Colloque — “La France en guerre : cinq « années terribles » 1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940”

16-17 juin 2016, Maison de la Recherche – salle 219, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Colloque

La France en guerre : cinq « années terribles » 1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940

PROGRAMME

Jeudi 16 juin 2016

Matinée

8H45 : Accueil des participants

9H-9H15 : Allocution de Philippe Bourdin, Directeur du CHEC

9H15-9H30 : Introduction par Jean-Claude Caron et Nathalie Ponsard

                                                                                                                                                                                                                    Expériences du basculement

Matinée

Présidence de séance : Aurélien Lignereux

9H30-9H50 : Anne Rolland (Université catholique de l’Ouest – Angers), Entrer en guerre en Anjou. Les notables à l’heure du choix (1792-1793)

9H50-10H10 : Nicolas Beaupré (UBP-Clermont 2), Entrer dans une ‘Grande Guerre’ par une année terrible : temporalités du basculement dans le premier conflit mondial 1914-1915

10h10-10H30 : Chantal Dhennin-Lalart (Université du Littoral – Côte d’Opale), Le Nord et la Grande Guerre: la terrible entrée en guerre des populations. Confrontation entre la version romancée du conflit et la réalité quotidienne des correspondances et du vécu.

10H30-11H : Discussion et pause

Présidence de séance : Nicolas Beaupré

11h00-11H20 : Ronan Richard (Université Rennes 2), De la « personnification tragique et poignante des horreurs de l’invasion » au spectacle éclatant de « l’union des coeurs ». L’instrumentalisation de l’exode des réfugiés au service de l’unité nationale (1914-1915)

11H20-11H40 : Pauline Breton (Bibliothèque nationale de France), “Un petit enfant nous est né !”: l’espérance au fond de l’affliction d’après Lieu d’asile (1940) de Georges Duhamel

11H40-12H00 Claire Maingon (Université de Rouen), Paris-Rome: l’École des Beaux-arts et la Villa Médicis entrent en guerre (1914-1915)

12H-12H15 : Discussion

Après-midi

Expériences de basculement (suite)

Présidence de séance : Laurent Douzou

14H00-14H20 : Thibault Tellier (Institut d’histoire politique de Rennes), Faire la guerre, Dire la guerre. Paul Reynaud face au drame de 1940

14H20-14H40 : Julien Blanc, (EHESS, Centre d’Etudes sociologiques et politiques Raymond Aron – CESPRA, UMR 8036), 1940, l’invention de la Résistance au milieu du chaos

14H40-15H00 : Jonathan Danikowski (CHEC – UBP-Clermont 2), 1939-1940 : une « année terrible » pour le mouvement surréaliste ?

15H00-15H30 : Discussion et pause

  1. Filiations et héritages : entre rejeux et ruptures

Présidence de séance : Odile Roynette

15H30-15H50 : Aurélien Lignereux (Institut d’études politiques de Grenoble), La guerre à sa porte. Les habitants de l’Isère en 1814-1815 et la perpétuation d’une mémoire

15H50-16H10 : Alexandre Dupont (Aix-Marseille Université), « Ils y croyaient vraiment (…) à ce millénaire rétrospectif tant attendu ». Légitimistes et catholiques à l’assaut du pouvoir (1870-1871)

16H10-16H30 : Fabien Conord (UBP-Clermont 2), Les années terribles du XIXe siècle au miroir de la Seconde Guerre mondiale

16H30-16H50 : Clément Millon (Faculté libre de droit de Lille), Présence des années 1870-1871 en 1940 : peurs et souvenir en France et en Allemagne

16H50 : Discussion

Vendredi 17 juin 2016

Matinée

Filiations et héritages : entre rejeux et ruptures (suite)

Présidence de séance : Rémi Dalisson

9H00-9H20 : Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), 1793, 1870, 1914, 1940, les Hertz en années terribles : une mythologie familiale de l’engagement guerrier

9H20-9H40 : Vincent Flauraud (UBP-Clermont 2), 1914-1915 vs. 1939-1940 : jeux de mémoire autour d’« années terribles », au prisme de la presse catholique (La Croix, 1918-1944)

9H40-10H00 : Philippe Jian (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), L’éditorial du Temps (septembre 1939 – début juin 1940) : de l’union nationale en trompe-l’œil au passé présentisé

10H00-10H30 : Discussion et pause

III. Écritures, représentations : constructions mémorielles

Présidence de séance : Dominique Kalifa

10H30-10H50 : Philippe Bourdin, Côme Simien (UBP-Clermont 2), Le jour où Lyon est devenue Ville Affranchie : mémoire d’un siège sous la Restauration

10H50-11H10 : Pierre Triomphe (Université Paul-Valéry – Montpellier 3), La construction d’une année terrible : de la « Terreur de 1815 » à la « Terreur blanche »

11H10-11H30 : Rémi Dalisson (Université de Rouen), « Années terribles » et politiques festives : ruptures et continuités dans la construction d’un imaginaire national (de la mémoire de l’an II à 1940)

11H30 : Discussion

Présidence de séance : Laurent Douzou

13H30-13H50 : Dominique Kalifa (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), 1940, l’année de la « Belle Époque »

13H50-14H10 : Bertrand Tillier (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), L’art des poilus (1915-…) : résister aux « années terribles »

14H10-14H30 : Cécile Vast, (Université de Franche-Comté), Les historiens et l’effondrement de 1940 : esquisse d’une historiographie

14H30-15H00 : Discussion et pause

Présidence de séance : Bertrand Tillier

15H00-15H20 : Emmanuelle Retaillaud-Bajac (Université de Tours), « Le formidable est sorti du frivole… » : l’image et la réputation des Parisiennes au défi des « années terribles »

15H20-15H40 : Odile Roynette (Université de Franche-Comté), Écrire 1914-1915 : les récits céliniens d’une année terrible

15H40-16H00 : Iveta Slavkova (American University of Paris). Entre charme et effroi. « Circus Wols », le récit de Wols des années terribles

16H00-16H30 : Discussion et conclusion

contacts : nathalie.burois@univ-bpclermont.fr


Vous aimerez aussi...