16 avril 1970. Dans l’usine Chrysler, un ouvrier noir plutôt chétif se dispute avec son contremaître, grande armoire à glace du Mississipi. La discussion s’envenime, et le contremaître, se saisissant d’un engrenage à pignons, menace l’ouvrier de lui faire éclater la cervelle. Ce dernier va s’en plaindre au délégué syndical, qui fait remonter à la direction. Mais celle-ci, loin de sanctionner le contremaître, décide de licencier l’ouvrier. « Ça a déclenché une grève sauvage et la fermeture de l’usine pendant toute une semaine, racontera un autre ouvrier de l’usine deux ans plus tard. C’était une sacrée réussite, cette grève. On retrouvait l’unité d’autrefois – jeunes et vieux, noirs et blancs, hommes et femmes. Tout le monde était impliqué. Comme l’entreprise avait besoin de nos boîtes de vitesses, elle a cédé. »

À Détroit, fief de la toute puissante industrie automobile américaine, les luttes sociales s’intensifient pendant la période qui suit les émeutes de juillet 1967 dans la ville, qui resteront parmi les plus violentes de l’histoire des États-Unis. Après les premières victoires dans la lutte contre la discrimination raciale aux États-unis, sous la houlette de Martin Luther King, vient en effet un second temps à la fin des années 1960. De nouveaux mouvements émergent. Certains sur le terrain politique, comme par exemple les Black Panthers, mais d’autres sur un plan plus syndical et économique, avec la création de la Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires.

C’est l’histoire de cette dernière qui est relatée « à chaud » dans le livre d’historiens et anciens militants, Dan Georgakas et Marvin Surkin, publié en 1975. Quarante ans après, l’ouvrage (« Detroit : pas d’accord pour crever ») est devenu un classique de l’histoire sociale américaine. Detroit, quant à elle, s’est enfoncée dans un déclin économique accéléré − sa population a été divisée par trois, et continue de baisser, tandis que pauvreté et criminalité s’envolent. Face à l’incapacité des élites à enrayer le délabrement de la ville, Marvin Surkin appelle à se replonger dans une période pleine d’énergie créatrice où les questions que posaient les militants des années 1970, au-delà des seules discriminations raciales et luttes syndicales, sont plus que jamais d’actualité. Ça et là, des raisons d’espérer existent d’ailleurs à Detroit, la désertification de la ville conduisant les habitants à la réinvestir de diverses manières − jardins, résidences artistiques, etc. − et à développer de nouvelles formes d’organisation.La conférence-débat se déroulera dans le cadre du programme de lille3000, « Renaissance » (Detroit est l’une des cinq villes choisies pour incarner ce thème). Elle sera animée par Sylvie Aprile, professeur d’histoire contemporaine, et Thomas Dutoit, professeur de littérature anglophone