Compte rendu – JE L’empreinte chrétienne en Gaule

Journées d’études tenues à l’université de Lille (Univ. Lille Nord de France, UDL 3, CNRS UMR 8529 IRHiS)

L’empreinte chrétienne en Gaule, de la fin du IVe siècle au début du VIIIe siècle.

mardi 7 septembre, vendredi 5 novembre et vendredi 3 décembre 2010

Ces trois journées ont permis de faire le point sur les découvertes archéologiques récentes et en cours en relation avec ce thème, sur l’ensemble du territoire de la Gaule romaine et, une fois le cadre spatial étudié durant les deux premières journées, de permettre l’appréciation historique du phénomène d’acculturation des Francs en Gaule depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au début du VIIIe siècle.

La première journée, « Les espaces sacrés dans la ville chrétienne » , a privilégié l’approche archéologique, accompagnée, dans la mesure du possible, de la confrontation avec les sources écrites ; il a permis de mettre en évidence l’apport indispensable de l’archéologie à la connaissance des espaces sacrés dans les villes de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Âge.

La première partie était animée et présidée par Jean  Guyon (CNRS, Aix-Marseille). On y a mis l’accent sur les sur les problèmes méthodologiques ; l’expérience exceptionnelle des 30 années de fouilles archéologiques de Genève que Charles Bonnet (Université de Genève, Institut de France) a mis en relation avec les autres découvertes archéologiques récentes concernant les groupes épiscopaux, en particulier celles d’Aoste (Italie), a servi d’introduction pour mieux comprendre la problématique des recherches actuelles. La communication de Sylvie Balcon-Berry (Université Paris IV) et Walter Berry (chercheur associé à ARTeHIS, Dijon) a montré comment il est possible de reconstituer la topographie et l’évolution d’un groupe épiscopal, en l’occurrence celui d’Autun, durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, à partir de fouilles ponctuelles récentes, de la relecture des fouilles anciennes et des documents de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. Raymond Brulet étant retenu à l’université de Louvain, c’est Charles Bonnet qui a fait état des fouilles récentes et encore en cours de la cathédrale de Tournai et des problèmes que posent en particulier l’emplacement du baptistère et la détermination de l’usage d’un grand bâtiment de construction soignée, en opus africanum, proche de la cathédrale primitive. Les fouilles en cours de Marc Heijmans (CNRS, Aix-Marseille) à Arles, dans l’emprise de l’ancien monastère de religieuses Sainte-Croix-Saint-Jean fondé au milieu de VIe siècle, posent la question de la nature de l’immense église, probablement de plan cruciforme, révélée par les fouilles, hélas limitées par l’emprise urbaine, et de son identification avec la cathédrale paléochrétienne d’Arles dont on sait par les sources écrites (Vie de Césaire d’Arles) qu’elle se situait à l’emplacement du monastère. Les deux communications suivantes se sont focalisées sur un des éléments essentiels du groupe épiscopal, le baptistère, à travers l’étude renouvelée de deux édifices encore debout, le baptistère de Poitiers et celui du Puy. Brigitte Boissavit-Camus (Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense) a notamment entrepris de d’étudier les phases de la construction du Baptistère de Poitiers en relation avec l’emprise des quartiers qui l’ont précédé, tandis que la communication de Pascale Chevalier (Université de Clermont-Ferrand, ARTeHIS, Dijon) a rendu compte des travaux d’un Projet Collectif de Recherches en voie d’achèvement ; ces travaux, en particulier les fouilles et les études du bâti, ont permis de revoir la datation de l’édifice et de placer sa construction au plus tard au début du VIe siècle (au lieu du XIe siècle retenu jusqu’à présent).

La deuxième partie, consacrée aux églises suburbaines a été présidée par Nancy Gauthier (Université de Tours). Jean-François Reynaud (Université de Lyon II) a présenté de nouvelles hypothèses sur les églises martyriales de Lyon et de Vienne (Saint-Irénée, Saint-Férréol, Ste-Colombe et Saint-Didier) et, en collaboration avec Christian Sapin (CNRS, ARTeHIS Dijon), Michèle Gaillard (Lille3) a présenté un cas d’évolution de l’église martyriale au monastère, celui de Saint-Quentin (Aisne), qui offre l’avantage d’être bien documenté par les sources écrites et les fouilles archéologiques anciennes (1865, 1955) et surtout les plus récentes (2003-2010) qui ont démontré l’existence d’une tombe vénérée dès la fin du IVe siècle et le développement précoce (Ve siècle) des inhumations ad sanctos en ce lieu.

Dans sa conclusion Françoise Prévot (Université de Paris Est-Créteil) a justement remarqué le constant renouvellement des approches archéologiques et historiques des mutations de l’espace et de la topographie des villes sous l’influence du christianisme et rendu hommage aux travaux, menés depuis 30 ans mais encore d’actualité de l’équipe « Topographie  chrétiennes des Cités de la Gaule », qu’elle dirige à la suite de Nancy Gauthier. La journée a bien montré l’intérêt de cette problématique et les renouvellements toujours possibles dans ce domaine, en particulier grâce à la collaboration des historiens et des archéologues.

La deuxième journée, « L’implantation du christianisme dans les campagnes » (vendredi 5 novembre), s’est intéressée à un aspect beaucoup moins étudié, celui de l’implantation du christianisme dans les espaces situés hors de la ville épiscopales, monastères églises rurales et églises des bourgs ruraux (vici). L’objectif de cette journée était de revisiter, à l’épreuve des recherches récentes l’opinion traditionnelle selon laquelle la christianisation des campagnes fut bien plus tardive que celle des villes et, à défaut de pouvoir mesurer précisément le degré de christianisation des campagnes, d’en visualiser l’impact sur les paysages et l’organisation du peuplement.

La première partie, présidée par Charles Bonnet, a porté sur les sites et la topographie des monastères ruraux à travers trois exemples de chronologie et de milieu géographiques très différents. Le monastère de l’île de Lérins ou plus exactement, une des églises de l’île, Saint-Sauveur, dont les fouilles récentes ont permis d’attribuer le premier état au haut Moyen Âge, a fait l’objet de la communication de Yann Codou (Université de Nice-CEPAM). Sébastien Bully (CNRS, ARTeHIS, Dijon) a présenté ses fouilles récentes de l’église Saint-Walbert, église funéraire du monastère de Luxeuil (Haute-Saône) fondé à la fin du VIe siècle ; ces fouilles ont en particulier démontré l’existence d’une église de taille importante, à trois nefs, sur ce site, dès le Ve siècle, ce qui remet en cause la vision traditionnelle d’une région christianisée seulement dans le sillage de l’arrivée des moines. Plus tardif (milieu VIIe siècle), le monastère féminin d’Hamage (Nord), fouillé et présenté par Étienne Louis (Service Archéologique du Douaisis) est connu par des sources écrites tardives (à partir de la fin du IXe siècle) et a été l’objet de fouilles de 1991 à 2002 ; c’est un des très rares exemples européens de site monastique du haut Moyen Âge ainsi fouillé, ce qui a permis d’en retracer l’évolution depuis un espace clos avec des bâtiments de bois jusqu’à la construction des églises de pierre, mais aussi d’étudier l’évolution du vicus monastique qui l’entourait.

La question de l’implantation du christianisme dans les campagnes ne pouvait se dispenser d’un bilan des recherches archéologiques et historiques sur les églises rurales, dans une deuxième partie présidée par Janine Desmuliez (Université Charles de Gaulle-Lille 3-HALMA). Dans ce domaine où l’on ne dispose ni d’études de synthèse ni de bilans systématiques (à l’opposé de ce dont on dispose pour les villes épiscopales), les études régionales sont précieuses à la fois pour leurs apports méthodologiques et leurs résultats tant au plan de l’évolution de l’architecture et des techniques de construction de ces églises et qu’au plan de leur situation au sein du peuplement rural :  Jean Terrier (archéologue cantonal, Genève), a ainsi montré  des fouilles de 15 églises rurales genevoises à la connaissance de la christianisation des campagnes et  Laurent Schneider (LAMM-Aix-en-Provence) a souligné, à propos des églises rurales en Gaule méditerranéenne, le problème des relations entre église et habitat, de la typologie du site (fréquence des sites de hauteur) et des déplacements éventuels des églises en relation avec les déplacements et restructurations des habitats pendant le haut Moyen Âge. Charles Mériaux (Université Charles de Gaulle-Lille 3-IRHiS) a présenté les premiers résultats de ses recherches en cours sur le clergé rural pendant le haut Moyen Âge, surtout connu par la littérature hagiographique et les canons des conciles et capitulaires épiscopaux, mais dont le rôle dans la christianisation doit encore faire l’objet de recherches approfondies. Enfin, la difficile question de l’identification des sépultures chrétiennes, a été évoquée par Isabelle Cartron (Université de Bordeaux III) à partir de fouilles archéologiques récentes ou anciennes des nécropoles et des églises rurales. La conclusion, effectuée par Gisela Cantino-Wattaghin, historienne et archéologue (Université du Piémont Oriental), a souligné l’importance des questions soulevées et donc l’ampleur des travaux historiques et archéologiques nécessaires dans ce domaine.

La troisième journée, « L’influence chrétienne sur les normes et les comportements sociaux » visait à cerner les modifications des normes et comportements induites par le christianisme.

La première partie de la journée, placée sous la présidence de Christine Delaplace (Université de Toulouse-Le Mirail) a permis d’étudier quelques aspects de l’influence du christianisme sur les normes et comportements hérités de l’Antiquité.  Pierre Jaillette (Université Charles de Gaulle-Lille 3-HALMA) s’est intéressé à l’attitude du législateur romain sur les pratiques de magie et de divination, à travers les dispositions du code théodosien, promulgué en janvier 439, qui se distingue des penseurs chrétiens de la même époque, en particulier de Césaire d’Arles, par son indulgence vis-à-vis de ces pratiques exercées sans chercher à nuire à autrui, voire même pour lui prêter secours. Audrey Becker-Piriou (Université Paul Verlaine-Metz-CRULH) a revisité le rôle des évêques dans la diplomatie romano-barbare en Gaule au Ve siècle en soulignant qu’ils n’apparaissent dans les négociations entre l’Empire et les Barbares qu’en 475, à travers une lettre de Sidoine Apollinaire, et qu’il est donc excessif d’en faire des légats de l’empereur et que, dans tous les cas connus, les évêques apparaissent comme surtout comme les défenseurs de leur cité contre les rois barbares. Anne-Marie Helvétius (Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis) a repris la chronologie des premières règles monastiques en Gaule, en particulier la règle dite « des quatre pères », qui se présente comme l’œuvre de pères égyptiens mais doit  être attribuée à l’abbé Faust de Lérins qui voulait établir le fondement de l’obéissance des moines à leur abbé, contrairement aux dispositions du concile de Chalcédoine préconisant l’obéissance à l’évêque.

La deuxième partie, placée sous la présidence de Stéphane Lebecq (Université Charles de Gaulle-Lille3-IRHiS), s’intéressa plus spécifiquement aux comportements chrétiens du haut Moyen Âge, à travers l’établissement par le christianisme de ses propres normes et leur diffusion à travers les modèles hagiographiques et littéraires pour aboutir aux profondes modifications de la spiritualité chrétienne et des relations sociales provoquées par le développement du culte des saints et des reliques. Bruno Judic (Université François Rabelais de Tours) a expliqué le succès rencontré par le culte de saint Martin en Gaule par les différentes figures de Martin, revendiquées par ses hagiographes et par les promoteurs de son culte : imitateur du Christ, défenseur de la foi orthodoxe, pionnier de l’ascétisme et du monachisme, missionnaire et évêque, tout en posant la question des modalités et des raisons de l’implantation du culte de Martin en Italie. Marie-Céline Isaïa (Université Jean Moulin-Lyon III) s’est intéressé au modèle épiscopal à travers l’étude des récits hagiographiques consacrés aux premiers évêques de Lyon et en particulier du cas de saint Nizier, le seul à ne pas avoir été martyr mais qui fut l’objet de deux Vitae, l’une par un évêque de Lyon resté anonyme, l’autre par Grégoire de Tours, soucieux de célébrer la mémoire d’un des évêques de sa famille, avec un point commun, le souci de montrer que Nizier, à défaut d’être un martyr, un évêque exemplaire ou un ascète, fut par se nombreux miracles, un intercesseur hors du commun. Bruno Dumézil (Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense-IUF) a présenté une dizaine de documents, s’échelonnant de la fin du Ve siècle au milieu du VIIe siècle pour montrer l’émergence dans les écrits ecclésiastiques d’un modèle de comportement royal à l’usage des rois francs, tout en soulignant l’absence d’écrits  théoriques concernant le pouvoir royal jusqu’au règne de Louis le Pieux (814-840). Emmanuelle Raga (Université Libre de Bruxelles) a analysé plusieurs textes de l’Antiquité tardive qui mettent en évidence la contradiction possible entre l’idéal ascétique et les obligations sociales chez les chrétiens, en particulier chez les évêques, dont la vie doit être exemplaire mais qui, par leur origine aristocratiques et leur rôle sociopolitique, se doivent de participer à des banquets. Cette contradiction se résout par la prééminence donnée à la loi de l’hospitalité sur la pratique personnelle du jeûne, ce qui finalement pérennise un modèle d’alternance entre banquet et abstinence alimentaire hérité de l’Antiquité classique. La communication de Ian Wood (Université de Leeds), portait sur le culte des saints dans le Sud-est de la Gaule ; à partir de trois dossiers hagiographiques, celui de Dijon dominé par la figure de saint Bénigne, celui du Jura dominé par la Vie des Pères du Jura et les traditions de Saint-Maurice d’Agaune et celui des saints de la vallée du Rhône ; il y a montré l’universalité et l’extrême variété de ce phénomène qui englobe les cultes des martyrs, des ascètes et des évêques, des cultes familiaux et des cultes publics, des cultes locaux et des cultes plus répandus, des cultes organisés par l’Église et des cultes plus spontanés, ce qui fait du culte des saints un comportement religieux qui transcende toutes les barrières économiques, culturelles et sociales. Dans sa conclusion, Alain Dierkens (Université Libre de Bruxelles) a mis en valeur tous les problèmes sous-jacents à ce type d’études et qu’ont rencontrés à un moment ou à un autre les auteurs des communications : l’importance de l’étude du vocabulaire, l’immense variété des comportements qui induit la difficulté  d’effectuer une synthèse, la pesanteur de l’historiographie, en particulier des savants et efficaces éditeurs de sources comme Bruno Krusch et Adalbert de Vogüé, d’où la nécessité de déconstruire au moins en partie leurs analyses et conclusions. Car si l’on doit beaucoup à Peter Brown et à son analyse de l’évolution du christianisme en Orient, il reste beaucoup à faire pour l’Occident.

Michèle GAILLARD


Vous aimerez aussi...