Postérité de John Ruskin. L’héritage ruskinien dans les textes littéraires et les écrits esthétiques

Postérité de John Ruskin.
L’héritage ruskinien dans les textes littéraires et les écrits esthétiques

Études réunies par Isabelle Enaud-Lechien et Joëlle Prungnaud

Paris, Éditons Garnier, 2011, 385 p.

Au croisement de l’histoire de l’art et de la littérature, ce recueil d’articles explore la postérité de John Ruskin dans les écrits esthétiques et les textes littéraires.
Il rend compte de cas précis de « réception créatrice » : emprunts assumés ou références occultées, réminiscences, reprise fi dèle ou dévoyée… Cette remontée aux sources, qui doit beaucoup aux nouvelles approches critiques, invite à découvrir ou à revisiter le corpus ruskinien et entend le rendre accessible au public francophone.

Joëlle Prungnaud, professeur de littérature comparée (université Lille – Nord de France), s’intéresse aux relations entre littérature et architecture. Auteur de Figures littéraires de la cathédrale 1880-1918, elle a récemment dirigé l’ouvrage collectif La « littérature d’art »: entre critique et création.

Isabelle Enaud-Lechien, maître de conférences en histoire de l’art contemporain (université Lille – Nord de France, Laboratoire IRHiS), auteur de plusieurs monographies sur des peintres anglo-saxons (Whistler, Burne-Jones, Turner), étudie notamment les relations artistiques entre France et Angleterre au XIXesiècle.


Vous aimerez aussi...