Structures et acteurs de l’éducation au coeur de la Première Guerre mondiale dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais (1914-1919)

Appel à communications
Journée d’études du mercredi 14 octobre 2015
Structures et acteurs de l’éducation au coeur de la Première Guerre mondiale dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais (1914-1919)

1) Problématique de la journée
La mobilisation générale du 1er août 1914 touche le monde éducatif comme les autres milieux professionnels et nombre d’instituteurs et de professeurs, tout comme les étudiants et certains élèves les plus âgés, rejoignent le front et découvrent les terribles réalités de la guerre. Les mobilisations successives de cette longue guerre d’usure ont dès lors des implications nombreuses et durables sur les écoles, les collèges, les lycées et les facultés par l’absence d’une partie de leur personnel et de leur public alors que les autorités exigent cependant qu’elles continuent à fonctionner. À l’arrière du front, qui se stabilise pour la fin de l’année 1914, les locaux scolaires et universitaires sont souvent réquisitionnés par les troupes ou les services sanitaires.
Les acteurs éducatifs restés à l’arrière doivent se mobiliser sur l’autre front et, tout en continuant à former l’enfance et la jeunesse à son futur rôle dans la nation, expliquer pourquoi la France combat. Il s’agit dès lors, en relayant de nombreuses consignes ministérielles, de justifier la guerre au nom de la défense de la justice, de la liberté et de la civilisation face à la barbarie germanique. Comme le signale le ministre de l’Instruction publique, Albert Sarraut, le 2 octobre 1914, lors de la cérémonie de rentrée du lycée de Bordeaux :
« C’est bien, cette fois encore, contre la bête humaine en arrêt d’évolution, c’est contre le Hun des âges abolis, qui a changé d’armure mais sans changer de conscience, oui c’est bien contre le Vandale resté le même après quinze siècles de progrès humain que, comme le chevalier étincelant de jadis, la France latine a tiré l’épée. C’est de nouveau le choc violent de la civilisation et de la barbarie, la lutte de la lumière et de l’ombre […]. La haine allemande pour la France est celle de la chose qui rampe contre la chose qui éblouit, la haine du reptile pour l’étoile »1.

Il s’agit, pour les acteurs éducatifs, d’expliquer la guerre aux élèves et de la justifier comme étant une guerre défensive, celle de la France agressée qui entend défendre son sol, mais aussi comme une guerre du droit contre la barbarie. L’Allemand est alors décrit comme un pilleur, un violeur2 et un assassin face à des soldats alliés parés des habits du défenseur des droits et des valeurs humanistes. Il est alors fondamental « d’encadrer l’enfance en guerre3 », de la persuader que le combat que l’on mène est juste et nécessaire, que l’on combat pour les enfants, pour leur assurer un avenir meilleur, développant chez eux une forme de culpabilisation qui doit aussi permettre de les faire adhérer au discours patriotique et de les faire se mobiliser à leur manière pour la victoire par une série de « modestes dévouements4 ». Par l’École5, par l’Église, par la littérature de jeunesse, l’enfance est mobilisée alors que l’on fabrique également des « enfants héroïques6 » dans la lignée des Bara et Viala. «L’école fut un des vecteurs privilégiés de cette mobilisation et de cette organisation d’une propagande de guerre en direction des enfants7 ». S’il faut mobiliser les esprits et les coeurs au service de la guerre, il convient également de mobiliser les bras car l’économie exige à la fois une main-d’oeuvre importante, la mise en place d’une forme d’industrie de la récupération (vieux tissus, vieux papiers, etc.) et la collecte des économies des Français. Les enseignants et les élèves servent alors de relais aux diverses campagnes pour les emprunts de la défense nationale mais aussi pour les multiples oeuvres en faveur des soldats, des blessés, des orphelins. Des consignes sont aussi données pour renforcer dans les écoles la pratique du jardinage et de l’élevage des petits animaux.

Ces mobilisations multiples des structures éducatives ne peuvent cependant être permanentes et il faut bien aussi admettre que le temps de l’école peut aussi parfois apparaître comme une « parenthèse » de calme et de paix au milieu de la tourmente, qui poursuit ses activités pédagogiques traditionnelles. C’est alors tenter de mesurer, au plus près de la classe, la réalité de la « contamination » guerrière de la vie pédagogique ordinaire.
La journée d’études proposée fait le choix de centrer le regard sur les départements septentrionaux de la France, à savoir le Nord et le Pas-de-Calais, sachant que de nombreuses manifestations scientifiques mais aussi commémoratives sont et seront organisées dans les différentes régions de France en lien avec le centenaire de la Première Guerre mondiale. Nous avons aussi déjà consacré trois journées d’études à Arras sur le lien entre École et guerre, sur la longue durée (XVIe –XXe siècles) et dans un cadre géographique large. Les actes sont désormais publiés8. Il s’agit, pour cette journée nouvelle, d’étudier de manière précise les acteurs et les structures éducatives dans le Nord-Pas-de-Calais en guerre. Le souhait est également, pour cette journée d’associer le plus étroitement possible les enseignants-chercheurs qui travaillent sur cette thématique et les collègues qui enseignent dans les écoles, collèges et lycées, en particulier celles et ceux qui se sont engagés depuis deux ans dans les actions liées aux commémorations du centenaire de la Grande Guerre (207 projets déposés et examinés déjà dont 27 qui ont reçu la labellisation nationale et 81 la labellisation académique). Madame Christine DALBERT, IA-IPR d’histoire-géographie est le référent académique pour ces actions (voir le site (https://sites.google.com/site/guerre1418commemorationnordfr/ )
Dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais s’ajoute à la mobilisation générale, en août 1914, la peur d’une probable invasion. Face à l’assaut des troupes allemandes, une partie de la population septentrionale tente de fuir vers le sud. Alors que Lille est déclarée ville ouverte, les premières troupes de l’armée impériale sont à Tourcoing le 23 août 1914. En quelques jours les lignes françaises et anglaises sont enfoncées. Le sort de la guerre se joue cependant plus au sud, dans la Marne. La course à la mer qui s’engage aux lendemains de la bataille de la Marne (6-9 septembre), ramène les combats vers la région. Le 4 octobre, entre Lille et Lens, la cavalerie allemande attaque la cavalerie française et celle-ci recule jusqu’aux abords d’Hazebrouck avant de riposter victorieusement avec l’aide des Anglais. Le 12 octobre, après un bombardement massif, la garnison installée à Lille doit se rendre. Alors que s’engage en Belgique la Bataille de l’Yser, le front se stabilise entre la Bassée et Armentières, coupant le département du Nord en deux zones avec les deux-tiers du territoire en zone occupée.

Carte

Carte tirée de Gabriel HANOTAUX, Histoire illustrée de la guerre de 1914, Bordeaux, Gounouilhou Éditeur, 1923, tome 15, p.171

 

Dans le Pas-de-Calais voisin, la même réalité s’opère. Le 28 août les premiers combats éclatent près d’Arras qui est occupée et pillée pendant deux jours les 6 et 7 septembre 1914. Le plan allemand Schlieffen ne s’intéresse pas cependant au Pas-de-Calais dans sa volonté d’aller le plus vite possible vers Paris. Après la victoire française de la Marne, le grand affrontement (la « première bataille de l’Artois ») a lieu du 1er au 26 octobre entre Lens et Arras. Lens est prise par les Allemands le 4 octobre. À la fin du mois d’octobre, le front se stabilise et les deux armées commencent à s’enterrer dans les tranchées, le département se retrouvant également coupé en deux parties avec les trois-quarts du territoire en zone non occupée et un quart sous domination allemande.
À la mémoire commune à tous les Français, celle d’une intense mobilisation pour la victoire, s’ajoute dès lors, pour nos deux départements, une autre mémoire, celle de territoires démembrés et en partie occupés par les armées allemandes à l’Est de la ligne de front. Les espaces septentrionaux sont aussi transformés en camp retranché pour les armées, alliées ou allemandes, alors que l’état de guerre et le danger sont permanents.

2. Principaux axes de recherche pour la journée d’études
Les communications proposées lors de cette journée d’études pourront s’articuler autour de quelques axes prioritaires qui permettront d’approfondir notre connaissance du devenir des structures et des acteurs éducatifs pendant la Première Guerre mondiale dans la région du Nord. Par structures éducatives, il faut comprendre les écoles maternelles et primaires, les écoles primaires supérieures et cours complémentaires, les collèges et lycées, les établissements techniques et professionnels, les facultés et instituts d’enseignement supérieur, les écoles d’ingénieurs – que ces structures soient publiques ou privées, de garçons ou de filles. Les acteurs éducatifs concernés sont, en toute logique, diversifiés : enseignants de tous statuts, administrateurs et personnels encadrants, élèves et étudiants.
Six axes structurent les possibles communications qui peuvent s’intéresser à une monographie d’institution pendant la guerre (le collège X pendant le conflit), à une catégorie d’acteurs (les enseignants de l’école normale de .., les élèves de..) ou à une thématique plus large (la mobilisation économique des écoles, les activités de la classe, etc.). Seront privilégiées les communications fondées sur le dépouillement d’archives inédites.

♦ La participation des acteurs éducatifs (étudiants, grands élèves, instituteurs et professeurs) à la guerre comme soldats : quelle est l’ampleur réelle de la mobilisation et que deviennent les mobilisés au sein des Armées ? Quelles sont leurs affectations, leurs actions, leurs grades ? Les livres d’or tenus pendant la guerre, mais aussi les documents
élaborés au lendemain de la victoire, alors que l’on tente de dénombrer les morts, les disparus et les blessés dans un décompte macabre très complexe, peuvent permettre d’en savoir plus sur la guerre des enseignants et des étudiants du Nord. Mènent-ils une guerre spécifique ou subissent –ils le sort commun des mobilisés9 ?
♦ Le devenir et le vécu des institutions et des acteurs éducatifs dans la zone occupée par les Allemands. Que deviennent, après octobre 1914 les structures scolaires du Nord et du Pas-de- Calais de la zone occupée, sachant qu’il n’y a pas vraiment de politique scolaire allemande à leur égard et que les Autorités d’occupation se contentent d’exiger le calme et l’ordre. Comment les structures et les acteurs scolaires et universitaires réussissent à maintenir leurs activités malgré les privations, les réquisitions de plus en plus nombreuses, les mesures de restriction des déplacements voire les réquisitions de main-d’oeuvre et les déportations forcées de populations. Quel est le sens de cette survie scolaire en zone occupée, orchestrée par le recteur Georges Lyon ?
♦ Le devenir et le vécu des institutions et des acteurs éducatifs dans la zone « libre » des deux départements. A l’ouest de la ligne de front, pour un tiers du département du Nord et les trois-quarts du département du Pas-de-Calais, les structures scolaires échappent à l’occupation allemande mais vivent de réelles années de guerre, à proximité de la zone des combats, sous la menace aussi des bombardements allemands alors que la zone devient un véritable camp retranché, en partie administré par les Autorités militaires, qui accueillent les milliers de soldats alliés débarquant par Calais, Boulogne et Dunkerque. Le mouvement des troupes qui vont et reviennent du front, sont permanents alors qu’il faut aussi réquisitionner de nombreux locaux scolaires pour soigner les blessés. Comment, dans un tel contexte se maintient une vie scolaire minimale, avec quels enseignants et quels élèves ? L’imprégnation guerrière des activités scolaires est-elle, dans cette zone, aussi importante qu’on le relève pour le reste de la France, plus éloignée du front ?
♦ La mobilisation idéologique des structures et acteurs éducatifs au service de la victoire. Cette dimension est liée à la précédente. Comment les enseignants du Nord et du Pas-de-Calais non occupé relaient-ils les consignes ministérielles qui exigent que l’on explique dans la classe et en dehors les raisons de la guerre juste menée par la France agressée, que l’on insiste sur la barbarie germanique et que l’on commente les grands évènements de la guerre ? L’imprégnation guerrière des activités pédagogiques est-elle aussi forte qu’on le dit souvent Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille de 1903 à 1924 (Il dirige les structures scolaires et universitaires de la zone occupée pendant la guerre) et multiplie les initiatives pour qu’elles demeurent en vie malgré l’occupation allemande.
ou les maîtres sont-ils tentés, de transformer leurs classes, en « havre de paix », une fois la porte refermée afin de poursuivre leurs activités scolaires traditionnelles ? Peut-on détecter d’éventuels doutes et remises en cause sur l’issue de la guerre et sa justification ?
♦ La mobilisation économique des acteurs éducatifs au service de la victoire. Les Écoles, au sens large, doivent aussi participer à l’économie de guerre et relayer les initiatives lancées par le Ministère mais aussi souvent par le terrain local. Il s’agit de faire participer les élèves aux différentes collectes (vieux papiers, tissus, produits naturels divers), aux « journées du poilu », aux « journées serbes » et aux nombreuses autres manifestations de récolte de fonds. Les campagnes de promotion liées aux emprunts nationaux utilisent on le sait les enseignants comme relais importants. L’oeuvre des « lopins scolaires » est aussi lancée par le Ministère qui veut que les élèves se mettent à cultiver les jardins des écoles ou des superficies laissées en friche jusque-là pour augmenter la production et élèvent de petits animaux.
♦ Le difficile retour à la normale dans l’immédiat après-guerre et la lourdeur du bilan. Quand cessent les hostilités en novembre 1918, la joie de la victoire et, pour une partie de nos deux départements, la joie de la libération, sont vite menacées par la tristesse du bilan à la fois matériel et humain. Il s’agit aussi de permettre le retour dans les classes des enseignants mobilisés et souvent traumatisés sinon transformés par leur expérience du feu, tout en comblant les vides nombreux dans les équipes enseignantes, alors qu’il faut aussi bien souvent reconstruire ou réaménager les locaux scolaires.
L’Université de Lille réquisitionnée : lettre du général Von Graevenitz au maire de Lille, 16 mai 1918 en allemand et en français (AD du Nord, 2 T 604 )

3. Modalités pratiques de soumission d’une communication
Huit à neuf contributions seront retenues pour cette journée.
Si le nombre des communications reçues et retenues est plus important, une seconde journée d’études sera organisée le mercredi 16 mars 2016.
Les propositions de communications sont à envoyer à jeanfrancois.condette@wanadoo.fr et à Jfrancois.condette@espe-lnf.fr .
Elles comprendront une présentation rapide de l’identité du possible contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire si enseignant-chercheur), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum).

La date limite de proposition des communications est fixée au 30 janvier 2015.
Ces propositions seront ensuite examinées par le comité d’organisation qui décidera de les retenir ou non. Les actes seront publiés.

Jean-François Condette
Professeur en histoire contemporaine
Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois
Directeur-adjoint de l’ESPE-Lille-Nord-de-France, en charge de la Recherche


1 Albert SARRAUT, « discours de rentrée au lycée de Bordeaux, 2 octobre 1914 », Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 2144, 3 octobre 1914, pp.445-446.
2 Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, L’enfant de l’ennemi (1914-1918). Viol, avortement, infanticide pendant la Grande Guerre, Paris, Aubier, 1995, 222 p.
3 Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, La guerre des enfants (14-18), Essai d’histoire culturelle, Paris, Armand Colin, 1993, pp.15 et suivantes. ; Manon PIGNOT, La guerre des crayons. Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre, Paris, Parigramme, 2004, 128 p. (étude d’un millier de dessins d’enfants de deux écoles primaires du XVIIIe arrondissement).
4 Ibid., p.19.
5 Pour un exemple départemental de la mobilisation des écoles, voir Jean-François CONDETTE, « Les écoles primaires publiques de l’Aube dans la Grande Guerre (1914-1918) », dans J.-F. CONDETTE et Gilles ROUET (dir.), Un siècle de formation des maîtres en Champagne-Ardenne, Écoles normales, normaliens, normaliennes et écoles primaires de 1880 à 1980, SCEREN-CRDP de Champagne-Ardenne, collection Journées d’études, n° 11, juin 2008, pp.71-108.
6 6 Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, La guerre des enfants (14-18), « L’enfant héroïque », pp.107 et suivantes.
7 Ibid., p.24.
8 Jean-François CONDETTE (dir.), Les écoles dans la guerre. Acteurs et institutions éducatives dans les tourmentes guerrières (XVIIe-XXe siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014, 550 p.
9 Nicolas MARIOT, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918. Les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, 496 p.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search