Journée d’études « Lumière(s) »

PROJET APPEL À CANDIDATURE
Journée d’études « Lumière(s) »

11 septembre 2015

 à lUniversité Lille 3
dans la salle de s
éminaire de lIRHiS (salle A1.152)
de 9h30
à 17h30Logo-IRHiS-2014-200

Organisée par les doctorants de lIRHiS

Projet labellisé : 2015-Année de la Lumière en France (http://www.lumiere2015.fr/)
http://www.lumiere2015.fr/evenement/lumieres/

Élément fondamental de notre univers, phénomène physique, marqueur du temps et des saisons, critère esthétique… la « lumière » a été déclarée thématique de l’année 2015 par Les Nations-Unies.

À cette occasion, nous vous proposons donc de réfléchir ensemble dans le cadre d’une journée d’étude à la notion de « lumière » dans l’histoire et l’histoire de l’Art. De même, l’idée de “lumière(s)” appelle à s’interroger sur ses contraires, comme l’obscurité ou l’obscurantisme, etc.

Pour mieux saisir l’ampleur et la richesse de cette question, nous vous proposons d’articuler cette journée d’études autour de quatre axes, non restrictifs, à savoir, la lumière comme:

Élément physique, la lumière fait partie de la vie de l’humanité depuis ses origines. Qu’elle soit naturelle ou artificielle, son degré de domestication peut servir d’étalon pour mesurer le développement des civilisations. Sa maîtrise a contribué au développement des sociétés. Sa quête a guidé la création.

Élément esthétique, la lumière, ainsi maîtrisée par l’humanité, occupe une place centrale dans tous les arts. Capter, produire, reproduire, utiliser une « belle lumière » ou utiliser la lumière pour produire du beau, la lumière est à la fois un moyen et une fin. Bien utilisée, elle devient le signe du talent de l’artiste ou de la puissance du prince.

Élément symbolique, la lumière est souvent associée à la naissance et la vie dans les différentes cosmogonies. Toujours associée au bien dans les mythologies manichéennes, elle apparaît alors dans les représentations, comme le symbole de la divinité positive, céleste ou stellaire, face aux forces souterraines, associées aux ténèbres. Puis la lumière est associée à la Raison et au progrès.

Enfin, la lumière mise au pluriel devient les Lumières, ce courant philosophique européen du XVIIIe siècle qui a marqué la pensée occidentale, et dont Emmanuel Kant a sans doute produit la plus juste des définitions :

« Quest-ce que les Lumières ? La sortie de lhomme de sa minorité dont il est lui-même responsable. Minorité, cest-à-dire incapacité de se servir de son entendement (pouvoir de penser) sans la direction dautrui, minorité dont il est lui-même responsable (faute) puisque la cause en réside non dans un défaut de lentendement mais dans un manque de décision et de courage de sen servir sans la direction dautrui. Sapere aude ! (Ose penser) Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières. »
(Emmanuel Kant, Quest-ce que les Lumières ?, 1784)

Qu’est-ce que les Lumières ? Qu’est-ce qu’être éclairé ? Quelles différences entre l’illuminé et l’éclairé ? Autant de questions auxquelles nous vous proposons, non pas de répondre, mais d’apporter un éclaircissement.

Nous vous invitons donc à participer massivement à cette journée qui abordera la question de la lumière, vous l’aurez compris, sous tous ses aspects, dans l’histoire et dans l’histoire de l’art.

MERCI DENVOYER VOS PROPOSITIONS DINTERVENTION A LADRESSE SUIVANTE doctorants.irhis@gmail.com

AVANT LE 30 JUIN 2015

EN 1 PAGE MAXIMUM, DONNEZ UN RÉSUMÉ DE VOTRE INTERVENTION AINSI QUUNE BRÈVE BIOGRAPHIE.

Le comité organisateur :
Benoît Carré (doctorant en Histoire)
Delphine Chambon (doctorante en Histoire de l’art)
Erika Dupont (doctorante en Histoire de l’art)
Kevin Troch (doctorant en Histoire)

 

 


Vous aimerez aussi...