Entretien vidéo avec Philippe Darriulat

Entretien vidéo avec Philippe Darriulat

Lien la page “Le Hall de la Chanson” de l’entretien

«Peut-on imaginer une manifestation sans chansons ? Qu’il s’agisse d’entonner à pleins poumons des hymnes au fort pouvoir identifiant, ou de détourner des airs connus, tout rassemblement politique connaît son intermède chantant. Cette habitude a son histoire…»

C’est cette histoire que Philippe Darriulat retrace dans son ouvrage intitulé La Muse du peuple. Chansons politiques et sociales en France, 1815-1871. S’intéressant aux différentes fonctions de la chanson au XIXe siècle, ce livre s’attache à mettre en lumière les mécanismes d’identification propres à cet art, considéré souvent comme une « voix du peuple ».

Partant du constat selon lequel, « de Béranger à Pottier, du Roi d’Yvetot aux “damnés de la terre”, de Waterloo jusqu’à la Semaine sanglante, la chanson n’a cessé de scander l’actualité et de participer à l’affirmation d’identités », Philippe Darriulat appréhende la sphère politique de manière large, comme l’ensemble des activités contribuant à la vie de la cité. La chanson apparaît ainsi comme un média permettant de faire entendre les « voix d’en bas » et de créer ou tout du moins consolider un certain type de sociabilités.

Philippe Darriulat, spécialiste du XIXe siècle, est professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille et membre de l’UMR CNRS IRHiS. Il a notamment rédigé une thèse intitulée Albert Laponneraye, journaliste et militant socialiste du premier XIXe siècle, ainsi que l’ouvrage Les Patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870.  Il a également participé à de nombreux séminaires et journées d’études, en orientant ses interventions autour de la chanson (« La chanson au XIXe siècle, un vecteur de politisation ? » à l’Université d’Avignon ; « Art dramatique et politique en Europe au XIXe siècle : Chanter » à la Maison européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, à Lille ; « Ça branle dans le manche : chanter les Communes pour justifier l’événement et construire sa mémoire », les 24-26 mars 2011 à Narbonne). Il a enfin rédigé une quarantaine de notices biographiques de chansonniers pour la version électronique du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.


Vous aimerez aussi...