Occupations et transferts d’expérience. D’un front à l’autre ; d’une guerre à l’autre

Lieu : Institut d’Études avancées.
Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou,
Paris (4e arr., sur l’Île Saint-Louis).
Date : 26 mai 2015
Langue : anglais

Organisateurs :
Emmanuel Debruyne (Institut d’études avancées de Paris – Université catholique de Louvain),
Élise Julien (IRHiS – Sciences Po Lille) et
James Connolly (Université de Manchester – LabEx EHNE).

Inscription : Gratuite mais obligatoire (avant le 20 mai) emmanuel.debruyne@yahoo.fr

Si l’occupation a constitué une expérience majeure de la Seconde Guerre mondiale pour une grande part de l’Europe et au-delà, le premier conflit mondial avait auparavant déjà été marqué par de multiples occupations militaires, à l’ouest comme à l’est. Ces occupations prennent des formes multiples : aux occupations par l’ennemi, on peut ajouter les occupations amies dans les territoires libérés, les occupations militaires de facto ou entérinées par un traité dans les territoires vaincus, les occupations par une des factions belligérantes lorsque une guerre civile prolonge un conflit. Ces diverses situations ne sont cependant pas isolées. Elles entretiennent des liens synchroniques, d’un territoire à l’autre, autant que des liens diachroniques qui s’inscrivent dans le temps long du premier vingtième siècle. C’est ce caractère « connecté » des expériences d’occupation que se propose d’explorer cette journée d’étude, à partir des occupations de
la Grande Guerre en Europe.
Cette exploration concerne d’une part les politiques d’occupation : mise en oeuvre locale ou globale, influence d’expériences antérieures ou concomitantes, venues d’ennemis ou d’alliés, modalités des transferts d’expériences… Les interrogations portent d’autre part sur le point de vue des occupés : postures puisées dans les expériences et représentations d’autres occupations, antérieures ou concomitantes, exportation des pratiques en cas d’inversion des rôles occupants/occupés ou vers des ailleurs plus exotiques…

Programme
9h : Accueil des participants.
9h30 : Introduction – Emmanuel Debruyne – Élise Julien
10h-11h15 : Panel 1 « D’une guerre mondiale à l’autre, quelles leçons pour les occupants ? »
Rapporteur : Matthias Meirlaen
– Heiko Brendel (University of Mainz) : « The Diachronic Transfer of Austro-Hungarian Occupation and Counter-Insurgency Experiences to Wehrmacht and Waffen-SS »
– Marnix Beyen & Svenja Weers (University of Antwerp) : « The German Military Administration in Belgium During the Second World War and its Attempt to write a History of the first German Occupation of Belgium »

11h30-13h00 : Panel 2 « D’une guerre mondiale à l’autre, quelles adaptations pour les occupés ? »
Rapporteur : Emmanuel Debruyne
– Thomas Graditzky (Université Libre de Bruxelles) : « Les expériences belges d’occupation de la Première Guerre mondiale vers la seconde. Quelle mobilisation du droit de La Haye ? »
– Chantal Kesteloot (Université Libre de Bruxelles) & Bénédicte Rochet (Université de Namur/Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « From Patriotism to Accommodation (1914/1940). Local Authorities and Occupation in Brussels »

13h00-14h00 : Déjeuner

14h00-15h15 : Panel 3 « Occupations, perception des occupés et organisation de la répression »
Rapporteur : Benoît Majerus
– Leonid Rein (International Institute for Holocaust Research Yad Vashem) : « Between Loathing and Genocide: German Soldiers and East European Jews during Two World Wars »
– Barbara Lambauer, « La répression nazie dans l’Europe occupée, 1939-1945 »

15h30-16h45 : Panel 4 « Occupations de guerre et d’après-guerre, regards croisés »
Rapporteur : James Connolly
– Julia Wambach (University of California, Berkeley) : « Les journées les plus inoubliables de ma vie – Francis Thiallet and the long History of French and German Occupation, 1914-1955 »
– Drew Flanagan (Brandeis University/Institut des Études Politiques de Paris) : « Just Severity: Force and Prestige in the French Zone of Occupied Germany, 1945-1955 »

17h: Conclusions – James Connolly

17h30 : Réception


Vous aimerez aussi...