Billet Libre – In vino veritas ? Un Orchésien de 19 ans, guillotiné en 1794, pour des propos royalistes tenus étant ivre.

Contribution de Gauthier Baert

L’alcoolisme serait-il un élément déclencheur de vérité ? Peut-on tenir compte de propos tenus en état d’ivresse comme preuves probantes en matière de justice ? Qui plus est, dans le contexte révolutionnaire, les conséquences de cet excès de désinhibition peuvent se montrer dramatiques…

Redécouverte d’un fait ayant trait à l’histoire locale

Passionné d’histoire locale, auteur d’un mémoire universitaire sur la ville d’Orchies sous la Révolution française1, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un élément inconnu à ma connaissance, malgré dix ans d’étude sur le sujet, dans une source supplémentaire. En effet, j’ai lu récemment dans le Journal d’un bourgeois de Paris sous la Révolution2, celui de Célestin Guittard de Floriban, à la date du lundi 5 mai 1794 : “On a tranché la tête hier 4 à treize personnes : […] 11e – La Croix, 52 ans ; né à Nancy. Commis principal de la Loterie Nationale. 12e – Durand, 24 ans. Né à Neufchateau. Gendarme 3e division de l’Armée du Nord. 13e – Santenay, 19 ans. Né à Orchies, garçon-confiseur à Paris. Tous trois convaincus de propos tendant à la dissolution de l’assemblée nationale, au rétablissement de la Royauté… ont été condamnés à mort.” Intéressons-nous un instant au dernier condamné cité, se retrouvant Place de la Révolution, sous le “rasoir national” à la 13e place ce jour-là… 

Santenay ? Saintenay ? Saintenoy ? Il s’agirait plutôt d’Auguste Joseph Saintenoy, dont le nom figure sur la liste des 2.780 guillotinés à Paris, sur un des murs de la Conciergerie. Le très critiquable Louis-Marie Prudhomme nous explique, quelques années plus tard, dans un de ses ouvrages3, qu’il a été “cond.[amné] à mort, le 15 flor.[éal] an 2, par le trib.[unal] révol.[utionnaire] de Paris, comme contre-rév.[olutionnaire], ayant crié “vive le roi”, dans la prison des Madelonnettes où il était détenu.”

Que peut-on en savoir des documents de l’époque ?

D’ailleurs, les journaux de l’époque en parlent, comme la Gazette Nationale4 ou Le Moniteur Universel du Décadi 20 Floréal, l’an 2 (Vendredi 9 mai 1794, vieux style). De même, son dossier existe et peut être consulté de nos jours dans les papiers conservés du Parquet du Tribunal révolutionnaire5. A l’époque, le Bulletin du Tribunal Révolutionnaire6 l’évoque en ces termes :

Dudit jour, 15 Floréal. / AFFAIRE DE LACROIX ET AUTRES. / […] Les ci-devant dénommés, savoir Lacroix, Durand, Saintenay [sic], Marianne Dupressoir, femme Meuria, étoient accusés d’avoir tenus des propos contre-révolutionnaires, tendant à opérer la dissolution de la représentation nationale, et le rétablissement de la royauté. / Les témoins produits par le ministère public dans cette affaire, ont fourni la preuve complète des chefs d’accusation portés contre les ci-dessus indiqués. […]”

” Les dits Lacroix et Durand, ainsi que Saintenay [sic] et la femme Meuria, s’étaient même permis des injures grossières contre la convention, en disant que cette assemblée n’étoit composée que d’un tas de f… g…, de coquins, de scélérats qui n’étoient bons qu’à ruiner la France, et à augmenter ses maux plutôt que d’y remédier […]. / Nous ne pouvons nous passer d’un roi ; c’est lui seul qui ramènera l’ordre, la tranquillité et l’abondance, qui nous délivrera de nos ennemis. / Tels étoient les propos tenus par lesdits accusés qui ont essayé, mais inutilement de les atténuer, et d’y donner un sens tolérable, attendu que leur moralité annonçoit toute leur haine et leur aversion pour le gouvernement républicain.”

Relecture historique : une “terreur” diffuse plutôt que l’annonce de la “Grande Terreur”

Le Tribunal révolutionnaire ne faisait-il donc preuve d’aucune clémence ? Contrairement à une idée reçue, tous n’étaient pas condamnés à mort :  

Cependant, à l’égard de la femme Meuria, il a été prouvé que cette accusée s’était toujours montrée dans le sens de la révolution, et y avoit conformé toute sa conduite jusqu’à l’époque où elle s’étoit permise dans un cabinet, et dans une situation d’ivresse, d’outrager la convention nationale, et de la calomnier.”7 Il est donc entendu : “Que Marianne Dupressoir, femme Meuria, est également convaincue d’avoir tenu lesdits propos, mais sans mauvaise intention, et dans un moment où elle ne jouissoit pas de toute la plénitude de sa raison […].” 

Le Tribunal, dans la salle de l’Egalité8, la condamne donc à la détention “jusqu’à la paix” tandis que les trois autres co-accusés se voient condamnés à mort et “leurs biens acquis et confisqués au profit de la république.” Dans les Mémoires des Sanson9, le bourreau qui officiait à actionner la guillotine commente : “15 floréal. […] convaincus de complots contre la liberté et la sûreté du peuple français, et de propos tendant à la dissolution de la représentation nationale, ont été exécutés conformément au jugement du tribunal.” Il semble que notre personnage fut inhumé dans le terrain de l’ancien cimetière de la Madeleine, situé rue d’Anjou, faubourg Saint-Honoré10.

Faisons un peu de micro-histoire…

Menons à présent une petite enquête locale. Que pourrions-nous savoir de cet individu ? A vrai dire, bien peu de choses, puisque ce jeune homme a eu la tête tranchée en pleine jeunesse. On retrouve tout d’abord sa trace dans le registre paroissial d’Orchies, puisqu’il est né le 30 mai 177411 dans cette paroisse. Le pasteur Joinville y a écrit : “Le trente et un mai 1774 fut baptisé auguste françois joseph né hier en légitime mariage du sieur pierre auguste jos. Saintenoy bailly héréditaire de cette ville et d’aldegonde de roubaix. Ont été parrain françois herbo et marraine marguerite jos. bacouez sousigné.” Suivent leurs signatures respectives. Sa famille serait-elle royaliste ? Aux Archives Nationales, dans les cartons de la Grande Chancellerie12, se trouve la lettre de provision d’office qui nomme le père, Pierre Auguste Joseph Saintenoy, bailly d’Orchies le 18 mai 1768. Il semble qu’il ait conservé cet office jusqu’au 31 décembre 178713.

Ce dernier est connu pour être un marchand de fer, bourgeois de Douai, habitant rue d’Arras, près de la célèbre fonderie de canons de ladite ville. Il fréquente la bonne société de l’époque, puisque le parrain d’un de ses fils est Messire François Morin14, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, ancien capitaine d’infanterie et aide-major de la ville de Douai. Les prénoms de quelques-uns de ses enfants pourraient-ils nous servir d’indicateurs de ses convictions politiques ? Parmi les nombreux frères et soeurs du condamné à mort, on trouve tout de même François Henri, né à Douai (Paroisse Saint-Pierre), en 1766  ; Aldegonde Reine née à Douai en  1767 et Louis Aimé, né en 1770 en la paroisse d’Orchies… Ce sont de biens faibles indices, mais qu’il semble, tout de même, intéressant de signaler.

Une famille royaliste ?

D’autre part, on apprend en consultant les Archives du conseil général de la Commune de Douai15, que durant la séance du 9 ventôse an II (27 février 1794), est approuvée la liste des suspects dressée suivant l’arrêté du représentant Joseph Lebon, parmi les noms desquels figure : “Saintenoy, rentier, père d’émigrés, moribond“. En effet, le père du jeune Auguste Joseph Saintenoy meurt avant son fils, le 23 germinal an 2 (12 avril 1794), à l’âge de soixante ans, selon l’acte du registre des décès16 de sa ville, rédigé le lendemain. Son fils qui nous intéresse, résidant à Paris et donc apprenant la nouvelle avec retard, sans doute par courrier, aurait-il cherché à noyer son chagrin dans l’alcool ?

Le célèbre membre de l’Institut, Henri Wallon, nous relate dans un ouvrage du XIXe siècle17, quelques extraits des minutes du procès, tandis que Saintenoy fils était en prison : 

“D[emande]. Si, étant dans la maison d’arrêt des Madelonnettes, il n’a pas dit qu’il avoit son père [sic] et son frère émigrés ; s’il ne s’est pas plaint de la nourriture de cette maison et s’il n’a pas crié “Vive le roi” !

R[éponse]. Qu’il ne le croit pas, que le jour en question il avoit bu considérablement du vin et deux bouteilles d’eau-de-vie ; qu’il se rappelle qu’il chantoit le refrain de la chanson qui dit : “En détestant les rois”, etc.

D. Si, lors de son premier interrogatoire, il n’a pas dit qu’il se f… autant du roy que de la république ?

R. Qu’il n’y avoit pas une heure qu’il étoit sur son lit pour se dégriser, et qu’il ne se rappelle pas d’avoir fait pareille réponse.”

L’abus d’alcool est décidément dangereux pour la santé…

Comparons ceci aux faits retrouvés. Si son père ne semble pas s’être enfui, étant donné son état moribond (rappelons qu’il est décédé à son domicile le mois précédent), on retrouve au moins un de ses frères, Louis-Aimé Joseph Saintenoy, effectivement sur la liste des émigrés18… A l’époque actuelle, où l’on préférerait adoucir la peine d’un coupable, compte tenu des circonstances atténuantes, l’affaire qui nous occupe peut nous paraître dure. Mais, dans le contexte de l’époque, c’était monnaie courante. La République était menacée de l’intérieur comme de l’extérieur. La France révolutionnée étant alors sous un Gouvernement révolutionnaire jusqu’à la paix, il fallait la sauver à tout prix. Notons que l’historiographie récente a bien démontré que la “terreur” révolutionnaire n’a jamais été un “système” mis en place par Robespierre et ses amis19. Les mesures d’exception, prises dans un climat de danger extrême, visent alors à sauver cette République naissante et prometteuse.

La Liste générale et très exacte des noms, âges, qualité et demeures de tous les conspirateurs qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire, établi à Paris par la loi du 17 août 1792, et par le second Tribunal établi à Paris par la loi du 10 mars 1793, pour juger tous les ennemis de la patrie20 mentionne notre personnage dans son N° IV de l’an 3. Cette brochure in-8 de 32 pages annonce bien la couleur sur sa première page : “Vous qui faites tant de victimes, / Ennemis de l’égalité, / Recevez le prix de vos crimes, / Et nous aurons la liberté.” Autres temps, autres mœurs.

Ainsi, cet exemple judiciaire pourrait nous amener à nous interroger sur la période révolutionnaire et sur le sens à donner aux valeurs morales. Cependant, l’historien doit toujours replacer son analyse dans le contexte d’une époque donnée et tendre vers l’exhaustivité. Précisons que le terme “émigré” désigne alors une personne qui a fui la France pour diverses raisons. Ce sont en majorité des “aristocrates” contre-révolutionnaires, mais pas toujours. Ainsi, dans le cas qui nous intéresse, il s’agirait d’une erreur…21


A propos de l’auteur

Gauthier Baert est doctorant en Histoire moderne, sous la direction d’Hervé Leuwers, Professeur à l’université de Lille, avec comme sujet de thèse : “… pour la chose publique…” : les dons patriotiques aux débuts de la Révolution française et l’origine de l’esprit républicain (1789 – 1793). Il est également Professeur d’Histoire-Géographie et d’Enseignement Moral et Civique dans le Secondaire et Membre du conseil d’administration de la Société Historique du Pays de Pévèle (Templeuve).

  1. Mémoire de Master 2 Recherches sous la direction d’Hervé Leuwers, Orchies, une ville à la frontière septentrionale sous la Révolution française (1789 – 1795), Villeneuve d’Ascq, Université de Lille 3, 2016. []
  2. Raymond Aubert, Paris, Editions France-Empire, 1974, pp. 355 – 356. []
  3. Dictionnaire des individus envoyés à la mort judiciairement, révolutionnairement et contre-révolutionnairement pendant la Révolution, … Paris, 1796, tome 2, p. 372. []
  4. N. 220, consultable sur www.retronews.fr []
  5. Archives Nationales – W//5 ; Dossier 187. []
  6. N. 71, p. 282 et suivantes, consultables sur http://gallica.bnf.fr []
  7. ibid. []
  8. Henri Wallon, Le Tribunal révolutionnaire (10 mars 1793 – 31 mai 1795), Paris, Plon, 1899, tome 2, p. 121. []
  9. Sanson (publ.), Mémoires des Sanson, Paris, 1863, p. 132 consultable sur http://gallica.bnf.fr []
  10. Liste des personnes qui ont péri par jugement du Tribunal Révolutionnaire, depuis le 26 août 1792, jusqu’au 13 juin 1794 (25 prairial an 2) et dont les corps ont été inhumés dans le terrain de l’ancien cimetière de la Madelaine, situé rue d’Anjou, faubourg Saint-Honoré, appartenant à M. Descloseaux, comme on le verra par son certificat ci-joint, Paris, 1814, p. 32. []
  11. Archives départementales du Nord – ORCHIES / BMS [1758 – 1791] Cote 5 Mi 024 R 028, vue 906. []
  12. Archives Nationales – V/1/440, Pièce 249. []
  13. Journal de Paris du samedi 5 janvier 1788, N.5, rubrique : “Mutations”, p. 23. []
  14. Archives départementales du Nord – DOUAI (ST PIERRE) / B [1765 – 1786] – 5 Mi 020 R 028. []
  15. Louis Dechristé (éd.), Douai pendant la Révolution (1789 – 1802), ouvrage composé exclusivement de documents inédits puisés aux Archives Départementales du Nord et aux Archives communales de Douai, Douai, 1880, p. 23. Cote : Archives municipales de Douai, série D I, N1-2. []
  16. Archives départementales du Nord – DOUAI / D [1794 – 1795] – 5 Mi 020 R 038. []
  17. Henri Wallon, Histoire du Tribunal révolutionnaire de Paris avec le journal de ses actes, Paris, Hachette, 1881, tome 3, p. 381. Archives Nationales, W 359, dossier 754, pièce 4. []
  18. Ministère des Finances, Etats détaillés des liquidations faites par la Commission d’indemnité, à l’époque du 31 décembre 1827, en exécution de la loi du 27 avril 1825,  au profit des anciens propriétaires ou ayant-droit des anciens propriétaires de biens-fonds confisqués ou aliénés révolutionnairement. 2e partie, Paris, de l’Imprimerie royale, 1828, p. 42. []
  19. Michel Biard et Marisa Linton, Terreur ! La Révolution française face à ses démons, Paris, Armand Colin, 2020. []
  20. Document consultable sur http://gallica.bnf.fr []
  21. Si cette affaire vous captive, vous trouverez un article plus complet et une poursuite de l’enquête dans un prochain numéro de la revue d’histoire locale Pays de Pévèle, éditée par la S.H.P.P. de Templeuve. []

Vous aimerez aussi...