Actualité de nos docteur.es- Publication de thèses soutenues à l’IRHiS

Trois thèses soutenues à l’IRHiS ces dernières années ont récemment été publiées aux Presses Universitaires de Rennes. 

Dirigée par Catherine Denys et Axel Tixhon, la thèse d’Antoine Renglet, Des polices en quête de modernité ? : systèmes policiers et ordre public dans les villes de l’espace belge de la fin de l’Ancien Régime à la fin de l’Empire napoléonien (1780-1814), a été soutenue en 2016. 

Elle est désormais publiée sous le titre Polices, villes et sécurité sous la Révolution et l’Empire : l’ordre public urbain dans l’espace belge, 1780-1814. 

Résumé de l’éditeur :

Comment se transforment les polices des villes à l’époque des révolutions et de l’Empire napoléonien ? Longtemps considéré uniquement du point de vue des cadres institutionnels, l’avènement de la police moderne est revisité dans cet ouvrage depuis le territoire belge soumis aux aléas des guerres, des occupations et des révolutions de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Au-delà du passage d’une police de type englobant à une police considérée comme plus moderne car davantage orientée vers la sécurité des personnes, ce livre met en lumière les transformations à la fois endogènes et exogènes survenues dans les appareils policiers entre 1780 et 1814. Les continuités importantes mais aussi le dynamisme et l’autonomie des polices urbaines face à la décentralisation de l’État nuancent et rendent plus complexe l’analyse de la construction politique napoléonienne. Ils donnent également la mesure des similitudes entre les épisodes de troubles dans les pratiques de surveillance ou le recours à l’armée. Les polices des villes au cours de cette période apparaissent davantage comme le résultat d’un syncrétisme entre des éléments proprement locaux et originaux et d’autres importés à l’occasion des conquêtes révolutionnaires et napoléoniennes. (4e de couv.)

Lien vers le site des Presses universitaires de Rennes : https://www.pur-editions.fr/product/7679/polices-villes-et-securite-sous-la-revolution-et-l-empire

—–

Jaroslav Svatek a soutenu en 2012 une thèse dirigée par Bertrand Schnerb et Martin Nejedly (Université de Prague) et intitulée Discours et récits de nobles voyageurs à la fin du Moyen Âge : Ogier d’Anglure, Nompar de Caumont, Guilbert de Lannoy et Bertrandon de la Broquière

On la trouve désormais éditée sous le titre Prier, combattre et voir le monde : discours et récits de nobles voyageurs à la fin du Moyen Âge.

Résumé de l’éditeur :

Marco Polo, Christophe Colomb et quelques autres explorateurs de légende ont complètement occulté nombre d’aventuriers de la fin du Moyen Age, aujourd’hui inconnus du grand public. Ce livre exhume la mémoire de quatre d’entre eux, dont les voyages se sont déroulés entre les années 1390 et 1450. Les deux premiers, Ogier d’Anglure et Nompar de Caumont, ont fait le pèlerinage traditionnel à Jérusalem. Quelques années plus tard, l’infatigable Guillebert deLannoy passera sa vie sur les routes, tandis que Bertrandon de laBroquière accomplira une mission d’espionnage, dont lerécit novateur dépasse les clichés de la culture médiévale. Pourquoi réunir ces quatre aventuriers dans un même livre ? Ensemble, ils embrassent les différentes formes du voyage nobiliaire : les campagnes militaires, les expéditions quasi-ritualisées que sont le pèlerinage ou l’ambassade, les explorations motivées par la volonté de voir le monde. Surtout, ces nobles commencent à écrire eux-mêmes le récit de leurs voyages et posent les jalons d’un genre littéraire émergent. L’analyse de leurs oeuvres se trouve donc au coeur de l’ouvrage. Ce livre a vocation à étudier par quels moyens spécifiques voyage la noblesse et quel est son “vécu” . Il répond également à la question du rôle que pouvait jouer cette pratique dans la vie de l’aristocratie tardomédiévale dans l’espace français, mais aussi plus largement européen puisque laculture nobiliaire ne connaît de frontières ni géographiques ni linguistiques (4e de couv.)

Lien vers le site des Presses universitaires de Rennes : https://pur-editions.fr/product/7799/prier-combattre-et-voir-le-monde

—–

En 2018, Élodie Serna a soutenu une thèse intitulée Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres et dirigée par SylvieAprile et Sandrine Kott (Université de Genève).

Elle vient d’être publiée sous le titre Faire et défaire la virilité : les stérilisations masculines volontaires en Europe (1919-1939). 

Résumé de l’éditeur :

Dans l’entre-deux-guerres, la vasectomie est employée dans un cadre thérapeutique pour rajeunir et fortifier. En parallèle, l’eugénisme promeut sa simplicité et son efficacité pour encourager la sélection des naissances. Au même moment, des opérations s’organisent clandestinement pour permettre aux hommes de limiter le nombre de leurs enfants. À partir d’archives concernant neuf pays d’Europe, Élodie Serna offre un récit inédit d’un épisode méconnu de l’histoire des masculinités, au croisement de l’histoire de la médecine, de l’eugénisme et de l’anarchisme.

Lien vers le site des Presses universitaires de Rennes : https://pur-editions.fr/product/6162/faire-et-defaire-la-virilite


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search