Journée d’études — « Les femmes dans les formations aux métiers de la banque (19e – 21e siècles) »

Jeudi 19 janvier 2017
à l’ISH, 14 avenue Berthelot,  salle André Frossard.

Journée d’études organisée par Marianne Thivend (LARHRA)

Les femmes dans les formations aux métiers de la banque (19e – 21e siècles)

La féminisation du salariat bancaire au cours du 20e siècle est un fait historique désormais bien établi par des recherches attachées à décrire les modalités de la construction historique des diverses catégories de ce salariat[1]. Ainsi, alors qu’elles ne formaient qu’un dixième des effectifs salariés des banques avant la Première Guerre mondiale, les femmes en composent désormais le tiers dans les années 1920, la majorité aujourd’hui. Cette féminisation s’accompagne d’une forte segmentation du personnel fondé sur le genre : aux hommes, les postes polyvalents et commerciaux assortis de promotion professionnelle, aux femmes, les postes spécialisés liés aux machines (dactylographie et mécanographie) et administratifs, aux minces possibilités de progression[2]. A partir des années 1960, la croissance de la bancarisation de la société et l’explosion du nombre de guichets pousse à l’informatisation et à la standardisation des procédures et des produits, et renforce ainsi la féminisation d’un personnel moins qualifié et en position subalterne quand de nouveaux métiers apparaissent, très qualifiés comme celui de programmeur.

Ces évolutions et recompositions genrées des diverses catégories du salariat bancaire ne peuvent se comprendre sans un détour par les formations qui mènent à ces métiers. Qu’elle soit initiale ou continue, la formation constitue bien un des déterminants des carrières et des parcours professionnels. L’accès à ces formations, leur reconnaissance pour l’avancement au sein de l’entreprise, jouent alors de manière inégale selon les salarié.es, avec un avantage aujourd’hui toujours réel pour les hommes[3]. Comment ces inégalités se sont-elles construites au cours du 20e siècle ? Réinvestir l’histoire de ces formations, déjà fournie mais largement écrite au masculin[4], sous l’angle du genre, tel est l’objectif premier de cette journée d’études.

La journée d’études voudrait initier et susciter des travaux sur un certain nombre de thèmes, en veillant bien à croiser deux historiographies relativement étanches, l’histoire de la banque d’une part, l’histoire de l’enseignement technique et de la formation professionnelle d’autre part. Les approches comparées sont souhaitées, d’une part entre différents secteurs d’activités proches (les secteurs des Assurances ou des Postes par ex), d’autre part entre différents contextes géographiques (en Europe, mais également dans le cadre des empires coloniaux). Enfin, il nous paraît important de croiser les questionnements ainsi que les méthodologies des historien.nes avec ceux des sociologues des entreprises et de la formation, ce afin d’enrichir, en les complexifiant, les cadres d’analyse.

Les axes de recherches à développer sont les suivants :

* Identifier et compter les femmes et les hommes : une chronologie fine de la place des femmes, comparée à celles des hommes, dans les formations professionnelles du secteur bancaire, des premiers cours professionnels organisés à la fin du 19e siècle au système de formation des années 2000, pourrait être élaborée, s’appuyant par exemple sur une banque en particulier ou sur un secteur géographique déterminé. Les moments de ruptures ou de continuités dans l’accès des femmes aux formations restent à repérer.

* Interroger la dimension formatrice de l’entreprise sous l’angle du genre : la loi Astier de 1919, qui rend obligatoire la formation professionnelle pour tous les jeunes gens et jeunes femmes de 14 à 18 ans en cours d’emploi, assortie de la taxe d’apprentissage de 1925 qui permet de la financer, vont structurer durablement les formations bancaires. Les banques créent ainsi leurs propres organismes de formation : Ecole spéciale de préparation aux banques fondée en 1926 qui permet aux salarié.es de se préparer aux épreuves du CAP et du Brevet Professionnel commis de banque ; syndicat professionnel pour le développement de l’enseignement technique de la banque, créé en 1932 (et remplacé par l’Association Professionnelle des banques en 1941), qui forme un véritable établissement de formation autonome, avec 46 centres de formation en France en 1936. A partir de quand et dans quelles mesures les femmes employé.es ont-elles eu accès à ces formations d’entreprises ? Peut-on identifier des moments favorables à la formation, notamment dans les périodes de mutations technologiques (introduction de la mécanographie, plus tard de l’informatique). Pour la période plus contemporaine, la place des femmes dans les formations de niveau supérieur  (école des cadres de Vichy de la Société Générale, Institut technique de la banque) pourrait également être examinée.

* Examiner les politiques patronales de formation du point de vue des formations initiales : une étude comparée entre les formations et diplômes détenus par les hommes et les femmes à l’entrée dans la carrière, du brevet élémentaire, brevet d’études commerciales, CAP, BEP, Bac… en lien avec l’allongement progressif des scolarités dès les années 1930, pourrait être proposée. Quel fut par exemple le rôle des formations commerciales générales dans la production d’employé.es de banque ? Face aux difficultés de l’accès aux formations en interne, les femmes ont-elles été plus susceptibles de se former à l’extérieur, et ainsi d’entrer dans la banque avec un niveau de formation plus élevé que les hommes ?

* Etudier les diplômes de la banque, notamment le CAP « commis de banque » (transformé en CAP « employé de banque » en 1946), qui avec les autres CAP commerciaux, est alors le seul CAP mixte avant les années 1960. Une incursion au sein des Commissions nationales professionnelles consultatives (CNPC jusqu’en 1972 puis CPC) serait à cet égard éclairante pour saisir l’influence des représentations de genre dans la définition, par les acteur/rices de la profession ainsi que par l’Etat, des contenus de formation et des diplômes (des CAP mais également BP ou BEC). Par ailleurs, il conviendrait de s’intéresser à la place de ces « petits » diplômes dans la construction des grilles de classification professionnelle et des règles de rémunération, en 1936 puis en 1952. Comment les syndicats de salarié.es, et notamment les femmes elles-mêmes, se positionnent sur la reconnaissance salariale de ces petits diplômes ?

* Approcher sur le long terme la place de ces diplomé.es dans l’entreprise. Quels sont les usages, différenciés selon le genre, de la formation et du diplôme dans la construction des trajectoires professionnelles ? Formations et diplômes sont-ils également avantageux pour la carrière des femmes et des hommes salarié.es ? Comment évaluent-ils et elles le rôle joué par la formation et le diplôme dans leur carrière, dans leur avancement ou absence d’avancement ?

Pour chacune de ces thématiques, une réflexion méthodologique est attendue sur l’usage des archives des banques (les fichiers du personnel pour étudier les formations initiales et continues et leurs usages professionnels), mais aussi des archives orales issues d’entretiens réalisés auprès d’anciens salarié.es de la banque (pour la Société Générale notamment). La période plus contemporaine offre en effet la possibilité de mobiliser cette technique, essentielle pour saisir la réalité fine des parcours professionnels et le sens que donnent les individus à leur propre formation.

Programme

  • 9h 30- 10h : Accueil
  • 10h – 10h30 :

Marianne Thivend, U. de Lyon – LARHRA: introduction générale

Marjolaine Meeschaert, Société Générale : présentation des archives de la Société Générale

  • 10h30 – 12h00 :

Cécile Omnès,  Education nationale, Charleville-Mézières : « La création de l’Ecole Spéciale de Préparation aux Banques (1926) »

Peggy Bette,  EA « Tempora » – U. Rennes 2 : « Les formations initiales et continues des employé.es des services financiers à La Poste (années 1930-années 1970) »

Stéphane Lembré, COMUE lille nord de france-ESPÉ  – CREHS de l’université d’Artois : « Le Crédit du Nord et la formation : les enjeux d’un cours mixte pendant la Deuxième Guerre mondiale »

  • 12-12h30 : discussion générale

Déjeuner

  • 14h-00-15h30 :

Nicolas Divert, UPEC – LIRTES (EA 7313) : « De la division sexuelle du travail à l’accès à la formation : quelle place pour les femmes dans la banque ? »

Stéphane Balas, MEN DGESCO, CRTD-CNAM : « Processus de référentialisation : entre emploi et travail. Le cas des diplômes du secteur bancaire »

Marnix Dressen, UVSQ – UMR « Printemps » et Valentin Brunel, UVSQ : « Dans les banques, le plafond de verre empêche les femmes de prendre toute leur place dans les catégories les plus élevées de l’encadrement. Le cas de la BNP »

  • 15h30-16h :

Un grand témoin : Joël Marchais : Ancien délégué régional SG, ancien élève de l’école de Vichy, ancien formateur.

  • 16h-16h30 :

Discussion générale et bilan de la journée

Contact et inscriptions : claire.veyrunes@ish-lyon.cnrs.fr ; marianne.thivend@univ-lyon2.fr

[1] Cécile Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2007 ; Patrice Baubeau, Chantal Cossalter et Catherine Omnès (dir.), Le salariat bancaire : enjeux sociaux et pratiques de gestion, Nanterre, PU de Paris-Ouest, 2009, introduction par Catherine Omnès, p. 15-27 ; Nicole Coussement-Ichou, Les employés de banque du CNEP et de la BNCI (puis de la BNP). Parcours de travail et temps de vie, 1848-1970, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris X-Nanterre, 2001.

[2] L’assignation des femmes aux machines des bureaux dans le contexte de rationalisation du travail des années 1920-1930 a été étudiée par Delphine Gardey, La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau, 1890-1930, Paris, Belin, 2001.

[3] Laurence Diederichs-Diop et Arnaud Dupray, Les déterminants des évolutions de carrière : une comparaison entre hommes et femmes dans le secteur bancaire, Notes du Cereq, novembre 2007.

[4] Chantal Cossalter et al., « La gestion des ressources humaines dans les banques », Entreprises et histoire, 2007/3 (n° 48), p. 92-108. Marnix Dressen, « Force de travail et formation professionnelle dans les banques », in La Fabrique de la finance, Chambost et alii, dir., (préf. O. Godechot), Lille, Presses du Septentrion, 2015 ;  Edgar Blaustein, Marnix Dressen, Jean-Luc Metzger, L’évolution récente du secteur bancaire en France : effectifs, recrutements, formation, salaires, qualifications, répartitions par sexe, etc., Paris, CNAM, 1995.


Vous aimerez aussi...