Billet libre – Propagande allemande et collaboration en Belgique et dans le Nord de la France (1940-1944)

Contribution de Louis Fortemps

Bundesarchiv, Bild 101I-00006 / Kropf / CC-BY-SA 3.0 (licence Creative Commons)

Ce billet est une adaptation de l’intervention “German Propaganda and collaboration in Belgium and Northern France (1940-1944)” réalisée par Louis Fortemps le 10 janvier 2022 pour le séminaire en langue anglaise de l’IRHiS. Il y présente un aspect de ses recherches et souligne l’apport crucial de la collaboration pour la propagande allemande lors de l’occupation de la Belgique et dans le Nord de la France.

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Belgique et les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais sont placés sous une même administration militaire allemande. Installée à Bruxelles, celle-ci gouverne en s’efforçant de maintenir le calme au sein de la population pour s’assurer de la rentabilité de ces territoires pour le IIIe Reich. Cette politique de “Ruhe und Ordnung” nécessite d’une part de maintenir la population dans un état d’esprit favorable à l’occupant grâce au contrôle des médias et, d’autre part, de la divertir tout en réorganisant la vie culturelle selon les crédos nationaux-socialistes. Ces deux missions fondamentales sont du ressort des services de propagande, la Propaganda-Abteilung Belgien (PAB). Or, pour les mener à bien, celle-ci va devoir mettre en place de vastes réseaux de collaborateurs belges et français pour assurer le succès de son entreprise.

La Propaganda-Abteilung Belgien

Installée à Bruxelles dès 1940, ce service se voit attribuer des tâches multiples. Outre sa contribution à la politique d’occupation allemande, il doit également accentuer les liens des territoires occupés avec l’Allemagne tout en propageant l’idéologie national-socialiste, rompre les liens avec la France dont l’influence est jugée néfaste, et exclure les ennemis du Reich de la vie publique, en commençant par les Juifs et les membres de nations en guerre avec l’Allemagne.

Pour ce faire, la PAB adopte une structure adaptée à ses missions diversifiées. Elle se divise en groupes (Gruppen) avec chacun son propre champ d’action. Pour les médias, les Gruppe Presse et Gruppe Rundfunk se chargent respectivement de la presse écrite et de la radio. Pour la culture, la mission revient au Gruppe Film, pour l’industrie du cinéma, et au Gruppe Kultur, qui se divise lui-même en différents bureaux chargés du théâtre, de la musique, des arts plastiques et de la littérature. Le Gruppe aktiv-Propaganda quant à lui se voit confier une tâche plus dynamique. En effet, il est chargé de promouvoir la prétendue supériorité de l’Allemagne et de l’idéologie national-socialiste en organisant des expositions, des campagnes d’affichages ou encore des distributions de tracts et de brochures.

Pour assurer une couverture complète du territoire, la PAB adopte aussi une division géographique en installant des antennes dans les grandes villes (Anvers, Charleroi, Gand, Hasselt, Liège, Lille, Mons).

Ses membres sont exclusivement Allemands, quelques officiers de l’armée mais surtout des spécialistes civils enrôlés pour la durée de la guerre en raison de leurs compétences dans les médias, la publicité ou la culture. De fait, une grande partie de ceux-ci proviennent du ministère de la Propagande de Joseph Goebbels, lui octroyant une influence non-négligeable sur la PAB.

L’importance de la collaboration

Or, malgré cette structure, la PAB ne peut obtenir de résultats sans la participation active de citoyens belges et français. En effet, pour parvenir à leurs fins, l’influence de ces spécialistes allemands ne peut apparaitre au grand jour, au risque de discréditer totalement leurs politiques aux yeux des occupés. La PAB est donc contrainte de développer des réseaux de collaborateurs pour la soutenir. Nous allons nous concentrer ici sur le cas des médias et des corporations culturelles, sans nous pencher sur les réseaux de collaboration comme la DeVlag, la Communauté Culturelle Wallonne ou le Vlaamsch Verbond van Frankrijk.

Dans la presse censurée, les rédactions sont composées de journalistes belges et français. La PAB attribue pour chaque journal, ou à défaut de personnel, pour chaque région, un censeur (Pressebetreuer) chargé de contrôler le contenu des articles publiés. Cet officier allemand, en général journaliste de profession, participe activement à la constitution du journal. Sa relation personnelle avec la direction de rédaction est également cruciale et varie d’un cas à l’autre. Un contact privilégié permet au journal en question de bénéficier d’une marge de manœuvre plus souple. En revanche, cela peut se traduire pour la PAB par un manque de cohérence dans les informations publiées. Un censeur plus laxiste permet parfois la publication d’articles qui écornent certains pans de la politique de collaboration, révélant de fait les fractures présentes au sein même de l’appareil d’occupation. Dans le cas de la radio, la situation est similaire avec une équipe composée de Belges ou de Français sous le contrôle d’officiers et de techniciens allemands pour chacune des trois radios sous son contrôle (Zender Brussel, Radio Bruxelles et Radio-Lille).

Dans le milieu culturel, la situation diffère. La PAB s’inspire de la situation en Allemagne où les secteurs culturels sont mis au pas sous une vaste corporation, la Reichskulturkammer. Dans le but d’atteindre cet objectif, la PAB tente de récupérer ou créer de toutes pièces de nouvelles corporations pour chaque secteur culturel en Belgique et dans le Nord de la France. Ces organismes permettent à la propagande allemande de diffuser ses directives par leur biais. Cela se fait souvent via la publication d’un périodique édité par la corporation et auquel l’abonnement est obligatoire. La PAB dépend donc fortement du bon vouloir des autorités de ces organismes ce qui causera des conflits, ces nouvelles corporations étant parfois plus tournée vers la protection de leur profession plutôt que vers l’obéissance aux directives allemandes.

Autre difficulté, le champ d’action de la PAB englobe trois régions avec des réalités bien différentes. Elle est donc contrainte d’adapter son système corporatiste à la réalité du terrain et doit créer deux parfois trois corporations pour un même secteur culturel. Ainsi, tandis que les propriétaires de cinéma belges sont englobés dans le « Syndicat des propriétaires de cinéma », les propriétaires français rejoignent le « Syndicat des directeurs de salle » actifs dans le Nord de la France. Cet alourdissement de la structure et les profondes différences de réalités entre la France, la Flandre et la Wallonie écornent encore davantage la cohérence du système mis en place.

Quels résultats ?

La dépendance des services de propagande allemands à ces rédactions et corporations belges et françaises va se compliquer davantage au fil de la guerre. Avec la radicalisation progressive de l’occupation, les rapports s’enveniment. A partir de la fin 1942, un certain nombre de rédacteurs, de haut-placés dans les radios ou de journalistes entrent en conflit avec l’appareil d’occupation allemand et démissionnent. Ils sont en général remplacés par des « ultras » de la collaboration, dont les pensées actées vont distancer encore davantage les médias censurés de la majorité de la population.

D’un autre côté, le succès de la propagande allemande dépend énormément des succès militaires du IIIe Reich. Lorsque la Wehrmacht parait invincible, le public se montre plus à l’écoute. En revanche, une fois qu’elle commence à accumuler les défaites, l’opinion s’en distance davantage. Cette détérioration de la situation militaire mettra lentement mais surement en échec le programme de la Propaganda-Abteilung Belgien. Celle-ci sera progressivement contrainte de se séparer d’une grande partie de son personnel spécialisé, en particulier dans le secteur culturel, qui est envoyé ailleurs en Europe occupée. Cette lente agonie mettra en péril l’existence même du Gruppe Kultur et hypothèquera son programme culturel au profit d’une propagande militaire plus immédiate, véhiculée par le Gruppe aktiv-Propaganda. Quoiqu’il en soit, les mesures mises en œuvre par la PAB seront pour la plupart balayées lors de la libération de la Belgique et du Nord de la France à l’été 1944.

Bibliographie

De Bens, E., De Belgische dagbladpers onder Duitse censuur (1940-1944), Antwerp, 1973.

Fincoeur, M., Le théâtre d’amateurs sous l’occupation, Mémoire de maitrise en Histoire du spectacle, Université Libre de Bruxelles, 2001-2002.

Foulon, V., Le cinéma à Lille. 1939-1944, Mémoire de maitrise en Histoire, Université de Lille, 1994.

Fortemps, L., et Vande Winkel, R., « The German Military Propaganda Department Belgium (Propaganda-Abteilung Belgien) vis-à-vis ‘Cultures of Spectacle’ in occupied Belgium (1940-1944), dans Revue Belge d’Histoire Contemporaine (à paraitre).

Rase, C., Interférences. Radios, collaborations et répressions en Belgique (1939-1949), Namur, 2021.

Van de Vijver, H., Het Culturele Leven tijdens de Bezetting, Kapellen, 1990 (Collection België Tijdens de Tweede Wereldoorlog).

Vande Winkel, R., « Film Distribution in Occupied Belgium (1940-1944) : German Film Politics and its Implementation by the ‘Corporate’ Organisations and the Film Guild », dans Journal for Media History, 20 (1), p. 46-78. 

 


A propos de l’auteur 

Louis Fortemps est doctorant en histoire contemporaine à l’université de Lille (IRHiS) et à la Katholieke Universiteit Leuven (Belgique) depuis octobre 2020. Sa thèse porte sur l’étude des services de propagande allemands (Propaganda-Abteilung Belgien) sous l’occupation en Belgique et dans le nord de la France lors de la Seconde Guerre mondiale. Ses recherches sont effectuées sous la direction de Stéphane Michonneau (IRHiS) et Roel Vande Winkel (KULeuven).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search