Commerces avec l’histoire. Producteurs, pratiques, transmissions – Entre Atlantique et Méditerranée

img-1-small480Commerces avec l’histoire
Producteurs, pratiques, transmissions
Entre Atlantique et Méditerranée
Au MuCEM (Marseille) les  1, 2 & 3 octobre 2015
 Les travaux menés sur les usages publics de l’histoire et sur le rapport social au temps (historicité), comme ceux conduits sur le rôle social de l’historien, ont connu un très fort développement depuis les années 1980, en lien notamment avec l’essor des thématiques mémorielles et patrimoniales. Si ce colloque tient compte de ces travaux et de ceux de la galaxie de la Public History américaine, qui entendait s’adresser à un large public, il se propose néanmoins d’adopter une approche non-normative des usages contemporains non-académiques de l’histoire, celle-ci étant entendue comme un récit validé visant à la compréhension de ce qui est advenu.
Il s’agit d’observer et d’analyser  les nouvelles façons de produire ou d’expérimenter l’histoire, de parler de l’histoire ou de la mobiliser dans l’espace public. Ces pratiques qui ne relèvent pas du  champ académique sont en effet régies par d’autres contraintes et motivations que celles de la recherche. Elles se développent hors des murs de l’institution ; on peut faire l’hypothèse cependant qu’elles imprègnent la conscience historique des contemporains au point parfois de contribuer à la structurer. Dans cet esprit, il s’agit de s’intéresser non pas aux travaux historiens, mais aux différentes formes de recours à l’histoire par des acteurs sociaux, économiques ou politiques – régions, communes, partis, associations, entreprises, … – ou encore par les artistes, de même qu’aux aux modes d’appropriation du passé qui en résultent.
En étudiant ces usages, l’idée n’est pas de remettre en question leur légitimité ou de traquer les falsifications ou les anachronismes éventuels, mais bien de prendre la mesure de la diversité des modalités d’élaboration du passé et d’apprécier la fonction assignée à l’histoire dans le contexte contemporain – dans sa singularité comme dans sa diversité. Les modalités très diverses du « faire de l’histoire » que nous voulons explorer en priorité ne ressortissent donc pas explicitement à la nébuleuse des contestations très médiatisées de l’histoire dite « officielle » ou aux dénonciations récurrentes des historiens professionnels. Même si ses acteurs entendent faire entendre une « autre » histoire, il s’agit plutôt de pratiques de l’histoire « d’à côté » qui ne se préoccupent pas vraiment ni des croisades idéologiques contre l’histoire « officielle » ni des tentations corporatistes qui peuvent affleurer à l’occasion chez certains historiens professionnels.
Dans cet esprit, faire commerce de l’histoire relève de logiques de séduction ou de « spectacularisation » comme de logiques économiques – dont celles du tourisme – imbriquées dans des stratégies qui peuvent être aussi, parfois en même temps, à visée mémorielle ou identitaire de reconnaissance.
Cependant, si le moment présent possède bien un certain nombre de traits singuliers dont rend compte l’importance des revendications mémorielles ou la porosité croissante de la frontière tracée à grand peine en Europe et dans le monde anglo-saxon à la fin du XIX siècle et plus récemment au Maghreb, entre professionnels de l’histoire et amateurs du passé, ces écritures et ces pratiques   contemporaines se déroulent néanmoins dans des conjonctures politiques et sociales nationales très différentes qui appellent une approche comparée.
C’est dans cet esprit que nous avons choisi de privilégier trois espaces qui coexistent, se rencontrent, se chevauchent ou se confrontent : l’espace atlantique, l’espace européen et l’espace méditerranéen, à partir de trois grands axes de questionnement
Organisateurs :
L’UMR 7303 Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionnale-Méditerranée, Aix-Marseille, Université, CNRS (TELEMMe) ;
l’Institut d’histoire du temps présent, UPR 301 du CNRS (IHTP) ;
l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, USR 3077, ministère des Affaires étrangères et européennes, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et CNRS (IRMC) et
le Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions à l’Université Laval (CÉLAT).
Ce colloque est organisé  en lien avec les travaux de l’axe 4.1. Figures du temps, projections de l’avenir de l’UMR TELEMMe et du programme ANR Histinéraires La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte.
Il bénéficie d’ores et déjà de partenariats avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), le centre de recherche Civilisations et Identités Culturelles Comparées  de l’Université de Cergy-Pontoise (CICC) et l’Ina-Méditerranée.
D’autres collaborations sont en cours avec l’IMéRA, le LabexMed et la Casa de Velasquez.

Modalités de soumission

Les propositions d’intervention, d’environ une page ou 500 mots maximum, en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante, accompagnées d’un résumé, d’un titre et d’une bibliographie indicative, avant le 15 mars à l’adresse suivante : telemme@mmsh.univ-aix.fr

Merci de nous faire parvenir également une notice biographique précisant votre fonction et institution de rattachement.

Le comité scientifique fera connaître les propositions retenues au mois de mai.

UMR TELEMME
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
5, rue du château de l’Horloge – BP 647
13094 Aix-en-Provence cedex 02
04 42 52 42 24

Vous aimerez aussi...