Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale

Marqueurs-identite637GIRBEA Catalina (éd.), HABLOT Laurent (éd.), RADULESCU Raluca (éd.)

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (XIIe-XVe siècles)

Turnhout : Brepols, 2014, 288 p.

Collection Histoire de famille : la parenté au Moyen Âge ; 17

ISBN 978-2-503-55136-4

C 1278

Résumé éditeur :

Les marqueurs d’identité tels que la littérature médiévale les laisse entrevoir permettent de mieux comprendre les rapports entre les individus et leurs groupes au cours du Moyen Age occidental.
Le XIIe siècle marque une fracture épistémologique dont les symptômes les plus visibles sont l’apparition des questionnements identitaires, qu’il s’agisse d’une meilleure définition de l’individu, des familles ou des groupes. Ils se laissent entrevoir avec une force sans précédent sur le fond d’une double mutation, sociale et culturelle. L’éclosion de la littérature vernaculaire, l’effondrement progressif durant tout le XIIe siècle de la suprématie du latin écrit, provoque un bouleversement épistémique. Les marqueurs de l’identité comme les signes héraldiques commencent à préocuper l’homme médiéval. Les contributions de ce volume se proposent de suivre le développement et la rationalisation de ces marqueurs qui définissent les rapports entre les individus et leurs groupes jusqu’à la fin du Moyen Âge. Cette enquête est menée à travers la fiction vernaculaire, le lieu par excellence où les problématiques identitaires trouvent une voie d’expression à la fois transparente et complexe. (4e de couv.)
Axe de recherches :
  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...