Journée d’études — « Structures, perceptions et représentations du pouvoir »

imageJournée d’études des doctorants de l’IRHiS

Jeudi 26 mai, 14h-16h
Vendredi 27 mai 2016, 9h-16h, salle de séminaire de l’IRHiS

Structures, perceptions et représentations du pouvoir

=> Programme

Le pouvoir analysé par les historiens a longtemps été le pouvoir politique, incarné par une entité – l’État – hautement personnalisée par le prince, dont la forme juridique est la souveraineté. L’apport critique des travaux de Foucault a montré que cette notion de souveraineté est insuffisante pour rendre compte de la manière dont le pouvoir se diffuse dans le corps social, d’où l’étude des relations de pouvoir entre les individus. Dès lors, il ne s’agit plus de décrire un principe du pouvoir, bien souvent répressif mais d’en montrer le caractère dynamique et productif. Pris dans un agencement de pratiques, de savoirs et d’institutions, le pouvoir produit des vérités, des identités, des subjectivités (Foucault, 1994). À la suite d’Edward W. Saïd (1980), les historiens du fait colonial ont réinvesti les thèses foucaldiennes, notamment pour analyser comment l’archive, dans sa forme même, constitue un « agent » de production de savoirs à des visées de gouvernance, en mettant en lumière ses procédés constructivistes et leurs biais (Stoler, 2002 ; 2013). Producteur de subjectivités, le pouvoir produit également des phénomènes de résistance qui font partie intégrante de celui-ci. Dans la veine du courant des historiens subalternistes (l’histoire du point de vue des dominés ou subalternes), il convient désormais d’analyser ces phénomènes de résistance derrière le consensus apparent des dominés pour les discours publics des dominants, dans ce que James C. Scott nomme « infra-politique » ou encore texte « caché » (2008). Cette expérience subjective de la résistance rejoint la problématique du politique dans l’espace public et la critique adressée par Oskar Negt aux théories habermasiennes, qui escamotent la conflictualité sociale traversant celui-ci, en faveur d’un espace public « d’opposition » (2007). Une grande place sera donc faite dans cette journée d’étude à la manière dont ont pu être formulées certaines utopies critiques jusqu’à une époque très contemporaine.

En parallèle, au moment où éclate l’histoire économique des Annales, un retour aux institutions et en particulier, aux institutions sociales (famille, Église, école, etc.) est effectué. Celles-ci sont analysées dans leur fonctionnement, comme des lieux du gouvernement des individus (Goodin, 1996). En prenant en compte les acteurs et leurs marges de manœuvre, les mécanismes de pouvoir soumis à l’analyse révèlent leur complexité. Ce niveau institutionnel paraît alors le plus riche pour explorer les structures du pouvoir et ouvre un panorama de directions assez varié. L’institutionnalisation de formes plurielles de savoirs et de cultures et les pratiques, perceptions et représentations auxquelles elle donne lieu sera donc au centre de cette journée d’études. Une attention sera portée aux rapports de pouvoir institutionnels et aux stratégies de légitimation du pouvoir, dont l’analyse en termes de réseau nous aide à identifier les groupes et les logiques qu’ils portent (Lemercier, 2005). La mise en scène et la symbolique du pouvoir, ainsi que les pratiques de la distinction constituent alors des problématiques intéressantes notamment dans le domaine des arts (Bourdieu, 1979). Ajoutons à cet égard que le pouvoir (politique, social, économique, religieux, etc.) a toujours entretenu des liens étroits avec les artistes chargés de le représenter (Fonseca Brefe et Gualdé, 2008). Enfin, il convient d’interroger le pouvoir dans sa spatialité en tant que pouvoir vécu et pouvoir administré avec les thématiques de la ville et de la patrimonialisation.

Tout ceci montre que la manière dont les historiens peuvent et doivent appréhender le pouvoir est pluridisciplinaire. Elle laisse donc place à un champ d’intervention transversal avec des thématiques comme le soin, l’administration, la politique, le genre, les arts, le militaire, le colonialisme ou encore la violence.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, IV, Paris NRF-Gallimard, p. 182-201.
Edward W. Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil, 1980 (rééd, 1997)
Ann Laura Stoler, « Colonial Archives and the Arts of Governance », in Archival Science 2, 2002, p. 87-109.
_, La chair de l’empire, savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013.
James C. Scott, La domination et les arts de la résistance, fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam, 2008.
Oskar Negt, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot, 2007.
Robert Edward Goodin, The theory of institutional design, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.
Claire Lemercier, “Analyse de réseaux et histoire”, in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, n°52-2, 2005, p. 88-112.
Pierre Bourdieu, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.
Ana Claudia Fonseca Brefe, Krystel Gualdé (dir.),  Pouvoirs : représenter le pouvoir du Moyen Age à nos jours, publié à l’occasion de l’exposition « Miroir mon beau miroir : le pouvoir politique en images, hier et aujourd’hui, Paris Somogy, Nantes Château des ducs de Bretagne – musée d’histoire de Nantes, 2008

—————————————————————-

Appel à communication=> au plus tard le 15 avril 2016

Merci de bien vouloir envoyer vos propositions de contributions (20 lignes environ sur fichier word, dans la perspective d’une intervention de 20 minutes), par mail à l’adresse doctorants.irhis@gmail.com, au plus tard le 15 avril 2016.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search