité. Pourtant, les cabinets de curiosités continuent d’exposer les « traces » de ces animaux fantastiques : des chimères – telles que celle présente dans l’exposition – sont fabriquées afin de faire croire à l’existence de telles créatures et d’assurer la persistance des croyances héritées de l’Antiquité, en faisant écho au mythe grec. 

Image 2 : Anonyme allemand, nautile monté, début du XVIIe siècle, monture en argent et argent doré, 42 cm, Écouen, musée national de la Renaissance

Image 3 : Louis Jean Desprez, Chimère de Monsieur Desprez, v. 1777-1784, gravure en taille douce, 27,5 x 35,5 cm, Paris, BNF

À partir de la fin du XVIIIe siècle, le Romantisme ressuscite les récits mythologiques de l’Antiquité classique, orientale ou scandinave. En réaction au rationalisme scientifique qui se développe, les artistes exaltent la nostalgie d’un passé merveilleux fantasmé, et le rapport de l’humain aux créatures fantastiques. La femme occupe alors une position nouvelle, celle d’une tentatrice causant la perte de l’homme. Ainsi, la version féminine du sphinx, la sphinge, apparue au IIe millénaire dans le monde syro-anatolien, puis adoptée par les Grecs, revêt une tout autre signification que celle du protecteur des temples égyptiens, dévorant les imprudents qui passent sur son chemin vers la cité de Thèbes. 

Animaux, créatures et monstres : réception et réflexion contemporaines

Ayant pratiquement tous en commun une origine orientale, ou devrions-nous plutôt dire mésopotamienne et anatolienne, cette exposition permet de déconstruire une vision largement européo-centrée de la mythologie des monstres et créatures fabuleuses. Elle resitue en effet la genèse de ces mythes dans les civilisations du « Croissant fertile », et retrace l’histoire de leurs représentations et l’évolution de leur récit de leurs origines jusqu’à aujourd’hui. Cette considération de l’ère contemporaine dans l’exposition reflète la volonté exprimée de sa commissaire de questionner et de comprendre la présence, encore actuelle, de ces animaux dans notre quotidien, ainsi que la fascination qu’ils provoquent sur les Hommes. On peut également souligner l’effort d’inscrire l’exposition dans les débats contemporains, et notamment autour de l’environnement, en questionnant le rapport de l’Homme aux animaux et à la nature. 

Le cheminement de l’exposition est très nettement marqué par une muséographie qui scande les six séquences du parcours grâce à une succession d’espaces et de couleurs qui orientent la visite. Chaque thème abordé par l’exposition est présenté au visiteur par la présence de textes explicatifs, dont on peut toutefois mentionner la répétitivité de certains propos d’une séquence à l’autre. Si le sens du parcours est très clairement suggéré par la muséographie et l’agencement des différentes salles de l’espace d’exposition, les textes expliquant chaque séquence se sont pas systématiquement positionnés dans l’axe du visiteur, et n’apparaissent donc pas directement à ses yeux. On peut cependant apprécier des espaces vastes qui permettent une déambulation aisée entre les objets exposés. 

Fascinant par leur nature hybride et leurs origines mythiques, Les Animaux fantastiques suscitent l’intérêt et la curiosité de toutes les classes d’âge. L’exposition met de fait à l’honneur une thématique autant originale que familière, et des récits qui nous sont contés depuis l’enfance, et continuent d’être présents dans les produits de la culture littéraire et visuelle actuelle. Présentant une grande quantité d’objets de tous supports, l’exposition offre un large panorama des représentations des animaux fantastiques. Nous pouvons cependant regretter le choix d’avoir mis en avant les créatures fabuleuses les plus connues et représentées, et non d’avoir préféré mettre en lumière d’autres mythologies, d’ordinaire moins privilégiées dans l’art occidental. C’est ainsi que les mythologies océanienne, africaine ou encore sud-américaine auraient pu trouver davantage leur place dans le fil du parcours. 



Citer ce billet
tribune (2024, 18 mars). Billet libre – Compte-rendu de l’exposition Les Animaux Fantastiques au musée du Louvre-Lens, 27 septembre 2023 – 22 janvier 2024. Regards sur l'IRHiS : le carnet des doctorant·e·s. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w17j

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search