Séminaire 2015-2016 — « Chiffres privés, chiffres publics. Calculs, comptabilités et statistiques XVIIe-XXIe siècle »

Capture d’écran 2013-10-23 à 11.25.13Capture d’écran 2013-10-23 à 11.25.51Séminaire de recherche IDHE-IGPDE-IRHiS
2015-2016

logo irhis def coul

 

 

Organisé par :
L’équipe de l’université de Paris1 du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE, CNRS UMR 8533)
Le bureau de la Recherche et le Comité pour l’histoire économique et financière de la France (Institut de la gestion publique et du développement économique-IGPDE, ministère de l’Économie et des Finances)
L’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS, Lille3-CNRS UMR 8529)

Responsables scientifiques :
Fabien Cardoni (Minefi-IDHE/CNRS),
Anne Conchon (université de Paris1-IDHE/CNRS),
Michel Margairaz (université de Paris1-IDHE/CNRS),
Béatrice Touchelay (université de Lille3-IRHiS/CNRS).

Objet : Il s’agit d’aborder l’histoire de l’élaboration, de la construction et des usages des chiffres privés et publics dans leurs interrelations sur la longue durée.
On y inclut l’histoire des méthodes de calculs, de la construction des normes comptables, des modes de présentation, des pratiques dans les usages et dans la diffusion des chiffres. L’interrogation porte sur les relations réciproques entre les chiffres émanant d’acteurs privés et les chiffres d’origine ou de diffusion publique. Cela inclut en particulier les multiples formes de transferts ou de circulation entre sphère publique et sphère privée, qu’il s’agisse de la manière dont les acteurs privés rendent (partiellement, sélectivement ou totalement) publics des chiffres élaborés dans un cadre privé ou encore, à l’inverse, des modalités de réemploi des chiffres de source privée par des acteurs publics. On rejoint par là l’histoire de la comptabilité (privée, publique ou nationale), l’histoire des modes de calculs, l’histoire des statistiques mais aussi l’histoire des institutions (publiques et privées) et des acteurs (négociants, banquiers, industriels, experts, comptables, statisticiens, fonctionnaires…) qui s’y adonnent.
Cette approche comprend notamment l’histoire des comptabilités marchandes à l’époque moderne ou celle de la politique fiscale, lorsqu’elle dicte ses règles aux comptabilités privées, celle de la mise en place d’un service public de statistiques, de l’élaboration des statistiques économiques et celle de la comptabilité nationale ou de la comptabilité publique des origines correspondant à la définition d’un État moderne, jusqu’aux politiques actuelles. On y trouve en particulier l’histoire de la comptabilité financière, de la comptabilité de gestion et de la loi organique sur la loi de finances de 2001, du budget de moyens et par objectifs, de la planification et de la programmation budgétaires de l’État et des activités des entreprises, des professionnels publics et privés du chiffre, des chiffres de la politique sociale de l’État en faveur des salariés, de la publicité et de la transparence des comptes privés et publics, des normalisations comptables nationales et internationales… Sont également inclus les débats concernant les indicateurs de performance, les classements qu’ils autorisent ou encore le management par les chiffres ainsi que les positions des différents acteurs économiques, sociaux, politiques ou experts sur ces questions.

Méthodes : Les chercheur(se)s sollicité(e)s sont invité(e)s, quand cela est possible, à comparer les dimensions publique et privée de leur objet, à définir l’articulation entre les chiffres privés et publics ou encore de la publicité (éventuelle) des chiffres privés.
Nous envisageons des séances divisées en trois moments : un premier consacré à la présentation du sujet sur le temps long, un deuxième abordant une étude de cas ou présentant une recherche précise en cours, et un dernier temps ouvert à la discussion. Organisé par des historiens modernistes et contemporanéistes, ce séminaire se veut interdisciplinaire : les sciences de gestion, la sociologie, les sciences politiques, l’économie, la statistique, le droit seront particulièrement mobilisées au côté de l’histoire.
La première séance sera l’occasion de préciser avec les intervenant(e)s les approches souhaitables, les compléments possibles et les convergences envisageables. Il sera également fait appel à eux/elles pour définir le contenu d’une publication future, qui ne prendra pas nécessairement la forme de l’édition d’actes afin de proposer un projet d’ouvrage distinct et collectif (à paraître dans la collection du Comité pour l’histoire économique et financière de la France).

Périodicité et lieux : Séance mensuelle, généralement le 1er jeudi du mois, 17 h-19 h
En Sorbonne, salle Robert-Fossier (ex-Picard3), Entrée 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris, Galerie Rolin, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite
Inscription préalable à chaque séance (la veille au plus tard) à : chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr
Carte d’identité nécessaire à l’entrée. Arriver un peu en avance.

Public : Ouvert aux étudiants des masters, aux doctorants et post-doctorants, aux universitaires, aux chercheurs et aux fonctionnaires mais aussi aux professionnels du chiffre, producteurs, contrôleurs et usagers, afin de susciter débats, réflexions et prolongements.

Contact : chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr
Un carnet de recherche dédié sur Hypothèses.org accompagne le déroulement du séminaire.

Capture d'écran 2016-01-13 13.28.11Année 2015-2016

8 octobre 2015 => Caroline Douki (Université de Paris 8-IDHES), Chiffres publics et privés dans les statistiques italiennes de l’émigration des années 1870 aux années 1920

5 novembre 2015 => Lars Behrisch (Université d’Utrecht), Les nouveaux « chiffres politiques » : une comparaison entre l’Allemagne et la France au XVIIIe siècle

3 décembre 2015 => Jean-Michel Servet (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève), Quand la monnaie ne sert pas à compter

14 janvier 2016 => Morgane Labbé (École des hautes études en sciences sociales), Enquêter sur les conceptions des femmes polonaises : les difficiles calculs des démographes polonais de l’entre-deux-guerres

4 février 2016 => Simon Godard (Université de Paris 1),  Chiffres publics et publicité du chiffre : enjeux et moyens de la production et de la diffusion d’un discours quantifié sur l’économie socialiste au Conseil d’assistance économique mutuelle

17 mars 2016 => Corine Eyraud (Université d’Aix-Marseille), Sociologie et comptabilité. Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise des années 1990

7 avril 2016 => Paul Schor (Université de Paris 7), La construction sociale de la race et de l’ethnicité par les chiffres aux États-Unis : statistiques publiques et marchés

19 mai 2016 => Jean-Pierre Beaud (Université du Québec, Montréal), Les récents recensements démographiques au Canada et leurs enjeux

2 juin 2016 => Fabien Cardoni, Anne Conchon, Michel Margairaz, Béatrice Touchelay, Projet éditorial

 


Vous aimerez aussi...