Billet Libre – D’un paradigme environnementaliste à un paradigme industrialiste ? Théories médicales et pollutions durant la première industrialisation

Contribution de Samy Bounoua

Ce billet est une adaptation de la communication intitulée « Comment étudier les changements de paradigme scientifique ? Le cas des théories médicales sur les liens entre environnement, pollutions et santé durant la première industrialisation ». Elle a été donnée le 1er avril 2022 à l’université de Lille pour le séminaire interdisciplinaire de l’École doctorale SHS « Où est passée la théorie ? ».

Travaillant sur les résistances aux nuisances industrielles dans le Nord de la France et en Belgique durant la première industrialisation, je suis amené à réfléchir sur l’évolution des théories médicales et environnementales. En effet, une grande partie des résistances que je traite sont motivées par des considérations sanitaires : « l’air que je respire est-il sain ? », « l’industrie ne va-t-elle pas l’empoisonner et me rendre malade ? » Telles étaient les questions du temps.

D’un paradigme « environnementaliste » à un paradigme « industrialiste » : une hypothèse posée par les historiens des pollutions

Pour comprendre l’importance de ces questions, il faut revenir sur la théorie dominante en matière médicale entre la fin du XVIIIe et la seconde moitié du XIXe siècle : le néo-hippocratisme. Le texte de référence, pour la plupart des médecins de cette période, est le Traité des airs, des eaux et des lieux, dans lequel Hippocrate explique qu’un environnement dégradé est forcément pathogène, affaiblissant non seulement les individus, mais aussi les sociétés. Il est donc nécessaire d’assurer de bonnes conditions environnementales pour conserver la bonne santé de tous et préserver le corps social de la dégénérescence.

Le néo-hippocratisme s’appuie sur deux autres théories : la théorie des climats, qui postule que le climat agit nécessairement sur l’homme, et réciproquement ; et la théorie des miasmes, qui affirme que la corruption du milieu naturel emplit l’atmosphère de substances aussi invisibles que dangereuses pour la santé.

Cet ensemble de théories imprègne si bien les esprits qu’on peut dire qu’elles s’inscrivent dans le cadre d’un paradigme, au sens kuhnien du terme : elles sont solidaires d’un ensemble d’idées, de croyances, de valeurs, de méthodes, bref de toute une série de préconceptions partagées par les membres d’une communauté de savants1 ; en l’occurrence, la communauté dont nous parlons est principalement constituée de médecins et d’hygiénistes. Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher qualifient ce paradigme de « climatique » – on pourrait aussi parler, pour employer un qualificatif plus contemporain, d’un paradigme « environnementaliste »2.

Deux ouvrages classiques pour comprendre la pensée kuhnienne et le concept de “paradigme” (couvertures des premières éditions : respectivement 1962 et 1977)

Cela étant dit, les historiens de l’environnement ont récemment souligné qu’avec les progrès de l’industrie, les savants ont eu tendance à relativiser, voire à nier l’impact des émanations industrielles et des risques sanitaires qu’elles posent3. Ainsi, Jean-Baptiste Fressoz a mis en lumière un processus de « désinhibition » face aux risques technologiques et environnementaux, processus qui s’est traduit par une « production scientifique et politique d’une certaine inconscience modernisatrice »4. Il affirme que le « paradigme climatique » perd de son influence tout au long du XIXe siècle, notamment en raison de l’importance de plus en plus grande que prend « l’hygiène publique », dont la mission essentielle est « de supprimer les foyers d’infection qui min[ent] la société »5. « L’hygiénisme est un industrialisme », écrit Jean-Baptiste Fressoz, car il ferait de l’industrie l’alliée de la salubrité plutôt que son ennemie6. Bien sûr, il ne faut pas voir dans l’hygiénisme un instrument servant uniquement à promouvoir les intérêts du nouveau patronat. Ses partisans entendaient bien résoudre des « anomalies » (toujours au sens kuhnien du terme7 ) intrinsèques aux théories dérivant du paradigme environnementaliste. Par exemple, selon le Dr. Louis-René Villermé, dont les enquêtes sociales dans le Nord sont fameuses, la pauvreté explique bien mieux la mortalité et la morbidité des classes ouvrières que l’insalubrité8. Pour améliorer le sort de ces classes, il faudrait donc encourager l’industrie, source d’enrichissement général. On passerait ainsi, par le truchement de l’hygiénisme, d’un paradigme environnementaliste à un « paradigme industrialiste »9.

Pourtant, il est clair que les habitants continuent de craindre les pollutions industrielles comme la peste. Si la population ne s’oppose pas à l’industrie de manière radicale, leurs plaintes contre les nuisances de ces dernières sont abondantes. Citons un exemple. Le 16 juillet 1837, des propriétaires valenciennois ont soumis une pétition au sous-préfet de l’arrondissement, M. Jaussaud, pour se plaindre de l’établissement d’une fabrique de potasse appartenant à un nommé Bonjour, dans le faubourg de Paris. D’après les habitants, les émanations « délétères » de cette fabrique « portent à plus d’un quart de lieu une odeur irritante, causant des suffocations, des nausées, des maux de tête »10. Le Conseil de salubrité a émis un avis pour répondre aux craintes des habitants. Les experts mandatés « ont remarqué qu’aucune précaution n’avait été prise pour neutraliser l’incommodité des vapeurs acides produites par l’évaporation des liquides. » Cependant, s’empressent d’ajouter les rédacteurs du rapport, « il faut aussi […] faire la part de l’exagération qui s’empare toujours de tout ce qui est nouveau et de l’erreur qui se glisse à travers la bonne foi la plus parfaite. […] Comment croire que la vapeur des chaudières de concentration puisse produire des suffocations, des nausées, des maux de têtes ? Que contient-elle outre la vapeur d’eau ? […]11. »

Avec cet exemple, il semble que nous ayons une confirmation de l’idée suivant laquelle le paradigme environnementaliste s’affaiblit au profit d’un paradigme industrialiste plus conforme aux impératifs du développement économique. L’usine de M. Bonjour ne serait qu’incommode, c’est-à-dire, en sous-texte, inoffensive12 ; et cette incommodité pourraient être facilement supprimée par quelques mesures simples : élever la cheminée à 33 mètres et faciliter la sortie des gaz malodorants.

Valenciennes et ses cheminées fumantes, in Stiévenard Abel, Topographie historique et médicale de Valenciennes, Valenciennes, Prignet, 1846, p. 204. Pour Stiévenard, les fumées sont avant tout le signe de la prospérité et de la richesse du Nord, et ne sont pas désignées explicitement comme une nuisance ou un risque sanitaire. Une illustration de l’influence du paradigme industrialiste ?

Une hypothèse à nuancer

Il convient malgré tout de nuancer le récit du changement de paradigme. Selon Thomas Kuhn, un tel changement se concrétise par une véritable « révolution scientifique », frappant de discrédit l’ancien paradigme. Or, en regardant de près les sources de l’histoire environnementale du Nord au temps de la première industrialisation, on constate que le paradigme environnementaliste, avec son cortège de craintes suscitées par les miasmes de l’industrie, est loin de disparaître dans l’ombre d’un bouleversement épistémique généralisé13.

On remarque en particulier que les savants travaillant au sein du Conseil de salubrité du Nord ne prennent pas toujours partie pour les patrons d’usines. Restons à Valenciennes pour illustrer notre propos. En juillet 1842, une nouvelle pétition, relayée par Le Courrier du Nord, est adressée au maire de Valenciennes Claude-Joseph Direz : elle contient une plainte contre les fumées émanant d’une autre fabrique de potasse, appartenant à Hamoir, Dubrunfaut et compagnie, également établie au faubourg de Paris. Les habitants affirment que « les odeurs infectes, malsaines qui s’en exhalent et se répandent dans un rayon fort étendu, puisque la ville même n’en est pas à l’abri, incommodent de la manière la plus fâcheuse les habitants qui l’avoisinent et déprécient beaucoup la valeur de leurs propriétés14. » Le Conseil de salubrité est sollicité et juge que cette fabrique « n’est pas légalement autorisée et que dans tous les cas elle ne fait pas usage de procédés convenables15. » Dans un rapport ultérieur, il affirme que « ce ne sont pas des craintes chimériques qui font parler les pétitionnaires16 ».

Extrait du journal valenciennois Le Courrier du Nord du 14 juillet 1842. On voit dans cet extrait que, malgré tout, les habitants sont loin d’être radicalement opposés à l’industrie.

De manière générale, la consultation des travaux du Conseil de salubrité du département du Nord nous conduit à conclure que les experts en hygiène publique sont largement restés attentifs aux atteintes que l’industrie peut porter à l’environnement. Contrairement à ce qu’affirme Alain Corbin, repris par Jean-Baptiste Fressoz, l’hygiénisme ne fut pas seulement une « habile propédeutique du progrès17 ». Au demeurant, sans doute faut-il faire la part des choses entre les avis des médecins, des pharmaciens, des chimistes et des ingénieurs, qui ne sont pas tous également proches des intérêts industriels et convaincus par le paradigme industrialiste18.

Force est de constater que, dans les dernières décennies de la première industrialisation, il n’y a pas encore de changement de paradigme. Il n’y a pas même de chevauchement de paradigme19, caractéristique des « périodes transitoires » qui précèdent nécessairement les « révolutions scientifiques ». Une vision industrialiste du monde émerge, mais elle ne semble pas avoir assez de force pour pouvoir vraiment concurrencer son équivalent environnementaliste, en tous cas dans le contexte du Nord de la France. Nous avons plutôt affaire à un éclatement progressif du consensus scientifique sur les théories médicales et environnementales. Ce n’est que dans le dernier tiers du XIXe siècle, avec le développement de la microbiologie, qui permet d’identifier des « coupables précis et microscopiques » et non plus « la généralité des choses environnantes20 »,  que l’ancien paradigme est dépassé.


A propos de l’auteur

Samy Bounoua est agrégé d’histoire et doctorant contractuel en histoire environnementale à l’université de Lille depuis octobre 2021. Sa thèse porte sur les résistances aux pollutions au temps de la première industrialisation, dans le Nord de la France et en Belgique francophone. Il travaille sous la direction du Pr. Philippe Darriulat (IRHiS, Sciences Po Lille).

  1. Le concept de paradigme dans la pensée de Thomas Kuhn est complexe et difficile à définir de manière parfaitement synthétique. Kuhn l’a clarifié dans son article « En repensant aux paradigmes », in La tension essentielle. Tradition et changement dans les sciences, Paris, Gallimard,1990, p. 391-423. []
  2. À l’époque, le mot d’environnement n’existe pas dans son sens actuel. Il est alors confondu avec la notion médicale de « circumfusa » (« choses environnantes »), voire avec celle de « climat ». Voir : Fressoz Jean-Baptiste, Locher Fabien, « Le climat fragile de la modernité. Petite histoire climatique de la réflexivité environnementale », La vie des idées, 20 avril 2010. []
  3. Voir : Jarrige François, Le roux Thomas, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017, p. 137-149 ; Le Roux Thomas, et De Sédouy Charlotte, « La fabrique de l’impunité industrielle. Comment l’économie est devenue plus importante que la santé », Z : Revue itinérante d’enquête et de critique sociale, nº 13, 2020, p. 66-73. []
  4. Fressoz Jean-Baptiste, « Biopouvoir et désinhibitions modernes : la fabrication du consentement technologique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 60-4/4, nº 4-5, 2013, p. 122-138. Cette thèse est développée dans son livre L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil, 2020. []
  5. Jorland Gérard, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 2010, p. 12. []
  6. Fressoz Jean-Baptiste, L’Apocalypse joyeuse …, op. cit., p. 193-205. []
  7. « La découverte commence avec la conscience d’une anomalie, c’est-à-dire l’impression que la nature, d’une manière ou d’une autre, contredit les résultats attendus dans le cadre du paradigme qui gouverne la science normale ». Voir : Kuhn Thomas, op. cit., p. 83. []
  8. Villermé Louis-René, « De la mortalité dans les divers quartiers de la ville de Paris », AHPML, t. 3, 1830, p. 294-339. []
  9. L’expression est utilisée par François Jarrige et Thomas Le Roux (op. cit., p. 141.) Voir aussi ; Le Roux Thomas, « Pollution », in Bourg Dominique, Papaux Alain, (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, 2015, p. 794-796. []
  10. La pétition n’a semble-t-il pas été conservée. Les citations proviennent du rapport fait au Conseil central de salubrité pour le Préfet du Nord, Lille, 2 novembre 1838. AD du Nord, op. cit. On peut également le lire dans le Rapport sur les travaux du Conseil central de salubrité du département du Nord, pendant les années 1838, 1839 et 1840, Lille, Danel, 1842, p. 60-64. []
  11. Rapport fait au Conseil central de salubrité pour le Préfet du Nord, op.cit. []
  12. Comme l’écrit Jean-Baptiste Fressoz : « Dans le vocabulaire administratif du début du XIXe siècle, la notion d’incommodité ne désigne pas le contraire de la commodité, mais qualifie la situation qui précède (et nie) l’insalubrité » (op.cit., p. 198). []
  13. Thomas Kuhn ne conçoit pas les « révolutions scientifiques » de manière naïve, et décrit bien la résistance « inévitable et légitime » des anciens paradigmes face aux propositions théoriques nouvelles. Voir : Kuhn Thomas, op. cit., p. 83 et p. 209. La période de « révolution » peut donc être relativement longue (mais alors peut-on vraiment parler de « révolution » ?). []
  14. Le Courrier du Nord, 14 juillet 1842, p. 2. []
  15. L’Écho de la frontière, 13 août 1842, p. 2. []
  16. Rapport sur les travaux du Conseil central de salubrité du département du Nord, pendant les années 1845 et 1846, Lille, Danel, 1847, p. 37. []
  17. Corbin Alain, Le temps, le désir et l’horreur. Essais sur le XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1991, p. 194 (cité par Fressoz Jean-Baptiste, in op. cit., p. 193.). []
  18. C’est d’ailleurs ce que suggère Geneviève Massard-Guilbaud. Voir : Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions EHESS, p. 170-179. []
  19. Comme l’écrit Thomas Kuhn lui-même : « Durant la période transitoire, il y a chevauchement, important mais jamais complet, entre les problèmes qui peuvent être résolus par l’ancien et par le nouveau paradigme. Mais il y a aussi des différences décisives dans les modes de solution. » Voir : Kuhn Thomas, op. cit., p. 124. []
  20. Fressoz Jean-Baptiste, Locher Fabien, op. cit. []

Vous aimerez aussi...