Entretien vidéo avec Philippe Darriulat

Entretien vidéo avec Philippe Darriulat

Lien la page « Le Hall de la Chanson » de l’entretien

«Peut-on imaginer une manifestation sans chansons ? Qu’il s’agisse d’entonner à pleins poumons des hymnes au fort pouvoir identifiant, ou de détourner des airs connus, tout rassemblement politique connaît son intermède chantant. Cette habitude a son histoire…»

C’est cette histoire que Philippe Darriulat retrace dans son ouvrage intitulé La Muse du peuple. Chansons politiques et sociales en France, 1815-1871. S’intéressant aux différentes fonctions de la chanson au XIXe siècle, ce livre s’attache à mettre en lumière les mécanismes d’identification propres à cet art, considéré souvent comme une « voix du peuple ».

Partant du constat selon lequel, « de Béranger à Pottier, du Roi d’Yvetot aux « damnés de la terre », de Waterloo jusqu’à la Semaine sanglante, la chanson n’a cessé de scander l’actualité et de participer à l’affirmation d’identités », Philippe Darriulat appréhende la sphère politique de manière large, comme l’ensemble des activités contribuant à la vie de la cité. La chanson apparaît ainsi comme un média permettant de faire entendre les « voix d’en bas » et de créer ou tout du moins consolider un certain type de sociabilités.

Philippe Darriulat, spécialiste du XIXe siècle, est professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille et membre de l’UMR CNRS IRHiS. Il a notamment rédigé une thèse intitulée Albert Laponneraye, journaliste et militant socialiste du premier XIXe siècle, ainsi que l’ouvrage Les Patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870.  Il a également participé à de nombreux séminaires et journées d’études, en orientant ses interventions autour de la chanson (« La chanson au XIXe siècle, un vecteur de politisation ? » à l’Université d’Avignon ; « Art dramatique et politique en Europe au XIXe siècle : Chanter » à la Maison européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, à Lille ; « Ça branle dans le manche : chanter les Communes pour justifier l’événement et construire sa mémoire », les 24-26 mars 2011 à Narbonne). Il a enfin rédigé une quarantaine de notices biographiques de chansonniers pour la version électronique du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search