Les soldats inconnus de la Grande Guerre

Soldats-inconnusCOCHET François (éd.), GRANDHOMME Jean-Noël (éd.)

Les soldats inconnus de la Grande Guerre : la mort, le deuil, la mémoire

Paris : Éd. SOTECA, 2012, 520 p.-[8] p. de pl.

ISBN 978-2-9163-8582-2

C 1264

Résumé éditeur :

Après les terribles combats de la Grande Guerre, émerge dans plusieurs pays l’idée de rendre hommage aux soldats dont les corps n’ont pas pu être identifiés. Réflexion sur les enjeux mémoriels aussi bien que mise en perspective des changements de significations ou les choix récents, cet ouvrage issu d’un colloque tenu en 2010 s’impose comme une référence.
En France l’idée émane de Francis Simon, dirigeant du Souvenir français, et du député Maurice Maunoury, mais reprend une proposition faite par le Prince de Joinville après la guerre de 1870. La décision, prise en 1920, d’inhumer un Soldat inconnu soulève des débats politiques à propos du lieu du dépôt du corps. L’Arc de Triomphe l’emporte sur le Panthéon, au début de l’année 1921. La Grande-Bretagne, les États-Unis ou la Belgique font des choix similaires au cours de la même année, suivis en 1922 par d’autres pays (Grèce, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Pologne). L’ouvrage recense la quasi-totalité des cas de figure nationaux et donne la parole aux meilleurs spécialistes pour analyser les attitudes de chacun des États ayant retenu l’idée d’un monument au Soldat inconnu.
Le caractère incontournable de la Grande Guerre dans l’histoire du XXe siècle est ainsi réaffirmé près de cent ans après les événements et son actualité s’en trouve renforcée. L’ouvrage, actes d’un colloque tenu en 2010, s’impose comme une référence.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...